Je l’écrivais ici dernièrement (et je te remercie d’ailleurs pour la tendresse avec laquelle tu as accueilli cet article sur la page FB de Minuscule infini), le corps de la femme et les changements que lui font vivre la maternité, ou tout simplement, le fait de vieillir, sont au cœur des questionnements qui me traversent. Pas facile de composer entre, d’une part, la fierté éprouvée pour ce corps qui a porté et mis au monde les êtres que nous chérissons le plus et, d’autre part, l’incompréhension à géométrie variable – teintée de curiosité, d’amertume, d’inquiétude ou de joie – suscitée par tous les chamboullements psychiques et physiques qu’implique l’arrivée d’un enfant.

Lorsqu’on ajoute à cela tous les impératifs de la vie (le boulot, les corvées ménagères, le train-train frénétique) et la pression sociale (réussite, épanouissement, zénitude, flexibilité, efficacité, disponibilité, créativité, énergie), il y a de quoi devenir légèrement schizophrène. Pour me soigner, quand je préfère éviter de me lancer dans de grands discours sur comment il faudrait changer la société et le rôle dévolu aux femmes (c’est-à-dire, également celui dans lequel on confine les hommes), je me plonge dans les sublimes photographies et les émouvants témoignages qui les accompagnent de trois comptes Instagram que je te conseille vivement de suivre, parce qu’ils font du bien au mental et qu’ils enseignent l’empathie.

femme-mere

Il s’agit de trois comptes en anglais : les images sont explicites, mais, spécialement dans le cas de The Honest Body Project, je te conseille de prendre la peine de traduire les textes, qui sont autant de témoignages sur les différentes manières de vivre la maternité (grossesse, allaitement, deuil périnatal, enfant confié à l’adoption, homosexualité, stérilité…).

The Honest Body Project
The Honest Body Project
Jade Beall Photography
Jade Beall Photography
Love your Lines
Love your Lines

Voici, selon moi, trois univers qui aident à apprivoiser l’amour de soi, mais aussi de cet autre qui a une expérience si différente de la mienne et dont, pourtant, le témoignage et le corps me touchent profondément, en vertu d’une communauté que je ne pourrais pas vraiment définir (la mère ? la femme ? l’être humain ?) mais à laquelle je me sens puissamment appartenir !

Si tu as connaissance d’autres initiatives dans ce style, qui t’aide à te sentir bien dans ton corps de femme (éventuellement sous ta casquette de maman), ou si tu souhaites témoigner de ton propre vécu, n’hésite pas à partager en commentaire.

Tendrement.

Enregistrer

D'autres raisons de se gausser :

Bruxelles avec les enfants : cueillir des fraises
Playtime été 2015 : mes coups de cœur organiques
Chics, pétillants et éthiques : les vêtements réversibles de Maurice & co
Pas même un orteil
Élever des papillons à l'école ou à la maison
Les plus belles figurines d'animaux en bois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *