La suite de mon premier article sur le lit au sol, racontant notre expérience de ce type de lit avec un bébé qui sait désormais en sortir.

Un an, l’heure des bilans !

En février dernier, je publiais un article décrivant l’installation d’un lit au sol (ou lit sans barreaux) pour les enfants dès leur naissance et les avantages de cette organisation de la chambre conformément aux principes de la pédagogie Montessori. Comme mon fils n’avait que sept mois à l’époque, j’avais promis de revenir sur notre expérience du lit au sol avec un enfant qui est capable d’en sortir seul… et si possible d’y retourner !

Django vient de fêter son premier anniversaire. Il fait du quatre pattes à la vitesse de l’éclair et escalade tous les meubles qui passent à sa portée.  C’est donc le moment pour moi de te parler de nos échecs et de nos réussites en matière de sommeil ces derniers mois !

Un lit au sol… avec un bébé qui sait désormais en sortir !

J’ai compris pourquoi les articles sur les lits au sol sont très peu nombreux sur la Toile malgré l’engouement que ces installations suscitent : il est très difficile de parler de l’expérience de sommeil d’un tout-petit tant elle est variée et soumise à une évolution perpétuelle (rien que de l’écrire, j’en ai la tête qui tourne) !

Successivement, à partir du moment où il pratiquait aisément le quatre pattes, mon fils…

  • s’est endormi paisiblement dans son lit après m’avoir regardé sortir de la chambre sans sourciller ;
  • a glissé quelques jours de suite au bas de son lit sans chercher à y remonter ;
  • a décidé volontairement de se mettre à dormir au milieu de la nuit sur la carpette de sa chambre plutôt que dans son lit (époque de grosse remise en question, donc, et de réveils nocturnes spontanés de ma part pour aller voir « où » il dormait);
  • a hurlé dès que je faisais mine de sortir de la chambre, me suivant à quatre pattes jusqu’à la barrière qui barre la porte, à laquelle il s’accrochait en criant de plus belle (cela a duré une dizaine de jours, nos préférés à tous les trois, tu penses) ;
  • est allé se coucher de sa propre initiative dans son lit pour une sieste à l’âge de 11 mois (ça ne s’est produit pour le moment qu’une seule fois, mais comme je lui propose encore deux siestes par jour, il est rare qu’il ait l’occasion de « se mettre seul au lit »).

Mais ces épisodes restent des exceptions. LE PLUS SOUVENT, après un rituel du coucher bien huilé (brossage des dents, histoire et câlins), Django s’endort paisiblement dans son lit tant que son papa ou moi restons à ses côtés. Parfois, il accepte à nouveau que je sorte de la chambre avant qu’il ne soit complètement endormi.

... au dodo !
Toutes les positions sont possibles, sans avoir la tête dans les barreaux du lit ou une petite jambe qui pend lamentablement vers le sol.
Ou bien on peut dormir comme ça aussi, quand il y a trop de lumière...
Heu… et quand il y a trop de lumière, on peut aussi dormir comme ça en effet.

Le verdict

Si tu cherches une solution miracle pour que ton enfant fasse ses nuits / accepte de se coucher sans ta présence à ses côtés / tombe de sommeil sans un bruit, je te préviens tout de suite : le lit sans barreaux n’apporte pas de solutions miraculeuses aux problèmes de sommeil !

Et, pourtant, malgré quelques soirées difficiles, mon homme et moi restons complètement convaincus de notre lit au sol (or, le lit à barreaux attendait sagement dans la cave, il nous suffisait de le monter au besoin).

Après 9 mois de lit au sol (notre bébé ayant commencé à y dormir à trois mois), je conclus donc cette expérience par un grand OUI !

litausol06

Pourquoi ?

  • Parce que nous aurions dû faire face aux mêmes angoisses avec un lit à barreaux (je le sais pour l’avoir pratiqué à plusieurs reprises en dehors de la maison), sans pouvoir nous allonger paisiblement à côté de notre fils. Je déteste devoir me plier en deux au-dessus du lit-cage pour essayer d’apaiser mon bébé qui hurle. Lorsque nous sommes allongés sur le lit au sol pour lire l’histoire, il n’y a pas de pleurs et notre bébé vient sereinement se coucher à nos côtés de lui-même * bonheur *
Squatter e lit au sol avec papa, c'est chouette aussi quand on ne dort pas !
Squatter le lit au sol avec papa, c’est chouette aussi quand on ne dort pas !

 

La question à 1 million

N’est-ce pas néfaste d’habituer un enfant à ne s’endormir qu’aux côtés d’un adulte ? Cela n’entrave-t-il pas sa capacité à s’endormir seul ? Je suis complètement d’accord sur le fond : habituer un bébé à s’endormir avec une sucette, un biberon, au sein, de la musique, un bercement, une présence…, c’est l’empêcher d’acquérir la confiance nécessaire dans sa capacité à s’endormir seul. Mais, concrètement, il m’est absolument impossible de laisser mon fils hurler de désespoir jusqu’à ce qu’il s’endorme d’épuisement. Aussi, je reste avec lui dans le lit, et j’essaye de partir « au troisième stade d’endormissement », c’est-à-dire quand ses yeux sont mi-clos : il est sur le chemin du sommeil, mais encore assez conscient pour savoir que je vais quitter la pièce. Je lui souhaite bonne nuit et l’embrasse une dernière fois en croisant les doigts… Plus petit, Django n’éprouvait pas ce besoin que nous restions à ses côtés et il arrive aujourd’hui que ça ne soit pas le cas : à nous d’entendre et d’accepter les périodes plus angoissantes de sa vie et d’essayer comme nous le pouvons de l’aider à les traverser.

  • Bien entendu, il appartient à chaque parent de savoir si l’enfant pleure parce qu’il est angoissé, en colère, etc. et de choisir comment réagir en conséquence. Toutefois, selon moi (et je précise que je n’ai aucune compétence médicale et que je ne parle que de mon point de vue de maman, fais donc ce qui te semble bon de mes propos), accourir au moindre bruit ne me semble pas être une solution (les nourrissons, par exemple, commencent à dormir par une phase de sommeil agité – contrairement aux bébés plus âgés et aux adultes qui commencent par une phase de sommeil profond – durant laquelle ils peuvent émettre beaucoup de bruit et parfois même de petits pleurs ; ils dorment pourtant déjà et ce serait dommage de les réveiller), mais laisser pleurer non plus (pleurer est la manière dont un tout-petit communique ; s’il n’est pas entendu, il finira par en déduire que ça ne vaut pas la peine d’essayer de communiquer ses sentiments / besoins) ! C’est vrai, avec un lit au sol, il est impossible de laisser un bébé pleurant dans son lit en ayant la certitude qu’il y reste : l’enfant va se relever et viendra se plaindre à la porte de sa chambre. Ses parents ne pourront donc pas le laisser seul en ayant la tranquillité d’esprit de le savoir « en sécurité dans son lit ». Mais… est-ce vraiment ce que nous voulons ?
Ne me laisse pas tout seul, petit maman (sinon, je huuuuurle)
Ne me laisse pas tout seul, petit maman (sinon, je huuuuurle)

 

  • Avec un lit au sol, l’enfant acquiert peu à peu davantage d’autonomie par rapport au sommeil : il s’agit de retrouver le sens du mot « éduquer », c’est-à-dire « conduire au dehors », « guider vers l’extérieur », autrement dit accepter de chercher avec l’enfant comment lui apprendre à faire seul. Essayer de contraindre un bébé à rester dans son lit au sol, c’est perdre tout l’intérêt de l’installation : l’idée est de l’y inviter (ce qui n’empêche pas de faire preuve de fermeté, pédagogie active n’est pas synonyme de laisser-faire ou d’attitude démissionnaire). L’enfant peut par exemple choisir un livre, qu’il lira couché avec l’adulte dans le lit. Ils peuvent aussi faire le lit ensemble (disposer les peluches, le doudou, la veilleuse, etc.) ou, avec un bébé qui est déjà assez paisible, s’installer pour un petit massage du visage, par exemple. Je suis sûre que tu as d’excellentes idées de rituels plein la tête.

 

Une histoire et au dodo !
Une histoire et au dodo !

 

Bref, installer au lit au sol pour gagner en :

Autonomie
Écoute
Douceur / Confort

… en plus des autres avantages économiques et écologiques dont j’ai déjà parlé dans mon premier article sur le lit au sol.

Mais…

  • Bien sûr, je pense que la majorité des enfants va inévitablement se redresser ou se relever, surtout les premiers jours (il est normal que le bébé teste les limites de cette liberté nouvellement acquise), mais il me semble que c’est là une étape inévitable dès l’introduction d’un lit « ouvert » et que la retarder ne changera pas grand chose aux difficultés rencontrées. Lorsque cela se produit, je prends le temps d’expliquer à mon bébé qu’il est fatigué, qu’il est nécessaire qu’il se couche. Rien ne sert selon moi d’aller le chercher et de le remettre de force dans le lit : il vaut mieux lui laisser faire le tour du lit ou de la pièce quelques brèves minutes, puis lui rappeler calmement qu’il est l’heure de se coucher. Cela semble sans doute plus facile à dire qu’à faire, mais je pense que chaque parent verra à l’expérience comment s’adapter par rapport au comportement de l’enfant.
  • Parfois, il arrive que l’enfant ne soit pas fatigué. Si ton bébé se lève pour aller jouer dans sa chambre et qu’il parvient à se concentrer calmement sur une activité, c’est sans doute qu’il n’est pas fatigué. Tu connais ton enfant, à toi de reconnaître les signes de fatigue ou non, et de décider en conséquence (car il ne serait pas très productif de laisser jouer un enfant fatigué jusqu’à ce qu’il dépasse « l’heure du marchand de sable » et que tu te retrouves face à un petit démon surexcité désormais incapable de s’endormir – heu, oui, ça sent le vécu, en effet). Par contre, il est aussi possible que le parent soit fatigué ou qu’il ait besoin du moment de la sieste pour récupérer / avoir du temps pour soi : il me semble tout à fait légitime d’expliquer cela à l’enfant et de l’autoriser à jouer tranquillement dans sa chambre (complètement sécurisée, cela va de soi), en lui rappelant qu’il peut regagner son lit seul s’il est fatigué ou appeler pour recevoir de l’aide s’il en a besoin.
Dans la chambre, le mobilier est à hauteur de petites mains
Dans la chambre, le mobilier est à hauteur de petites mains

jouerdansmachambre

  • Il est possible que ce type de lit ne convienne pas à tous les bébés: quelques mamans m’ont écrit pour me dire qu’elles auraient aimé tenter l’expérience, mais qu’elles pensaient que leur bébé avait trop besoin d’un « cadre » pour parvenir à s’apaiser (ce qui explique par exemple qu’on emmaillote parfois les nourrissons, pratique qui nous a bien aidés ici aussi les premiers mois). Bien entendu, on peut créer un effet « cocon » dans un lit au sol (voir le premier article), mais pour un enfant qui se déplace déjà seul, ce ne sera peut-être pas suffisant. Je n’ai pas d’avis à ce propos, n’ayant moi-même tenté l’expérience qu’avec un seul enfant, mais je tenais à relayer cette opinion (histoire que tu aies toutes les cartes en main pour faire ton choix).
  • Ce type d’installation requiert du temps : il est possible que ton enfant accepte tout de suite le système, comprenne immédiatement les « limites » du lit et y reste sagement, mais il est aussi possible que ce ne soit pas le cas. Le lit au sol n’est pas une solution magique : c’est un investissement en temps et en énergie, comme la plupart des autres apprentissages. Certains fonctionnent immédiatement, d’autres demandent plus de temps: cela dépend de l’enfant, des adultes qui l’entourent et de l’environnement. Il faut conscientiser cela avant de se lancer dans l’aventure ! Mais, personnellement, je suis sûre que c’est un investissement super rentable pour le développement futur de l’enfant, héhé !

litausol03 litausol04 litausol05


Quelques liens


 

En savoir plus ?

Si tu lis l’anglais, je te conseille ces deux chouettes articles, dans lesquels les mamans de How we Montessori et de At home with Montessori répondent aux questions que leurs lecteurs leur posent à propos du sommeil avec des lits au sol :

FAQs – Sleep from How we Montessori

J’aime le fait que ces mamans s’étonnent de l’incompréhension de certaines personnes vis-à-vis du lit au sol, puisqu’elles-mêmes vivent cette installation comme une évidence et ne voient pas très bien ce qu’elle peut avoir d’original. À leur lecture, on comprend aussi qu’il n’existe pas de recette miracle pour le sommeil. Simplement, de l’écoute, de la patience, de la confiance en soi et en son enfant et… un peu d’humour !

Des questions ? Envie de partager ton expérience autour du sommeil  ? Toi aussi tu as installé un lit au sol pour ton bébé ?

Je sais que le sommeil est un sujet difficile. Et puis, c’est toujours chouette ou rassurant de savoir comment ça se passe chez les autres. N’hésite pas, laisse un commentaire ou envoie-moi une photo du lit au sol de ton tout-petit! Elle sera publiée dans l’album des lits au sol, dont tu peux t’inspirer dès à présent.

D'autres raisons de se gausser :

Un lit au sol pour mon petit prince
Des perles en bois colorées
Raconter des histoires autrement : le Butaï, théâtre japonais
Le portage, ou comment je suis "entrée en maternage"
Ritualiser le temps : préparer Noël
Art cinétique à la Patinoire Royale - so Reggio, my dear !

41 Comments on Le lit au sol (ou lit sans barreaux) : le bilan

  1. Bonjour, mon fils a 16 mois et c’est lui qui nous a « imposé » le couchage au sol il y a un mois, après de longues nuits où il se réveillait, se rendormait dès qu’on le sortait de son lit à barreaux pour le calmer, et se remettait à pleurer dès qu’on le reposait ! On a fini par sortir le matelas et le poser par terre en pleine nuit… Pour le moment tout va bien, on a installé une couverture au pied du matelas, il dort sur l’un ou l’autre indifféremment, et sort très peu de son lit. Ayant mal au dos, on apprécie de pouvoir s’asseoir ou s’ allonger près de lui, en cas de réveil nocturne qui se prolonge un peu. Si j’avais un 2e enfant, je le passerais tôt par terre, mais je garderais tout de même le lit tant que l’enfant n’est pas mobile, pour mon dos justement : notre lit à barreaux est à hauteur réglable, et quand l’enfant ne peut se lever tout seul, l’avoir à hauteur est un vrai soulagement pour le dos.
    Bon courage aux futures mamans et papas, le maître mot c’est l’adaptation je crois !

  2. Bonsoir à toutes et tous,
    J’espère que ma question ne sera pas trop hors sujet. Je suis enceinte de mon 1er enfant et j’aimerai inclure le couchage au sol dès sa naissance. Notre inquiétude, se casser le dos pour aller le récupérer dans son lit chaque jour .. Est-ce un souci rencontré par quelques un(e)s d’entre vous ? Merci de votre aide.

    • Bonjour,

      pour ma part j’ai choisi entre autres d’installer un matelas au sol pour ma fille à l’âge de 7 mois 1/2 justement à cause de mon mal de dos. Ma fille (encore maintenant, à 12 mois) a besoin de ma présence pour s’endormir. Alors avec le lit à barreau, soit je me cassais le dos complètement plier pour laisser ma main posée sur elle durant au moins 30 min, soit j’étais assise à coté du lit à même le sol ce qui ne m’aidait pas non plus. Du coup avec le lit au sol, je m’installe tranquillement avec, ou je reste assise à coté en lui caressant le dos. Ca m’a beaucoup aidé. Avant j’étais impatiente car j’avais mal au dos, je voulais qu’elle s’endorme vite vite vite et donc évidemment ça ne fonctionnait pas du tout; maintenant je suis plus sereine.

    • Bonjour !
      Je suis dans la même situation que toi PRincesse33, le lit au sol est prêt pour notre deuxième enfant (après de très mauvaises nuits en lit à barreaux pour mon premier enfant, et la venue d’un lit « de grand » un peu tardive mais qui l’a totalement libéré !!).
      Il fait encore des cabrioles au chaud dans mon ventre donc je ne peux pas te répondre. Je voudrais juste te dire comment j’envisage les choses.
      Je prévois de faire dormir mon loulou en journée dans son parc (donc en hauteur) au milieu du brouhaha ambiant du salon. J’avais fait ça pour Ethan, et il pouvait s’endormir n’importe où ensuite ! Je ne peux pas le laisser au sol dans le salon à cause de notre chien.

      Pour la nuit, il ira d’abord avec nous puis dans son lit au sol. Je pense que ça évite justement le mal de dos puisque tu peux rester près de lui en étant installée correctement, plutôt qu’à moitié penchée au dessus du lit à barreaux… Je vois ça plutôt comme un avantage.

      Moi ma peur c’est juste la motricité libre et son envie de découvrir alors qu’il devrait dormir mais je suppose que rien ne sert de s’interroger pour le moment : on verra bien !!!

  3. Bonjour,
    je me joins aux commentaires pour te remercier pour cet article et ce blog, qui m’ont donné plein d’idées.
    Mon fils a 14 mois, il dort au sol depuis l’âge de 10 mois. Il a toujours été un très bon dormeur, aussi le passage au sol n’a pas changé grand chose pour nous au début (mais c’est vrai que c’est plus agréable de l’endormir en s’allongeant à côté de lui, qu’en se penchant au-dessus d’un berceau).
    Cependant, depuis peu, il sait sortir du lit tout seul (avant il n’arrivait pas à enjamber le coussin d’allaitement qui fait barrière).
    On a donc la bonne surprise qu’il vienne nous trouver dans notre chambre le matin, ce qui est super : autonomie !
    Mais également, parfois à 2 ou 3h du matin… Ce qui nous emplit de perplexité : lui qui dormait si bien (pensions-nous) s’est-il subitement mis à se réveiller la nuit ? Ou bien avait-il déjà de petits réveils, mais se rendormait-il tranquillement, alors que maintenant il sait qu’il peut se relever et en profite ?
    Autre problème que je n’avais pas du tout vu venir : désormais, c’est dangereux de le coucher ailleurs que par terre (par exemple sur un lit ou un canapé entouré de coussins) car son premier réflexe au réveil va être d’enjamber les coussins pour sortir, et là, catastrophe ! Comme je dors dans une mezzanine (petit appart) c’est d’autant plus douloureux de réaliser que je ne pourrai plus le faire dormir dans mon lit en cas de sommeil compliqué, car j’aurai peur qu’il se réveille et saute par-dessus bord…
    Bref, je reste convaincue par le lit au sol, mais il faut reconnaître que ça pose parfois des problèmes qu’on aurait pu s’éviter. Comme tous les principes de motricité libre en fait… On se demande parfois si on a bien fait de l’habituer à ça… J’imagine que tout le monde passe par ces questionnements !
    À bientôt

  4. Passionnée de pédagogie, et notamment de la pédagogie Montessori, je suis tombée sur ton article en cherchant sur google. Je trouve tes articles très bien écrits et très clairs, du coup je te suis sur hellocoton pour toujours être informée quand tu postes ! J’adore la déco de la chambre également 🙂
    A bientôt !!

  5. Un jour de 2015 je suis tombé sur ton blog et sur ta page du lit au sol. Nous dormons sur des citons et tatamis a la maison depuis longtemps. Mon fils a débuté ses nuits dans un lit a barreaux. ..celui de ses grands cousins !
    Aujourd’hui il a 21 mois et connaît son futon par le jeu les lectures et les câlins avec nous en journée. Depuis peu il dort tout seul dedans. Siestes et nuits ! Sans se lever …! Des fois je le retrouve endormi avec un tracteur dans les mains. …mais c’est super …il a pris conscience de ce lieu de repos et sommeil et se l’est approprié. .alors merci a toi de m avoir dévoilé tes idées. Et continue comme ca ! Une maman couturière !!!

    • C’est génial Mathilde, sûrement un des plus beaux témoignages d’autonomie pour le sommeil que j’ai jamais lu. Bravo à ton petit bonhomme !

  6. Bonjour !
    Parfois on ne choisit pas et le lit au sol s’impose par nécessité. Ma fille marchait seule à 8 mois et demi et dormait très peu, ne s’endormait jamais seule et n’a jamais supporté ni barreaux de lit ni parc ni entraves. Il a bien fallu que je m’adapte …
    Oui cela donne par la suite des enfants plus autonomes.
    De toute manière, quand l’enfant hurle dans son lit à barreaux ce n’est pas plus simple à gérer et là, au pire, je pouvais sommeiller un peu à coté d’elle.
    Tout dépend donc de l’enfant et de ses besoins.

  7. Bonjour,

    je suis en pleine hésitation. Ma fille a 3 mois et son lit à barreaux l’attend bien sagement quand le berceau sera devenu trop petit…

    « chambre entièrement sécurisée » « meubles à hauteur des petites mains »…. la chambre de bébé est toute petite et nous ne pouvons pas mettre ses affaires ailleurs. Nous devons donc y laisser l’armoire qui contient ses vêtements et la commode qui contient le reste du nécessaire. Vous avez fait quoi de ces affaires là? elles ne sont pas dans sa chambre?

    Je me questionne beaucoup sur le choix en lui-même mais aussi sur la capacité technique à réaliser cet aménagement chez nous…

    Merci de votre recul

    • Je vous réponds vite car je me consacre peu au blog en ce moment mais je ne veux pas vous laisser sans réponse : jusqu’à ce mon fils soit en âge de choisir ses vêtements, ceux-ci étaient en hauteur dans l’armoire (à sa hauteur, seulement des choses adaptées et pas de possibilité de grimper dans l’armoire). On peut envisager aussi d’accrocher certains meubles aux murs, pour être certains qu’ils ne basculent pas, mettre des caches-prises, éventuellement une barrière à la porte, en tout cas un cale-porte pour éviter les doigts écrasés. Les produits pour le change, les médicaments, etc., s’ils ne sont pas stockés dans la salle-de-bain, seront placés également hors de portée. L’espace, en tout cas, évolue, à mesure que l’enfant se déplace de mieux en mieux, puis apprend à respecter peu à peu les interdits, les dangers, etc. Quoi que vous décidiez, n’oubliez pas que vous restez toujours libres de changer d’avis, de vous réadapter à vos besoins et à ceux de votre fille. Je vous souhaite beaucoup de plaisir !

  8. Bonjour Alys,
    tout d’abord encore félicitations pour vos deux merveilles!
    Je suis maman de deux petits jumeaux de 9 mois maintenant:)
    J’ai découvert t votre site en cherchant un patron de sarouel…je ne savais pas que j’allais trouver beaucoup plus!!!
    Votre site m’a ouvert les yeux. je connais la pédagogie montessori étant moi même allée dans une école,et ouverte à toute pédagogie alternative…mais pour les tout petits je ne connaissais pas. Le lit!!!merci de nous avoir ouvert les yeux!!!nous sommes partis en vacances et n’ayant pas de lit bb on les a mis par terre, sur une grosse couette et ils n’ont jamais aussi bien dormi alors de retour sur Paris je me suis rappelé votre article que j’avais vu juste avant de partir et nous nous sommes lancés!
    Au départ c’était un peu dur mais depuis un mois il s’y ont fait, ils jouent dans leur chambre, dorment comme des loirs:) J’ai acheté le livre sur les activité de montéssori.
    J’ai cependant 2 ou 3 petites questions: tout d’abord mes enfants se retrouvent souvent au sol, on a mis un traversin mais ce n’est pas suffisant, vous aviez mis quoi pour django? ça a l’air pas mal du tout.
    ils se mettent à marcher à 4 pattes et ont de moins en moins envie de rester dans leur chambre…c’est aussi le moment « maman », avez vous eu ce passage? comment avez vous fait pour qu’il réinvestisse sa chambre?
    Niveau jouets, je ne pense pas avoir bien compris comment les leur présenter….je pourrais vous envoyer ds photos de leur chambre?
    Désolée pour ce pavé mais je suis un peu perdue sur certains points…
    Merci beaucoup!
    encore félicitations et merci pour votre précieux site!!

  9. Bonjour !
    Tout d’abord un grand merci pour votre blog qui est un véritable puit d’informations pour moi ! Je m’intéresse un peu à l’éducation montessorienne sans vouloir non plus en embrasser totalement les principes et j’aime la distance « réaliste » avec laquelle vous abordez le sujet ainsi que le suivi que vous en faites. Grâce à vous, j’ai intronisé une tour d’apprentissage ainsi que le lit (presque) au sol et c’est un véritable succès ! Je suis chaque jour surprise de l’autonomie qu’acquiert mon petit (16 mois) grâce à ces 2 aménagements. C’est juste génial ! Nous avons opté pour un lit « de grand » (mais pas très haut, hein, on est pas des monstres) il y a de cela 2 mois et il l’a tout de suite adopté, apprenant très vite à en descendre et en monter. Depuis une semaine, après de nombreux rituels et couchers collectifs, il se couche seul, se relevant si le sommeil ne vient pas, jouant, lisant et se recouchant lorsque le marchand de sable finit par montrer le bout de son nez (jamais très longtemps plus tard d’ailleurs…) ! Même topo pour la tour qu’il s’est approprié très rapidement et qui lui permet de partager avec nous la préparation du dîner, l’apéro ou toutes autres activités ayant trait à la cuisine ! C’est cliché mais je vais le dire quand même: c’est que du bonheur ! Un grand merci donc ! Et n’arrêtez jamais surtout ! J’ai besoin de vous !

    • Merci beaucoup Chloé pour ce message qui me va vraiment droit au cœur !!! Je te souhaite plein de bonheur et d’émerveillement à l’écoute de ton tout-petit. A très vite, j’espère !

  10. Vraiment super ton blog, il me soutient dans nos choix!!
    notre fils va avoir 6 mois, et cela fait maintenant un mois qu’il dort sur un lit au sol la journée et depuis une semaine la nuit (il était encore dans le cododo).
    Ce matin j’ai commencé à désespérer puis j’ai relu ton blog plus les commentaires témoignant des expériences, et c’est bon je suis reboostée!!
    Mon p’tit loup depuis 2 jours met 1h à s’endormir pour les siestes, j’ai le sentiment que son objectif est descendre du matelas (c’est même un jeu je pense, ça doit lui faire des sensations!!) mais voilà, il n’arrive pas à se donner des limites alors qu’il est très fatigué, c’est clair!
    J’avais déjà mis dès le début un gros traversin sur le côté du matelas qui n’est pas contre le mur, pour lui donner un cadre rassurant le temps de s’habituer à son nouveau lit! Sauf que que ne l’ai toujours pas enlever, je ne le sens pas prêt. Mais bon il sait très bien sortir par le bas de son lit! il roule jusqu’à en sortir! (le concept de motricité libre ça il a pigé!)
    seulement voilà depuis 2 jours c’est trop dur pour lui d’être raisonnable et dormir, il veut découvrir. Ce matin au bout d’une heure de coucher à jaser, explorer, crier (de plaisir), pleurer (par incapacités motrice et sûrement fatigue) j’ai craqué, j’ai bloqué la sortie par un autre coussin en lui expliquant pourquoi, et il a fini par s’endormir ( je ne sais pas si c’est grâce à ça car sa tête était toujours en haut du lit…)
    Mais bon en sortant de sa chambre je me suis demandée, si je ne le mettais pas en difficulté. Du coup j’ai allumé mon ordi et je t’ai lu ça fait du bien!! Je ne peux toujours pas répondre à ma question « est-ce que je le mets en difficulté? » mais en tout cas il ne pleure jamais quand je le couche au contraire, j’ai toujours le droit à des énormes sourires plein de malice!
    A voir pour la suite!

    • Merci Sabrina pour ton retour ! Je me retrouve parfaitement dans tes questionnements / inquiétudes, même si ce n’était pas exactement les mêmes. Courage ! Je pense que tu as trouvé la bonne solution pour lui et pour vous ! Après tout, il n’a que 6 mois, et est encore tout petit même si super débrouillard vraisemblablement pour arpenter l’espace. C’est normal qu’il ne puisse pas encore entendre tous ses besoins et que tu cherches des moyens de l’y aider !

  11. Bonjour,

    A votre avis, peut-on introduire le lit au sol après quelques mois passés dans un lit à barreaux? Notre loulou a 10 mois maintenant et je me demande s’il n’est pas trop tard. Merci de votre retour d’expérience en tout cas!

    • Bonsoir Laure, non il n’est selon moi pas trop tard. De toute façon, il faudra bien qu’il quitte son lit à barreaux un jour alors pourquoi pas maintenant ? J’éviterais juste de le faire dans une période émotionnellement déjà riche en changement : 10-12 mois, c’est une période relativement angoissante (je me souviens que mon fils avait vécu à cette époque une quinzaine de jours très difficiles au niveau du sommeil, et je remarque que plusieurs enfants de mes amis qui ont actuellement le même âge vivent plus ou moins la même chose). Changer son environnement alors qu’il a besoin de stabilité n’est alors sans doute pas le bon plan… Par contre, si tu sens qu’il est prêt (il escalade le lit à barreaux, y manque de place, manifeste l’envie de monter seul dans son lit, gère déjà parfois lui-même ses demandes de sommeil ou que sais-je encore), ou, au contraire, si le sommeil est problématique et que tu sens que tu serais beaucoup plus à l’aise couchée au sol à côté de lui pour répondre à ses angoisses / son besoin de présence : fonce ! Explique-lui bien ta démarche, montre-lui que tu as confiance en lui, que tu veux faire de son lit un endroit rassurant où il se sente en paix et qu’il ait plaisir à rejoindre. Et bien entendu, comme je le dis à chaque fois, anticipe un temps d’adaptation… Bises !

    • Bonjour, je me permets de vous répondre car nous avons introduit le lit au sol apres 12 mois de lit à barreaux et ça s’est très bien passé !

  12. Bonjour Minuscule Infini ! déjà je vous remercie pour votre blog très riche en découvertes et plaisant à lire ! je viens chiner les patrons de sarouel (déjà 2 réalisés ! vos explications sont vraiment top puisque la couture était une découverte totale pour moi), et mon homme vient tout juste de terminer le « cube » pour notre fils.
    Si j’écris un com sous cet article, c’est parce que depuis des mois, je le lis, le relis et le relis encore ! mon ptit bonhomme dormait dans son cocconababy posé sur grand matelas au sol jusqu’à ses 3 mois. Puis, son papa a construit un lit en bois au sol, avec une ouverture… (mais petit matelas…) Ptit bonhomme a commencé à sortir de ce lit (il y avait pourtant une « marche ») dès qu’il a pu se tourner sur le ventre, avant même de faire du 4 pattes, il descendait et montait dans le lit ! mais pour dormir il n’en sortait pas…
    A 6 mois il se mettait debout, même dans le lit en s’agrippant au petit rebord et avec sa turbulette… ce lit devenait un peu dangereux en fait…. (il est passé une fois par dessus sans se faire mal grâce aux tapis à l’extérieur) Et puis depuis qqs semaines, il sortait du lit, allait sur son tapis, se mettait debout à la barre (tjs dans sa turbueltte) ou venait à la porte.
    J’ai entendu ma mère me dire « si tu remettais un lit à barreaux, il se sentirait plus en sécurité, non ? »
    Alors, nous avons renoncé au joli petit lit en bois au sol fabriqué avec amour par papa pour… remettre le grand matelas de ses débuts posé au sol (avec le coussin d’allaitement) ! et il a retrouvé un peu d’apaisement dans son sommeil ! et surtout, quand il est réveillé le matin, il joue tranquillement sur son matelas, il a suffisamment de place pour tourner et virer dans tous les sens.

    Et puis, cette phase « miracle » fut de courte durée (petite pause bien agréable pour nous … il a dormi 4 nuits d’affilée de 20h à 7h30 YEEESSSSSS ça fait du bien !), bref c’est à nouveau périlleux pr les siestes (angoisse pr s’endormir…il a 7 mois, les angoisses de séparation commenceraient-elles ?)

    Enfin, tout ça pour dire que ça me fait un bien fou de relire toutes les étapes par lesquelles vous êtes passées avec votre fils (parce qu’il y a des fois où on remet tout ça en question…) Pour l’instant nous ne renonçons pas, nous aurions les mêmes problèmes d’endormissement avec un lit à barreaux ! et j’aurais trop peur qu’il grimpe et passe par-dessus.
    Et je confirme : quand bébé pleure, c’est drôlement plus pratique le sol pour s’allonger à côté ! (plutôt que rester à côté, penchée au dessus d’un lit à barreaux)

    Voilà pour mon expérience, mon com est un peu « fouilli », alors un dernier mot : MERCI de partager tout cela avec nous !

    • Merci beaucoup Marion ! Personnellement, ça m’aide de lire des commentaires comme le tien : d’abord, je me dis que les tartines que je m’efforce d’écrire ne sont pas vaines et puis surtout je me rappelle que je ne suis pas la seule à me prendre la tête avec ces histoires de sommeil. Bref, ça fait du bien ! Aujourd’hui et depuis qu’il a deux ans, Django s’endort la plupart du temps super facilement (et seul !). Avec l’arrivée d’un petit nouveau pour juin, j’appréhende de devoir « tout recommencer » (alors que, bien entendu, rien ne sera pareil) mais, bon… sinon ce ne serait pas du jeu, hi hi ! Courage chez vous et heureuse que tu aies le même ressenti que moi à propos du lit au sol.

      • Me revoilà !
        Il y en a eu des hauts et des bas pour le sommeil…mais maintenant on savoure ! notre petit bonhomme a maintenant 1 an, cela fait 2 mois qu’il fait de meilleures siestes (avant il ne dormait que 2x 45min… aujourd’hui il a fait une lonnnnngue sieste de 3h !). Il y a 2 mois, je restais auprès de lui 10/15min avant de sortir de la chambre (pr la sieste comme pr le coucher du soir) et depuis quelques semaines, après nos petits rituels, je sors de la chambre quand il est encore assis dans son lit et…il s’endort seul sans problème.
        Le lit au sol, c’est un réel bonheur :
        -on peut s’allonger à côté les jours difficiles (et ça c’est pas négligeable !)
        -le soir, il s’asseoit sur son petit tatami devant son lit, il allume le nounours veilleuse, il choisit un livre dans son petit panier (j’adore le voir choisir !), nous lisons ou regardons le livre et quand c’est terminé, je range le livre, il grimpe dans son lit, s’allonge sur son nounours préféré et me regarde en souriant…. (ahhh je craque !)
        -en journée, quand il a sommeil, il va dans sa chambre et grimpe dans son lit, et comme il ne parle pas encore, là c’est clair, ça veut dire qu’il veut dormir!

        Pour l’instant, nous restons convaincus par le lit au sol ! et d’ailleurs, si je peux facilement me remémorer chaque phase positive, je suis bien incapable de raconter en détail les moments difficiles; il y en a eu, mais ils ont vite été remplacés par les meilleurs moments !

        Enfin, j’en profite pour souhaiter la bienvenue à votre petite perle de bonheur June ! félicitations

        • Merci beaucoup Marion, c’est super précieux d’avoir ton retour ici après plusieurs mois ! Je suis sûre que ça aidera beaucoup les parents qui te liront. Vraiment un grand merci ! Et merci aussi pour June ! J’essaye d’en profiter un maximum.

  13. Bonjour,
    un grand merci pour cet article car on lit beaucoup de choses sur ce fameux lit au sol mais jamais de retour dans la pratique, la vraie vie ! Et ça semble bien réalisable 😉

    Ma fille n’a que 3 mois, pour l’instant elle dort dans un petit berceau en bois fabriqué par des tontons ! Mais dans quelques mois ce sera trop dangereux, elle risquera de basculer. Je pense donc la passer directement sur un futon car je me dis que ça doit être plus simple qu’elle s’y habitue alors qu’elle ne se déplace pas encore ? Plutôt que d’y passer vers 9 mois ou plus et qu’elle ai envie de crapahuter partout, qu’en pensez vous ? Puis ça voudrait dire acheter un lit intermédiaire pour quelques mois ça n’a pas trop de sens.

    Par contre j’ai une grande question, c’est que nous sommes tous les 3 dans la même chambre ! Nous réalisons se gros travaux et elle n’aura pas sa propre chambre avant au moins 1 an. Alors est ce possible quand même ? Ne va-t-elle pas escalader notre lit à la moindre occasion, cela aura-t-il du sens pour elle qui dormira au sol et nous sur notre lit ? Quand nous irons nous coucher après elle, cela va peut être la perturber et elle se lèvera …???

    Voila je suis preneuse de vos avis ou expériences !
    Merci

    • Bonjour Marie, merci pour ce gentil commentaire. Malheureusement, je ne peux pas répondre à ta question car qui sait ? Chaque enfant réagit différemment, et sa réaction dépendra aussi de la vôtre (sera-t-elle la bienvenue dans votre lit en pleine nuit ou invitée à rejoindre le sien ?) Quoi qu’il en soit, dès qu’elle pourra se hisser debout, la question sera la même, lit au sol ou non, car elle t’appellera depuis son lit cage, inévitablement. Moi, je la mettrais dès maintenant sur un lit au sol, mais surtout, fais selon ton instinct et selon votre propre tolérance, à ton homme et à toi ! (et on peut aussi toujours changer d’avis, se réajuster, faire des tests, etc. ; il n’y a pas de bonne ou de mauvaise solution). Par contre, veillez à bien sécuriser la chambre et à ce qu’elle ne puisse pas accéder aux pièces en travaux ou aux outils (je pense à ça car nous sommes nous aussi en travaux, et ce n’est pas toujours évident avec des petits). A bientôt !

      • Merci beaucoup pour la réponse, elle a finit de me convaincre car mon instinct me dit ouiiiiii à fond !!Et mon homme est partant aussi. Puis comme tu dis, on peut toujours réajuster après !

        Je me posais une autre question c’est que nous avons du chauffage au sol mais comme c’est du basse température, a priori pas de soucis !?!

        Je cherche maintenant où acheter mon tatami et mon futon, tu n’as pas d’autres retours en qualité ou non sur des achats de ce genre ?

        Merci.
        Bonne soirée

        • Bonsoir,
          me voila de retour après 4 mois de lit au sol ! Bonheur 😉 Lire une histoire sur son lit chaque soir, m’allonger près d’elle lorsqu’elle a besoin d’être rassurée, être bien installée pour les tétées/bibs de la nuit, bref nous sommes conquis !!

          Nous attaquons cependant une nouvelle étape, notre fille a bientôt 9 mois et elle sort de son lit sans soucis et rampe (lol oui pas encore le 4 pattes mais c’est rapide aussi !). Elle est curieuse de tout et profite des temps de siestes/couchés pour quitter son lit et explorer la chambre(sécurisée que nous partageons toujours) dés qu’on passe la porte ! Dois je la laisser se balader longtemps ? J’ai tendance à aller la recoucher mais du coup j’ y retourne parfois une dizaine de fois !!! C’est qu’a un moment, elle nous appelle car elle est coincée sous notre lit ou juste elle veut dormir mais ne sait pas « remonter » sur son lit. Tout cela ne nous gène pas, c’est même plutôt rigolo de rentrer dans la chambre et de la chercher et elle toute contente qu’on la retrouve à droite à gauche, nous avons eu d’ailleurs quelques fous rires 😉 Bref mes 2 questions : Dois je la recoucher ou la laisser vaquer a ses occupations quitte à ce qu’elle ne dorme pas du tout à la sieste ?? Et j’ai vraiment l’impression que des fois elle a vraiment sommeil mais l’appel de la découverte est plus fort et une fois au sol elle nous appelle pour la recoucher et on finit par s’allonger près d’elle ou on met un traversin qui « empêche » la descente du lit puis elle s’endort, est ce de bonnes méthodes ? Des conseils de cette période ?
          Merci, bonne soirée

          • Bonsoir Marie, merci beaucoup pour ton retour tout d’abord.
            Pour tes questions, sache que je te réponds au feeling, car après tout je ne dispose que de ma propre expérience avec seulement un enfant pour le faire.
            Franchement, de mon point de vue, ta fille s’en sort super bien et elle semble beaucoup plus autonome par rapport au sommeil que mon fils au même âge. C’est génial, je trouve, qu’elle vous appelle en cas de besoin. Je trouve aussi tout à fait normal qu’elle ait besoin d’aide, de présence ou d’être contenue (par le traversin) pour trouver le sommeil. En fait, quand je te lis, je me dis que tu gères parfaitement et que tu as trouvé des réponses adaptées à ses besoins. La seule chose qui me gênerait, c’est le fait d’aller la remettre 10 fois dans son lit : si tu vois qu’elle est fatiguée et qu’en plus elle n’est pas capable d’y remonter seule, il me semble tout à fait normal que tu l’accompagnes vers le sommeil et que tu « l’invites » à rester dans son lit. Bref… en te lisant, je me dis : laisse la se balader un peu, faire l’expérience de pouvoir descendre de son lit et arpenter la pièce et quand elle t’appelle ou que tu entends ou vois qu’elle a vraiment besoin de dormir, ramène-la une seule fois dans son lit, quitte à rester un moment allongée avec elle ou à placer le traversin. Je ne sais pas si c’est la meilleure réponse ou si elle est facile, mais c’est ce qui me vient spontanément. Et surtout, fais-toi confiance et n’hésite pas à tester différentes choses, puisque vraisemblablement tu t’en sors super bien.

  14. Je découvre le blog à retardement alors que mon loulou a aujourd’hui 3 ans ! On a eu beaucoup de soucis avec son sommeil, qui ont fini par une chute du lit à barreaux un peu avant ses 2 ans suivi immédiatement de l’achat d’un lit de grand avec barrière « souple ». Son sommeil est devenu plus paisible du jour au lendemain et aujourd’hui il adore son lit et n’a jamais eu de souci pour y « rester ».
    Comme on réfléchit à un petit frère ou une petite soeur, on se pose naturellement la question du lit au vu de cette première expérience un peu… mitigée !
    Je suis donc tombée sur tes articles sur les lits au sol, je trouve l’idée vraiment bien et mon mari semble conquis. Cela dit on se posait quelques questions : peut-on prendre un matelas type lit une place ou est-ce trop haut pour les débuts ? Comment avez vous fait en « sortie » ? Il nous arrive souvent d’aller dormir ailleurs, ou bien de faire commencer la nuit à notre loulou chez des amis par exemple. On utilisait donc un lit parapluie. Est-ce aussi possible alors que l’enfant est habitué à avoir tout l’espace qu’il souhaite ?

    Pour info, quand on dort ailleurs, on utilise aussi l’astuce du boudin sous le drap housse, ça fait une barrière pour notre fils ! (et ça marche super bien).

    Merci pour vos conseils !

    • Bonjour TiKoala, merci beaucoup pour ton message ! Alors, chez nous le lit au sol est composé d’un futon + tatami, ce qui fait une hauteur de 8 cm : pas de danger en cas de roulade. Avec un matelas ordinaire, je mettrais simplement le coussin d’allaitement, que tu as déjà l’habitude d’utiliser, pour éviter les roulements intempestifs et un tapis un peu moelleux en bas du lit (type tapis de yoga), histoire que le choc ne soit pas trop rude en cas de chutes. As-tu regardé l’album des lits au sol (lien en bas du deuxième article, je pense) ? Tu pourrais y trouver quelques idées d’aménagement avec matelas classique. En ce qui concerne ta deuxième question, j’ai toujours utilisé une petite tente pour aller dormir chez des amis : pendant mon congé de maternité, je bougeais beaucoup seule avec mon bébé et en transport en commun, avec bébé en écharpe, il était impossible pour moi de transporter un lit parapluie standard (beaucoup trop lourd et encombrant). La petite tente qui s’auto-déploie est donc naturellement devenue le complément de notre lit au sol. Cependant, encore aujourd’hui, j’y « enferme » mon bébé la plupart du temps, car généralement les chambres de nos amis ne sont pas du tout sécurisées pour des tout-petits (prises, produits de soin à portée de petites mains, proximité des escaliers, etc.). Et sinon, mon fils est gardé en semaine par ses grand-parents, chez qui il dort dans un lit parapluie (mais impossible que j’aille l’y coucher moi-même, il me mène trop en bateau et je n’arrive pas à résister à ses petits yeux tristes qui me donnent l’impression que je l’abandonne dans ce lit cage… par contre, avec ses grand-parents, aucun souci depuis bien longtemps). J’espère que tu trouveras la solution qui vous conviendra à tous… Ce n’est jamais facile en matière de sommeil !

  15. Bonjour et merci pour ton blog qui une mine d’informations et conseils (bienveillants)! Merci à A., auteur du témoignage que tu as publié sur son parcours de m’avoir fait découvrir ton univers.
    Ma fille de 22 mois a dormi en side-bed avec nous jusqu’à ses 12 mois puis nous avons déménagé et elle a commencé à dormir dans sa chambre à 14 mois…avec un lit au sol! Elle a tout de suite apprécié et c’est très chouette de la voir se peletonner contre ses coussins et boudins qd vient l’heure de l’histoire :).
    Par contre, elle sort systématiquement de son lit une fois le rituel du coucher fini (c’est son papa qui reste avec elle après la tétée du soir) et on la retrouve souvent endormie sur le parquet juste devant la porte…(c’est une porte coulissante qu’elle sait ouvrir). Peut-être la couchons-nous trop tôt parce qu’elle fait souvent la « foire » (elle discute, sort ses jouets ou ses livres), ms les signes du sommeil sont là (se frotte le visage, yeux ds le vide, etc.)…!
    En tout cas, j’aime beaucoup cette solution de lit au sol et je trouve q la transition de notre chambre à la sienne s’est en partie bien passée du fait qu’elle ait un joli coin douillet pour dormir!

  16. Bonjour, J’ai lu attentivement votre article retraçant votre parcours avec votre ptit gars!je ne suis ni pour ni contre,même si mon avis serait plutôt partagé dans le sens où à mon avis, tout dépend de l’enfant. Mon fils a 21 mois, n’a jamais fait ces nuits jusqu’a il y a 1 mois environ (20h- 5h30).il n’a pas de problèmes de dormis segments car il réclame lui même à dormir donc un lit au sol aurait parfaitement fonctionné. Par contre,il se réveille la nuit souvent, en pleurant ou hurlante, se calme difficilement parfois, et très souvent nous avons du le prendre avec nous.
    Du coup, le lit au sol n’aurait pas aidé. Ce qui me gêne un peu dans ce concept, c’est que vous mettez un lit sans bureau, pour au final,mettre une barrière à la porte de sa chambre, du coup, il n’est pas si autonome/indépendant que ça?!
    en tout cas, je pense que mon fils va d’ici peu tester un mode de couchage moins restrictif que son lit a barreaux,car je le sens plus mâture à gérer la séparation,votre expérience guidant à accélérer la mise en oeuvre.merci

    • Je suis d’accord sur le principe, Virginie. Après, rien n’empêche de laisser la chambre ouverte (chez nous, c’est d’ailleurs le cas), mais finalement ce n’est que repousser la « barrière » plus loin, à la porte d’entrée.
      En réalité, ce qui est visé avec un lit au sol, c’est la possibilité pour l’enfant de sortir et d’entrer dans son lit seul. Il a toute sa chambre à disposition, pour jouer, lire, et repérer petit à petit seul (cela prendra des mois voire des années) quand il est fatigué et qu’il est dans son intérêt d’aller se coucher. L’idée n’est pas de laisser l’enfant seul dans sa chambre, ou aller se coucher seul, évidemment, ni même, comme je l’explique dans l’article, de trouver une solution magique pour que l’enfant fasse ses nuits (votre témoignage prouve bien que cela dépend en effet du rythme de chaque enfant et rappelle ce que veut dire véritablement « faire ses nuits »), mais de changer d’approche vis-à-vis du sommeil. De véhiculer une autre image du lit, qui laisse une possibilité au choix et donc favorise l’autonomie du tout-petit. Et considérer qu’un enfant en âge de ramper a le choix, c’est une (grande) révolution selon moi dans l’approche de la petite enfance !
      Remarquez que j’affirme bien qu’il ne s’agit pas d’une solution idéale, et qu’elle n’est pas adaptée à toutes les familles. Simplement, c’est une solution qui existe et il me semble bon d’en parler à l’heure où le lit à barreaux est encore souvent perçu comme un incontournable, qui ne souffre aucune alternative. Il existe bien entendu bien d’autres manières de favoriser l’autonomie d’un enfant, et ce n’est pas parce que celui-ci dort dans un lit à barreaux que ses parents n’adopteront pas d’autres comportements qui visent à le respecter dans son intégrité et à valoriser ses choix. A l’inverse, ce n’est pas en mettant son enfant sur un lit au sol qu’il deviendra instantanément merveilleusement indépendant.
      Mais n’est-ce pas tout ce cheminement qui est passionnant dans notre rôle d’éducateur ? Je suis personnellement persuadée que si, et je prends du plaisir tous les jours à apprendre à être une maman.
      A bientôt !

  17. wouahhh cet article me donne encore plus envie de me lancer dans l’expérience, mais le papa est archi contre j’ai beau lui lister les avantages, il a trop peur que notre fille gambade partout au lieu de dormir, et même avec les meilleurs arguments il ne lâche pas sur le sujet, je vais lui montrer cet article (peut être que je l’aurais a l’usure lol)
    en tout cas merci pour cet article vraiment très intéressant.

  18. Notre enfant a dormi au sol dès sa naissance, à la fois pour des raisons de convictions quand à l’effet enfermant des barreaux et pour des raisons de confort des parents (vraiment non négligeables à mon avis…) Je pense refaire la même chose si j’ai un autre enfant.
    Lorsqu’il a eu 2 ans et demi, nous lui avons proposé un « grand lit ». Il a participé au choix et a été très enthousiaste. Du coup, il s’y est couché aussitôt très tranquillement.
    Quant au fait qu’il se relève ou pas, je crois vraiment que c’est lié à la fatigue. Nous avons toujours essayé de « guetter » le bon moment. Le début de la manifestation de la fatigue : agacement, besoin de câlins, refus systématiques, bâillements… En général, le coucher juste à ce moment-là réussissait. Il mettait 5 à 20 minutes à s’endormir selon les jours mais si c’était LE moment, il n’essayait pas de se relever.
    Bien entendu, ça ne marche pas à tous les coups, parfois c’est nous qui étions fatigués, pas bien à l’écoute, occupés… Mais globalement, je ne pense pas que le lit au sol fasse vraiment la différence. Un enfant pas fatigué qu’on met au lit – barreaux ou pas – il se rebellera.
    C’est la première fois que je vois quelqu’un qui témoigne de cette expérience. Tout le monde nous pensait « bizarres ». Je me réjouis 🙂

    • Merci beaucoup Olympe pour ce témoignage ! Le « maternage » fait son chemin, mais pour la plupart des gens, laisser à son enfant la liberté d’entrer ou de sortir de son lit est encore considéré comme une aberration. Je te rejoins sur tout ce que tu dis et suivrai ton conseil de choisir avec mon fils son « lit de grand » dans quelques mois.

  19. Super article. Chez nous, une « routine » s’est installée avec le lit à barreaux, du coup j’aurrais peur de tout boulverser ( pour elle et pour nous ;-). Même si chez nous aussi, la façon de s’endormir de notre petite évolue et change au gré des saisons et des humeurs 🙂 Mais c’est tentant!

  20. Bonjour-bonjour !!

    Merci pour ce retour… nous voulons aussi pratiquer ce type d’aménagement.
    Je voulais mettre une commode à deux rangées de casiers juste à côté du lit pour « sécuriser » le lit, et aussi pour nous rassurer.
    Tu avais mis un meuble rouge au tout début. Je vois qu’il n’y est plus. Pour quelle raison l’as tu enlevé ?

    Pauline

    • Excellente question Pauline ! Et bien… parce qu’en fait ça ne sécurise rien du tout, que du contraire : mon fils commençait à l’escalader et la chute aurait été rude. Le meuble rouge a donc quitté la chambre. Pour « sécuriser » le lit, la meilleure idée qu’une maman m’a donnée récemment sur FB : glisser le coussin d’allaitement en dessous du drap housse. C’est tout simple et ça évite l’achat de « dreamtubes ». Bonne installation !

1Pingbacks & Trackbacks on Le lit au sol (ou lit sans barreaux) : le bilan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *