20160323-155550-57350424.jpg

 


Et puisque les mots me manquent bien que je n’ai pas envie de me taire, je te renvoie vers mon article « J’ai peur oui… mais pas des bombes » et ce texte plein de lumière de Bruxelles-les-Oies : « Sortir de la dualité ».

Puisse ce dessin te trouver épargné par la perte, plus privilégié que jamais, et avec l’envie toujours plus vive de refaire le monde.

Tendrement

parc

D'autres raisons de se gausser :

Dois-je me poser des questions ?
Tel est pris qui croyait prendre
Ces chers opérateurs de téléphonie mobile (2)
Je ne suis pas (si) petite
L'homme, ce chasseur
La vie trépidante de mon vagin (2)

7 Comments on Comment te dire ?

  1. Le 22.03 j »étais à la maternité avec ma fille née 2 jours plus tôt à écouter les sirènes et les sages-femmes s’inquiéter…
    Quelle étrange période…

    • Chère Lola, je ne peux réprimer le frisson qui me traverse en te lisant. Pour toi aussi, cela a dû être un cocktail d’émotions assez incroyables. Je te souhaite tout le bonheur du monde avec ta fille. Bienvenue à elle !

      • Merci 🙂
        Disons que j’ai découvert un nouveau pan du « baby-blues »: le baby-blues post-attentat. Celui où on relativise tout, très vite.

        • … Figure-toi que j’y ai pensé en te lisant et que je n’ai osé le formuler. Je t’envoie très sincèrement mes pensées les plus tendres et les plus douces. Courage pour la fatigue et les ascenseurs émotionnels. Tendresse pour tout le reste ! N’hésite pas à m’écrire encore si tu en as envie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *