Recette de la pâte à modeler maison et (bref) récit d’une activité qui n’a pas du tout retenu l’intérêt de mon bébé

Mercredi dernier, j’ai enfin mis en application le conseil d’une copinaute (Sophie, la maman de Sami, que tu avais déjà eu l’occasion de lire ici) et j’ai réalisé de la pâte à modeler maison pour mon bébé de 14 mois.

Si tu as envie de tenter l’expérience, tu trouveras dans cet article une fiche de la recette de la pâte à modeler : au cas où tu aurais envie de l’imprimer pour l’afficher sur ton frigo, par exemple (parce que c’est vraiment super crucial de pouvoir faire de la pâte à modeler à n’importe quel moment de la journée, voyons) !

pateamodeler01

Le « flop »

Je m’en doutais un peu, car mon fils rechigne depuis quelques mois à se « salir » les mains : l’activité n’a pas du tout été couronnée de succès. Django était très intrigué par la préparation de la pâte et l’ajout de colorants, mais il n’a accepté de toucher les boules de pâte que du bout des doigts. Il a bien voulu y enfoncer différents ustensiles, mais je voyais bien que c’était davantage pour me faire plaisir que par véritable intérêt. Je n’ai même pas pris de photos, car j’ai plus joué que lui avec la pâte (façonnant de petits boudins, aplatissant le tout du plat de la main… un vrai retour en enfance).

Mais rien n’est perdu, car la recette que j’ai réalisée (et que je te propose de retrouver ci-dessous) est vraiment super et la pâte conserve longtemps : nous verrons bien si l’expérience est plus concluante dans quelques mois.

Pourquoi parler d’une activité « ratée » ?

Je lis parfois sur le net des pamphlets à l’encontre des « mamans-blogueuses-plus-que-parfaites », qui consacrent la totalité de leur temps et de leur énergie à élever leur progéniture, en les gavant d’alimentation biologique, de pédagogie active et de communication non-violente. Vraisemblablement, ces mères trop « parfaites » agacent, notamment parce qu’elles seraient donneuses de leçon, culpabilisant les autres de faire « mal » ou trop peu.

Je reconnais volontiers que c’est l’impression que peut facilement véhiculer un blog, parce son auteur n’y expose généralement que ses plus belles réussites (exit donc les photos de l’appartement sens dessus dessous, du désastre du goûter qui a davantage servi à décorer les murs qu’à nourrir notre cher enfant, des cernes sous les yeux de la pauvre mère de famille qui ne parvient pas à récupérer son sex appeal malgré les grosses doses d’anti-oxydants – bio, bien sûr – qu’elle ingurgite quotidiennement, etc.). Je suis toutefois convaincue qu’il s’agit davantage d’un effet de lecture que d’une réalité, et que la plupart des blogueuses « maternantes » cherchent plus à communiquer une expérience ou une réflexion inspirante qu’à prescrire un unique mode de vie / de penser / d’éduquer.

Je me suis donc dit que pour casser cette image trop lisse de la mère blogueuse parfaite (ce que j’essaye de faire dans mes dessins, notamment, mais je reconnais qu’ils se font plutôt rares), j’allais te parler d’une expérience « ratée », c’est-à-dire d’une activité qui n’a pas du tout rencontré de succès auprès de mon petit bonhomme de 14 mois. Parce que par ce blog j’entends réfléchir et partager autour du fait d’être parent, et non pas asséner des vérités immuables.

Bref, tout ce blabla pour une histoire de pâte à modeler, me diras-tu. Et tu as bien raison : passons donc aux choses pas sérieuses !

La recette de la pâte à modeler maison

Par contre, la recette, elle, s’est révélée tout à fait réussie : la pâte a une super consistance et, rangée dans des boîtes hermétiques, elle conserve longtemps (après quelques jours, elle est toujours aussi malléable en tout cas).

Évidemment, je n’invente rien : c’est une recette que tu trouveras facilement sur la Toile ou dans tout bon ouvrage d’activités pour enfants. Je t’ai simplement confectionné une petite fiche en monochrome pour que tu puisses l’imprimer facilement.

recettepateamodelerEDIT février 2016 : ATTENTION, au bout de quelques jours, cette pâte devient toute collante et désagréable ! Pour éviter cet effet, il faut ABSOLUMENT y ajouter deux cuillers à soupe de crème de tartre (qu’on trouve dans les magasins d’ustensiles de cuisine, notamment). Et là seulement, la pâte conserve vraiment bien (résultat garantit après plusieurs mois maintenant). Quand j’aurai un moment, je changerai la fiche à imprimer.

Clique sur l’image pour l’agrandir.
Pour télécharger la recette, clique droit et choisis « enregistrer l’image sous ».

Source : cette jolie fleur à l’aquarelle n’est pas de moi ; elle provient d’un set de « brushes » Photoshop créé par Crystallanxi, que tu peux télécharger gratuitement ici.

D'autres raisons de se gausser :

Le portage, ou comment je suis "entrée en maternage"
Trois films qui posent un autre regard sur la naissance
Mon gros ventre tout rond s'habille de "9 bulles"
Acquisition de la continence (2/2) : j'ai oublié de te dire...
L'effet Montessori (3)
Le b.a.-ba des couches lavables

4 Comments on Le flop de la pâte à modeler

  1. Ils sont énervants ces enfants à ne pas aimer les activités pour lesquelles on a passé du temps à penser, chercher, préparer ;-)!! Chez nous, c’est régulier, je prépare un truc, refus catégorique, boudage. et puis finalement, quelques temps après (1h ou 1 semaine) l’intérêt est là. Je pense que ça doit être une réaction normale à la nouveauté, au changement. Merci pour la recette. Dans le genre patouille, la pâte à sel, c’est pas mal aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *