La semaine internationale du portage a commencé hier. L’occasion pour moi de me rendre compte que, malgré l’importance qu’il a pris dans notre vie, je n’ai jamais évoqué ici le portage physiologique. En réalité, je n’ai pas l’impression d’avoir l’expertise pour le faire : je ne suis pas une « collectionneuse » d’écharpes et de porte-bébés (les valeurs que je m’efforce de respecter – et mes finances – ne m’y autorisent pas vraiment…), je n’ai suivi aucune formation, et je peux donc pas me permettre de t’écrire de longues tartines à propos de mon amour pour tel nouage ni de précieux comparatifs des différents modèles de porte-bébés physio.

Cependant, je sais, par les commentaires que souvent tu me laisses, que beaucoup arrivent sur ce blog un peu par hasard et y découvrent ensuite des alternatives à la manière dont ils envisageaient jusque-là la parentalité. C’est d’abord à ces personnes que je pense en écrivant cet article, qui est, comme souvent sur Minuscule infini, plus une lettre d’amour pour le portage qu’un long compte rendu bien documenté (mais promis, je te renvoie vers plein de liens très sérieux qui t’expliqueront tout bien mieux que moi). Il est aussi adressé à celles et ceux qui, comme moi, ont crée par le portage une connexion tout à fait particulière avec leur enfant, et que ce témoignage toucherait.

portage-physio-tisse-03

Portage, sérénité

Dès ma grossesse, j’ai su que je voudrais (continuer à) porter mon bébé après sa naissance. Autant je ne savais pas très bien quelle mère je serais (je cherche encore), autant j’ignorais complètement si j’allais aimer et parvenir à allaiter, autant j’éprouvais un désir irrésistible de porter mon bébé en écharpe. Je trouvais que c’était un geste à la fois très beau et extrêmement tendre mais aussi, et c’est un peu plus difficile à expliquer, qui comportait une puissance tout à fait inspirante, une sorte de « vaillance » irréductible à toute épreuve.

J’ai toujours trouvé que les (grands-)parents porteurs véhiculaient une sorte de force tranquille qui m’inspirait beaucoup. Et honnêtement, c’est exactement le sentiment que j’ai ressenti en portant mon fils pour la première fois, alors même que mes nouages étaient encore très hésitants et mal ajustés.

portage-physio-tisse-04Mes tout débuts de nouages d’écharpe tissée : bébé beaucoup trop bas, tête pas assez soutenue… mais j’ai persévéré ! J’ai choisi cette photo à dessein : il est normal qu’il faille un peu de temps pour prendre le tour de main et que le geste devienne naturel. Un atelier de portage est un précieux atout.

Portage, tendresse

C’est grâce au portage (et aux couches lavables, mais c’est tout de suite moins glamour) que j’ai découvert ce qu’on appelle de manière un peu barbare le « maternage » : une parentalité douce, proche de l’enfant, respectueuse des besoins de chacun et libérée des préjugés que je trimbalais consciemment ou inconsciemment – et malgré le fait que j’ai eu la chance d’avoir une merveilleuse enfance avec des parents très à l’écoute – sur l’éducation et la maternité.

Lorsque je portais et allaitais mon bébé, je me sentais, pour le dire un peu platement, une « bonne mère » : j’étais à ma place, je faisais ce qui me semblait juste, naturel, sans trop me poser de questions, malgré la fatigue, malgré les doutes et les questionnements qui jalonnent notre parcours de parents. Avec l’écharpe, je créais un cocon dans lequel mon bébé pouvait venir se blottir. J’écoutais sa respiration, je profitais de son odeur. Nos peaux se touchaient. Tant de tendresse, si simplement.

portage-physio-tisse-01Écharpe tissée Storchenwiege (et manteau de portage en laine). À partir de la naissance ; certains nouages conviennent également pour les prématurés.

Portage, secours

Les premiers mois, le portage m’a « sauvée » plus d’une fois, pour calmer les pleurs de mon tout petit bébé qui souffrait d’un reflux gastro-œsophagien qui me brisait le cœur. Je l’ai porté pour qu’il s’endorme malgré les hoquets acides qui lui brûlaient la gorge, je l’ai porté pour l’allaiter verticalement, je l’ai porté pour le rassurer mais surtout pour me rassurer moi, pour être certaine que je faisais le maximum quand c’était la seule chose à faire. J’aurais été incapable de le faire sans écharpe : mes bras devenaient trop vite douloureux et, épuisée, je me mettais en colère contre moi-même. Avec l’écharpe, au contraire, je m’épargnais physiquement et psychologiquement.

Je crois que, même lorsque leur bébé ne souffre pas de RGO ou de coliques, beaucoup de mamans peuvent témoigner de combien le portage leur a été d’une grande aide dans les premiers mois, lorsqu’elles étaient seules à la maison avec ce petit être plein de besoins et pourtant, simultanément, avec mille choses à faire… et tellement d’énergie à récupérer.

portage-physio-tisse-02

Portage, liberté

Outre la tendresse toute particulière qu’il permet d’avoir avec ton bébé, j’aime le portage pour la facilité avec laquelle il me permet d’aller partout. D’abord, surtout, les premiers mois, quand j’avais tellement envie de sortir de chez moi, d’aller respirer l’air des parcs et des musées (je crois que je n’ai jamais fait autant d’expos que pendant mon congé de maternité) pour ne pas rester toujours dans la même ambiance calfeutrée de la maison : un bébé en écharpe, un petit sac à langer, de quoi m’hydrater et (grâce aussi à l’allaitement) je pouvais presque instantanément m’envoler partout. J’avais la chance que mon fils s’endorme extrêmement facilement en écharpe et j’en profitais. Le soir, avide de conserver cette liberté de mouvements, j’ai rapidement troqué le lourd lit parapluie contre une petite tente qui s’auto-déploie pour rendre facilement visite à mes amis (c’était la fin de l’été et l’heure des derniers barbecues). Le rêve ! Et puis je ne te raconte même pas la galère pour prendre le métro avec une poussette à Bruxelles…

portage-physio-ergobaby-03Préformé Ergobaby, aussi simple d’utilisation qu’un porte-bébé non physiologique et à conseiller d’urgence à toutes les personnes qui utilisent ces derniers parce qu’ils ne connaissent pas (encore) l’importance de respecter la position dite « physiologique » des tout-petits. A partir de 4 mois environ.

Écharpe, préformé, mei-taï, etc.

À l’écharpe tissée est rapidement venu s’ajouter un porte-bébé physiologique préformé pour mon homme, qui n’avait pas envie de s’essayer au nouage d’écharpe (enfin, il disait avoir envie mais ne portait jamais… tandis qu’à l’arrivée du préformé, c’est très souvent lui qui se désignait pour le portage). Mon propre papa, qui garde mon fils a mi-temps depuis que je suis retournée travailler, a également beaucoup porté Django en préformé : imagine le succès qu’il avait au marché hebdomadaire de son village lorsqu’il se pointait fièrement avec son petit-fils sur le ventre.

Personnellement, j’ai toujours préféré le confort de mon écharpe tissée au préformé : j’ai testé deux marques, mais ce type de porte-bébé ne s’adapte pas bien sur mes hanches, tire beaucoup sur mes épaules quand je porte dans le dos, et ne permet pas à mon bébé de voir au-dessus de mon épaule, or, depuis que Django fait une dizaine de kilos, il m’est impossible de le porter plus d’une vingtaine de minutes sur le ventre… et avec un bambin qui souhaite marcher un peu, être porté, et à nouveau marcher un peu, me trimballer mes 5 mètres d’écharpe tissée n’était vraiment plus possible. Vu que les préformés ne me convenaient pas, j’ai cru que j’allais devoir arrêter le portage…

Avant de déclarer forfait, j’ai demandé à ma belle-famille de m’offrir un mei-taï pour mon dernier anniversaire. Je l’ai utilisé tout l’été et je suis aux anges. J’ai même réussi à porter mon bébé de 12 kilos une grosse heure en montagne, sans avoir mal au dos ! J’aurai d’ailleurs bien continué le portage pour le reste de la balade, si mon papa n’avait pas insisté pour « faire sa part » : c’est sur son dos que Django a terminé la randonnée, et mon papa a déclaré qu’avec le mei-taï, il avait l’impression « de ne rien porter » (bon, je n’irais pas jusque-là hein, mais les papas, c’est bien connu, ils aiment se la jouer warriors).

ling-ling-damour-01« Mid-taï » de Ling-ling d’amour, en mint évidemment ! A partir de 4 mois environ.

Nous avons encore de beaux jours de portage devant nous !


Pour en apprendre plus sur le portage physiologique, je te conseille :

  1. de te rendre sur le site Porter son enfant pour comprendre tous les intérêts du portage et le pourquoi du portage physiologique, connaître tous les différents types de porte-bébés, apprendre différents nœuds, etc. ;
  2. de rejoindre des groupes FB ou des forums et de lire des blogs-tests sur le portage physio pour savoir quel type de porte-bébé te conviendra le mieux.

Un blog que j’aime tout particulièrement parce que les illustrations sont tout simplement superbes et que je partage la plupart des valeurs de vie de son auteure est celui de La Louverie. Je termine d’ailleurs avec une affiche sur le portage qu’elle a réalisée et gracieusement mise à disposition de tous l’année dernière :

la-louverie-01

Enregistrer

Enregistrer

D'autres raisons de se gausser :

Le temps des emboîtements
Playtime été 2015 : mes coups de cœur organiques
Trois films qui posent un autre regard sur la naissance
Pour le droit d'offrir du "matériel pédagogique" aux enfants
Les albums incontournables d'Emily Hugues
"Je porte l'enfant qui est venu à nous"

16 Comments on Le portage, ou comment je suis « entrée en maternage »

  1. Bonjour,

    Pour un futur bébé en juillet, je comptais acheter une Néo-sling et puis pour après /et pour le papa j’hésitais entre le Manduca ou le Mid-Tei ?
    Avez vous des conseils ?
    Merci,
    Emilie

    • Bonjour Emilie. Personnellement, les préformés ne me convenaient pas car j’aime porter beaucoup plus haut que sur les hanches et donc la ceinture rembourrée du Manduca ou de l’Ergobaby me gênait. Impossible de la régler à 10 cm au-dessus de mes hanches : elle vient en appui sur le haut des hanches justement. Donc, personnellement, j’opterais pour le mid-tei. Mais mon papa et mon compagnon étaient très confortables avec les préformés et ont beaucoup porté mes deux enfants de la sorte. Si ton compagnon est habitué à randonner avec un sac à dos par exemple sans que la ceinture ne le gêne, les préformés devraient lui convenir. Le mid-tei implique aussi qu’on apprenne les nouages, même s’ils sont simples à réaliser, tandis que les préformés ne nécessitent absolument aucun apprentissage.

      • Merci pour cette réponse précise. Limite il faudrait que j’achète les deux alors 😀 !! J’avais pas notion qu’il y avait un nouage particulier pour le mid-Tei c’est bon à savoir. Il faudrait qu’on essaie les deux peut être avant de choisir.. Merci en tout cas.

  2. Bonjour, merci pour cet article. Des liens pour la petite tente qui s’auto-déploie que vous avez utilisée? Merci d’avance

    • Il faut que je regarde la marque, je ne me souviens plus de mémoire, mais elle est vraiment bien, beaucoup plus grande que d’autres que j’ai vues chez des amis.

  3. Merci pour ce très bel article. C’était une évidence pour moi de porter ma fille tout contre moi, bien au chaud. Un moyen de faire connaissance avec elle, sentir son corps se relâcher contre moi, sa respiration ralentir lorsqu’elle s’endort. Maintenant que je la porte dans le dos, je suis encore plus attentive a tous ses messages corporels.

    J’espère pouvoir la porter encore longtemps, aller nous balader en forêt, toucher les arbres, les fleurs, faire le marché…

  4. J’etais emoue pendant la lecture de l’article.
    Pour moi aussi le portage est important et represente tellement des choses pour moi.
    C’est une piece du puzzle « maternage douce » que je veux mener

    Ma petite a mnt presque 12mois et on a passe du echarpe jpmbb au pc de jpmbb quand elle avait environ 9mois. On attend avec impatienc eun fly tai de fidella pour la suite.

    Bon portage a tous!!

  5. Coucou Alys !

    Voila un bel article une fois de plus !
    Je suis également une adepte du portage, mon fils de 16 mois est tjs porté 1 a deux fois par jour surtout pendant que je cuisine, que je nourrisse mes animaux il adore regarder ! Quand il est fatigué il réclame le portage aussi. Les debuts n’ont pas été faciles non plus faute d exérience, j ai un peu galeré mais en m accrochant j’y suis arrivée.
    Mon fils étant né prématuré, pas beaucoup d’écharpe adaptée pour lui alors j’ai pris une nouer extensible jpmbb la classique (moins longue que la normale )qui a été très bien jusqu a 7-8 kgs après l’effet rebond je l’ai trouvé désagréable. J ai eu un sling jpmbb aussi (pas très emballée trop dur a régler dans les boucles). Je me suis offerte un mei sol girasol qui me suit toujours aujourd’hui et qui me convient tjs parfaitement ! j ai également un manduca mais je n arrive pas à le regler !!!! puis je me suis acheté un waccotto que je me sers très très souvent pour les portages bref.

    Par contre moi c’est tjs sur le ventre car mon fils n’aime pas être dans le dos et je me sens mieux a le porter sur le ventre car dans le dos j’ai l’impression que je vais tomber en arrière !

    Il m’est impossible de concevoir la vie avec un bébé sans le portage tellement c est essentiel pour moi, je rassure bébé et bébé me rassure, une connexion incroyable et un bébé tjs confiant en public !

    Au plaisir !

    Mary

    • Merci Mary pour cette réponse très complète ! Moi non plus je n’ai plus envie de concevoir la vie sans portage et je trouve aussi le portage très rassurant (tu as bien choisi le mot). Bon et long portage à toi et à ton fils !!! A bientôt

  6. Merci pour ce bel article.
    Je me retrouve dans ces mots.
    L’écharpe, c’était l’Evidence pour nous. Un peu comme l’allaitement (qui n’a pas été si évident que ça, au début !).
    Ma petite coccinelle marche depuis un peu plus d’un mois maintenant, et le portage se fait plus rare. Ça me manque beaucoup de ne plus la sentir contre moi. Mais j’espère que ce n’est que passager.

    Encore une fois, merci pour ces mots.

    • C’est vrai que depuis que mon fils marche, il aime moins être porté. Mais il ne tient pas la distance 😉 et le portage s’impose encore, d’un point de vue surtout pratique, du coup, il est vrai.
      Merci à toi pour ton témoignage !

  7. j’ai porté mon ainé qui pleurait beaucoup en jpmb , hyper facile à utiliser et après en porte bébé physio boba, qui est en plus super joli et permet de porter à partir de 3.5kg. pour mon cadet , né cet été, c’tait bien pratique. mais quelle joie d’ëtre repassée à l’écharpe quand la température a baissé! on peut placer bébé dans plein de positions, selon s’il se repose ou s’il est éveillé! je suis fan.

    • Oh oui, pour mon prochain, je craque pour une extensible jpmbb… Moi aussi, je suis victime des effets de mode : elles sont tellement belles ces écharpes. Il parait que le physio boba est bien oui, et joli ! Merci pour ton retour et bon portage 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *