Aymara est une marque belge fabriquée au Pérou dans une entreprise familiale aux conditions de travail éthique. La collection se compose de mailles relativement épaisses (de type pull ou gilet, pas de tricot à porter à même la peau), pour enfants et pour femmes. En été, la collection est en coton, en hiver, en laine (alpaga, mérinos, essentiellement). J’ai eu l’occasion de découvrir l’entièreté de la collection de l’été 2016 lors du salon Playtime : tout est magnifique ! Couleurs sublimes, tricot soigné, douceur, originalité et beauté des modèles… un travail impeccable qui m’a donné envie de craquer sur deux beaux gilets pour mon bébé cet hiver.

aymara-01

Points forts :

  • incontestablement, le premier est esthétique : Aymara, c’est avant tout la beauté du vêtement et la finesse de ses détails,
  • douceur de la laine,
  • qualité de la laine (moelleuse, souple et moyennement épaisse),
  • marque européenne et fabrication éthique,
  • modèles féminins et masculins (là où beaucoup de marques produisent des vêtements mixtes, rarement ajustés).

Points faibles :

  • absence d’informations et de garanties sur les teintures utilisées et sur le traitement des moutons et des alpagas (seule la provenance de la laine – Pérou et Argentine – est spécifiée),
  • tous les vêtements de la collection hiver ne sont pas 100% laine, il s’agit parfois de mélange (type 80% baby alpaga, 20% acrylique, et ce afin d’assurer de la résistance au vêtement, ce qui fonctionne très bien puisqu’en deux ans, les modèles que j’ai n’ont pas pris une ride, malgré leur utilisation intensive).

Autres infos :

  • Deux collections sont dessinées et produites chaque année (été et hiver ; contrairement à d’autres marques qui produisent toujours la même collection d’année en année).
  • Aymara propose également une collection femme ET une collection homme. Parfois, certains modèles existent dans la collection enfant et dans une des collections adulte.
  • Aymara taille plutôt petit : j’ai pris la taille 4 ans pour Django qui mesure 90 cm pour environs 12 kg ; cela me permet de faire un ourlet aux manches et d’être certaine qu’il portera encore ses gilets l’année prochaine, sans qu’ils ne soient trop larges à mon goût cette année.
  • EDIT octobre 2017 : après deux ans de bons et loyaux services, les deux premiers gilets Aymara de Django sont désormais trop petits. Ils ont toujours l’air neuf, alors que mon fils les a porté en alternance presque tous les jours durant deux ans. Désormais, ils attendent sagement de pouvoir être portés par sa petite sœur.

LIENS :

Autres articles de Minuscule infini sur les vêtements en laine :

Enregistrer

D'autres raisons de se gausser :

Vêtements en laine pour bébé et enfant : les marques que j'aime
Un dressing JUSTE pour maman : le lin de La Révolution textile
Cosilana : vêtements et sous-vêtements en laine et soie ou laine polaire à petits prix
Disana et ses indispensables en laine bouillie
Manymonths et ses vêtements en laine évolutifs pour bébé, enfant et maman
Bonjour Maurice s'installe à Bruxelles [code promo inside]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *