Cela sent bon la nature et les aiguilles de pin dans notre bibliothèque : « Slow » d’Huiban et « Animaux architectes » de Nassar et Blasco

Mon premier est une initiation, limpide et accessible, des grands principes qui structurent la pédagogie Steiner-Waldorf. Mieux encore, avec Slow*, Isabelle Huiban nous incite à ralentir le rythme de nos vies effrénées pour nous offrir ce qui nous est – à l’adulte comme à l’enfant – essentiel : du temps ensemble et au contact de la nature.

Mon second intervient comme un prolongement du premier, pour nous donner envie d’ouvrir l’œil et de déceler l’ingéniosité d’habitats que nous n’avons pas l’habitude de visiter : ceux des animaux ! Animaux architectes* s’adresse aux enfants dès cinq / six ans ; il trouvera une place de choix aussi bien dans votre coin nature que dans votre espace construction.

Mon tout est une invitation à jouer dans les bois.

Et bien quoi ? Que fais-tu encore là ?

Continuer la lecture de « Cela sent bon la nature et les aiguilles de pin dans notre bibliothèque : « Slow » d’Huiban et « Animaux architectes » de Nassar et Blasco »

FUB femme, des mailles pour la vie

Depuis que j’ai déserté les enseignes de la fast fashion il y a six ans, j’ai trouvé un plaisir nouveau à investir ma garde-robe : je la désencombre beaucoup, pour n’y conserver et ajouter que des pièces intemporelles, dans des matières naturelles, faciles à assortir entre elles. Au quotidien, j’aimerais tendre vers une garde-robe aussi minimaliste que celle des enfants, et piocher chaque matin parmi quelques pièces particulièrement douillettes. Si je trouve mon bonheur en matière de pantalons et d’accessoires en seconde main, c’est bien plus difficile selon moi de chiner de jolis hauts composés de laine ou de lin.

Aussi, quelle joie d’apprendre que ma marque fétiche pour les enfants, FUB, sortait une collection femme ! J’ai craqué sur la délicatesse des mailles ajourées et sur les intemporelles rayures qui sont la signature de la marque.

Continuer la lecture de « FUB femme, des mailles pour la vie »

Acquisition de la continence #3

Voilà bien un mois que je n’ai plus changé une couche. Nos inserts de couches lavables, qui menacent de tomber en morceaux après 4 ans de bons et loyaux services, te diront qu’il était temps. En vérité, nous n’avons pas mesuré celui-ci puisque, comme pour notre aîné, nous n’avons à peu près rien fait, si ce n’est laisser deux pots en évidence dans la maison (à ma grande joie aussitôt dédaignés au profit d’un réducteur) et nettoyer sans commentaire les accidents de parcours.

Du coup, j’avais envie de repartager ces deux articles, à propos de l’art de ne pas (s’)en faire en matière d’acquisition de la continence :

Bien entendu, puisque nous aimons faire des excursions les enfants et moi, je suis en plein dans la période rigolote des moments où je coure partout à la recherche d’un endroit adéquat pour que ma fille puisse faire pipi lorsqu’elle le réclame et, dans la nature, il n’est pas rare que mes bras s’improvisent siège de fortune pour ses petites fesses à l’air. Je guette également le moindre bruit nocturne qui pourrait m’éviter d’avoir à changer des draps en plein nuit. Je sais déjà toutefois que c’est affaire de très courte durée et je reste convaincue qu’un apprentissage forcé de la dite « propreté » est, au mieux, une perte de temps et d’énergie inutile, au pire, une injonction humiliante dommageable pour la santé psychique et psychologique de l’enfant.

Bien entendu, mes propos ne concernent pas ceux qui se sont donnés l’opportunité de pratiquer l’Hygiène Naturelle Infantile, qui sont encore bien plus en phase avec les besoins d’élimination de leur jeune enfant.

Je te laisse avec le souvenir d’une lumière d’automne qui commence sérieusement à me manquer.

 

Plutôt que jeter #5 : broder les taches

Dans la série « Plutôt que jeter », je te suggère une activité qui te donnera bonne conscience en occupant tes mains lors des soirées où tu regardes des séries palpitantes avachi dans le canapé (comment ça toi t’as pilate et boxe thaï ? Y a que moi qui végète, trop fatiguée que pour même prononcer « Adho Mukha Svanasana » ?) : redonner vie par la broderie aux vêtements tachés. Oh rassure-toi, rien de très sorcier et un investissement matériel minime pour un rendu rapide. Promis, après deux ou trois tutoriels vidéos, tu auras presque envie que tes enfants tachent leurs fringues (que ceux qui ne saisissent pas l’ironie de mon propos repassent après leur sieste) !

Continuer la lecture de « Plutôt que jeter #5 : broder les taches »

Exercer sa motricité globale à l’intérieur : version plastique

A deux ans et cinq ans, mes enfants sont plus que jamais portés sur les activités de motricité globale ! Le développement de la musculature, la conscience progressive de son centre de gravité et l’acquisition progressive de l’équilibre sont des progressions fascinantes à observer. Depuis que la plus petite maîtrise l’art du saut, son grand frère n’a de cesse de lui organiser des parcours à travers la maison. Le pire advient vers 17h, lorsque s’efforce de s’échapper de mes enfants ce trop-plein d’énergie et d’émotions contenu toute la journée et que, entre la préparation du repas et les nuits qui tombent de plus en plus tôt, ce n’est décidément plus le moment de leur proposer d’aller faire un tour dehors. Pour éviter que cela ne dégénère ou qu’ils ne se mettent en danger, il est important pour moi de mettre à leur disposition un matériel leur permettant de grimper, sauter ou tournoyer qui soit adapté.

Après une première « version bois », voici comme promis une « version plastique » de nos outils préférés.

Pour écrire cet article, je me suis énormément inspirée de la sélection de motricité globale proposée par la boutique Hop’toys. Je connais bien cette boutique, d’une part, parce que c’est là que ma sœur neuro-psy se procure les fidgets qu’elle propose à ses petits patients ; d’autre part, parce qu’il s’agit d’une boutique qui propose une sélection largement inspirée des pédagogies actives, avec notamment de belles suggestions pour créer des espaces Reggio. Enfin, et c’est le plus important, j’adhère totalement à leur éthique du jeu : Hop’Toys promeut le jeu comme une activité éducative, profitable à tous, au-delà des différences liées à l’âge, au sexe, à la culture ou aux éventuels besoins spécifiques (handicap, troubles de l’attention, besoins affectifs intenses, pertes de facultés motrices ou cognitives…). Convaincue de la nécessité de penser le jeu comme une activité collaborative qui rassemble, je suis particulièrement heureuse qu’Hop’Toys ait accepté ma proposition de partenariat pour cet article en nous offrant un exemplaire des Pierres de rivière que je te présente ci-dessous. Ce jeu fait partie de leur sélection de Noël consacrée aux parcours sensori-moteurs. Sache que pendant la période des fêtes, Hop’Toys propose à ses clients d’arrondir le montant de leur panier virtuel et de doubler ensuite le don ainsi offert pour le reverser à des associations.

Continuer la lecture de « Exercer sa motricité globale à l’intérieur : version plastique »

Feutrer la laine pour donner vie aux fées

Mon homme ayant eu la gentillesse de remplacer l’écran du téléphone que j’avais lamentablement laissé s’écraser au sol cet été, j’ai retrouvé quelques photos de créations en laine réalisées au printemps dernier. La plupart d’entre elles sont toutefois parties rejoindre les jardins d’enfants de l’école sans que j’aie eu l’idée de les immortaliser. Qu’importe, puisque c’est le plaisir de piquer la laine et de lui donner vie qui me plaît surtout. Mon amie Caroline, une autre maman de l’école qui m’a initiée au feutrage de figurines en laine, raconte qu’au bout d’un certain temps passé à piquer, les personnages commencent à lui parler ; peu importe, dit-elle, qu’ils ne ressemblent encore à rien, elle sait à partir de ce moment-là qu’elle est sur la bonne voie.

Si toi aussi tu as envie de t’initier à cette technique de feutrage relativement simple et rapide, sache que le principe est de réaliser une silhouette rigide en piquant assez longuement de la laine brute avec une aiguille de gros diamètre. Ensuite, il suffit d’habiller celle-ci de laine colorée au gré de sa créativité, en piquant la laine à l’aide d’une aiguille plus fine. Tu trouveras tout le matériel nécessaire pour tes futures créations dans la boutique française Au son des grillons. 

Pour débuter ou pour feutrer la laine avec de jeunes enfants, on peut réaliser des formes à l’aide d’emporte-pièces (et utiliser ensuite celles-ci pour décorer des cartes de vœux ou réaliser des broches par exemple). Pour plus de renseignements, je t’invite à (re)lire l’article « De la laine cardée pour la table des saisons« .

Continuer la lecture de « Feutrer la laine pour donner vie aux fées »

Lune d’elles : un espace créatif au féminin pour partir à la découverte de soi

C’est avec une certaine dose d’excitation que j’écris ces mots, puisqu’il s’agit pour moi de te présenter un projet sur lequel je cogite depuis plus d’un an avec mon amie Lexane. Trop conscientes de la difficulté de trouver du temps pour soi dans la frénésie du quotidien, désireuses de nous entourer d’une énergie féminine qui fait du bien (et qui nous fait trop souvent défaut), soucieuses de nous libérer le corps et la tête de certains impératifs et tabous qui régissent notre conception du féminin, nous avons créé Lune d’elles : un espace créatif dédié aux femmes, à quelques kilomètres seulement de Bruxelles, où nous animerons à la fois

  • des cycles d’ateliers créatifs pour voyager par le biais de la danse, du théâtre, de l’écriture et du yoga à la découverte de soi (ses valeurs, ses projets, sa puissance créatrice…) ;
  • des massages, pensés comme une rencontre intime et respectueuse du corps, de l’intention posée, de l’énergie déployée ;
  • des soirées contées, conçues pour accueillir les familles et les groupes.

 

Le premier atelier créatif aura lieu exactement dans un mois, le samedi 15 décembre prochain. Pour nous rejoindre le temps d’une soirée contée, nous te donnons rendez-vous le vendredi 11 janvier.

Pour découvrir plus amplement notre projet, je te laisse découvrir le site internet de Lune d’elles en suivant ce lien :  chaque série d’activités est détaillée en cliquant sur l’image qui l’illustre. Si tu as des questions ou que tu souhaites partager quelque chose avec Lexane et moi-même, je t’invite à utiliser le formulaire de contact disponible sur le site de Lune d’elles (nous utilisons une messagerie qui garantit la confidentialité du traitement des données).

J’espère sincèrement que curiosité et bienveillance envers soi t’amèneront bientôt à pousser la porte de l’espace que nous avons créé pour t’accueillir. A bientôt !

De l’infini petit à l’infiniment grand : cinq albums pour découvrir la planète, dès cinq ans

De l’infini petit à l’infiniment grand, de la petite graine plantée au printemps jusqu’à l’inscription de notre planète dans le système solaire, voici cinq albums coup de cœur pour voyager avec nos enfants à la découverte de notre planète bleue. Car la sensibilisation aux richesses de notre terre et à la nécessité de préserver celles-ci passe assurément par un contact fréquent avec la nature et… une belle bibliothèque !

Ça pousse comment ?* de Gerda Muller

Gerda Muller, généralement bien connue des foyers qui pratiquent les pédagogies actives pour ses célèbres albums sans texte sur les saisons*, met à profit son talent pour dessiner la nature dans un album qui détaille les différents mystères que recèlent un jardin et son potager.  Au travers de quelques histoires de la vie quotidienne, on découvre la vie du jardin au fil de l’année, le minutieux travail du jardinier, les différentes étapes de croissance de quelques légumes, etc. Le livre s’achève sur une invitation adressée aux plus citadins d’entre nous à cultiver leurs terrasses et leurs balcons. Incontestablement, Ça pousse comment ?* est un titre incontournable dans sa catégorie !

Plantes vagabondes* d’Emilie Vast

Plus récent, l’album Plantes vagabondes*  a fait le tour des comptes Instagram au printemps dernier ; son succès est amplement mérité, puisque les illustrations très graphiques d’Emilie Vast, qu’à la maison nous avions déjà adorées dans En t’attendant*, sont ici mises au service d’un propos aussi original qu’intelligent : il s’agit de découvrir sous forme de courtes histoires différentes manières pour les plantes de se reproduire. Autant te dire que j’ai appris presque autant de choses que mon fils. Celui-ci a été particulièrement séduit par cet album. La capacité de la violette à mitrailler ses graines de toutes parts a notamment remporté un franc succès !

Continuer la lecture de « De l’infini petit à l’infiniment grand : cinq albums pour découvrir la planète, dès cinq ans »

Créer sa poupée Waldorf – liens et boutiques

Dans un article précédent, je te présentais les différents types de poupées proposées aux enfants dans la pédagogie Steiner-Waldorf et la philosophie du jeu qui les accompagne. Le présent article a pour objectif de renseigner quelques liens, livres et boutiques grâce auxquels tu pourras créer ta propre poupée en laine et en tissu. Voilà une merveilleuse idée de cadeau pour les fêtes qui approchent !

Continuer la lecture de « Créer sa poupée Waldorf – liens et boutiques »

Table des saisons : automne 2018

Pour accueillir l’automne comme il se doit, c’est tout naturellement que la table des saisons a repris ses droits ! Puisque l’automne est une période d’abondance, il n’est pas difficile d’orner celle-ci de merveilles dénichées dans la nature (ou au marché) ; il y a fort à parier que la nôtre subisse moult transformations.

Petite revue de détails de notre table et excursion ailleurs sur la Toile…

Continuer la lecture de « Table des saisons : automne 2018 »