L’année dernière, je publiai un article sur l’acquisition de la continence et ma décision de ne RIEN FAIRE en la matière, c’est-à-dire de n’opter pour aucune méthode d’ « apprentissage de la propreté » mais d’attendre… tout simplement attendre. Je promettais dans cet article de te faire part du résultat quelques mois plus tard. Je ne l’ai pas fait, parce qu’il y a en fait très peu de choses à dire, mais je vais tout de même rapidement écrire quelques lignes car je suis régulièrement questionnée sur l’efficacité de cette « non-méthode ».

Début janvier dernier, peu avant ses deux ans et demi, Django a dit un matin qu’il ne voulait pas mettre de couche. J’ai accepté, bien évidemment, en lui rappelant qu’il lui faudrait alors faire pipi sur l’un des pots de la maison (bien en évidence depuis quelques mois). Je m’attendais à éponger plusieurs accidents avant qu’il ne demande une couche (ce qui se passait d’habitude lorsque je lui proposais de passer la journée cul nu, plus par confort et par souci qu’il découvre son intimité que dans le but de le rendre propre), mais mon fils a utilisé son pot sans accident toute la journée. Pareil les jours suivants. Pour la nuit, je lui ai posé la question : il a opté pour une couche pendant encore une semaine ; celle-ci se révélant sèche le matin, je lui ai proposé de ne pas la mettre la nuit suivante et cela a fonctionné. Bien entendu, il y a eu quelques accidents, surtout deux ou trois mois plus tard (sans doute parce que lui comme moi y pensions moins et nous laissions trop absorber dans nos activités). Aujourd’hui encore, il y a quelques oublis, notamment avec l’arrivée de sa petite sœur, mais rien de catastrophique (en moyenne, un pipi raté par semaine). Quand ça arrive, je ne fais pas de commentaire et nous nettoyons ensemble. Par contre, j’impose le passage aux toilettes (pour lui comme pour moi, uh uh) dès que nous quittons la maison ou avant la sieste.

Voilà voilà. Continences diurne et nocturne acquises en une semaine, donc, à la demande de l’enfant. Pas de pot imposé toutes les vingt minutes en espérant qu’un jour quelque chose « tombe » dedans, pas de petites fesses toutes nues qui courent dans le jardin, pas de culottes d’apprentissage, etc. Presque trop facile.

Je reconnais toutefois que nous n’étions pas encore soumis à l’échéance de la première rentrée à l’école (c’est pour septembre…) et que Django est gardé par ses grand-parents, ce qui constitue évidemment un cadre idéal, dans le sens où il n’a subi ni pression ni humiliation à ce sujet. Malheureusement, on n’a pas toujours le loisir d’attendre, le « déclic » de la continence se produisant vraisemblablement entre 1,5 et 4,5 ans selon les enfants.

Et puisque je ne vais quand même pas illustrer cet article d’une photo de mes toilettes ou de mon fils en train de faire pipi, et parce que, pour paraphraser la citation de Dolto que je reprenais dans l’article précédent, « il y a tellement d’autre chose à faire que de parler de pot de chambre »…

16.06-petite-vie

N’hésite pas à partager ci-dessous ton expérience.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

D'autres raisons de se gausser :

Quelques livres à découvrir entre 1 et 3 ans
L'heure... de savourer le temps qui passe
Premiers plateaux "montessoriens" avec la box de No Milk Today
Ritualiser le temps : à la rencontre du printemps au bois de Halle
De la violence du monde à l'apprentissage de la gestion des émotions
Les plus belles figurines d'animaux en bois

10 Comments on Acquisition de la continence (2/2) : j’ai oublié de te dire…

  1. Marrant de lire cela quand nous sommes en plein dedans… Même décision à la base, surtout parce qu’il avait été opéré au zizi et qu’avec sa soeur, qui devait être propre pour l’école, ce n’était pas génial. MAIS il a eu une dermatite du lange et avec les chaleurs, seule solution : se promener les fesses à l’air pour que ça aère ! Il est donc en phase de devenir propre mais malheureusement pas de son propre chef… :-/ Dommage mais quand on ne sait pas faire autrement… Bonne vie à 4, profite surtout bien !

  2. Merci Alys pour cet article. Chez nous, on a décidé de ne rien faire et d’attendre le déclic sans rien forcer. On lui a juste montré le pot et mise dessus avant la douche du soir. Puis, petit à petit elle a demandé à y aller, beaucoup par jeu, puis par réel besoin. Parfois elle oublie mais dis ‘pipi couche’ et on part se changer. Je pense que comme pour Django, tout va arriver rapidement et d’elle même. J’ai aussi voulu jouer le côté ludique et ai trouvé la « cacabane », une petite cabane en carton créee par Pirouette Cacahouète, mimant des toilettes à taille enfant avec de jolies illustrations et même une petite boîte aux lettres sur la porte mais je n’ai pas encore eu le temps de l’installer. A suivre donc …

  3. Ici ça avance doucement mais sûrement. Il y a peu on a lu « Petit Ours Brun va au pot » et le lendemain avant d’aller à la douche il me dit « pipi pot » 🙂 Depuis il ne réclame pas forcément mais dès que je vais aux toilettes ( enceinte de bb3 donc j’y vais souvent !!!)il en profite pour faire pipi aussi. On a la chance de ne pas avoir la pression pour l’école car la maitresse prend les enfants à tout moment de l’année. En revanche pour le caca il n’est pas prêt il préfère le garder pour lui, bien tassé dans la couche 😀

  4. Bonjour Alice,
    Nael a bientôt 2ans et demi mais le pot ne l’intéresse pas. Je lui propose de temps à autre d’aller dessus, il y va volontiers pour « faire semblant » et jouer certaines fois, d’autres fois il refuse et je ne force pas. J’ai essayé de le laissé gambader les fesses à l’air, pour l’expérience, il fait pipi là ou il se trouve et puis me dit fièrement: « maman, pipi »:) Il devrait rentrer en classe d’accueil en septembre donc j’avoue: je commence à m’inquiéter mais comme je ne veux rien imposer: qui vivra, verra…J’ai souvent entendu que cela se produit sous forme de déclic donc, je laisse venir… Félicitation et bienvenue à June.

  5. J’ai opté pour la même méthode pour un enfant que j’accueille.
    Juste la description de ce que j’observais ou un rappel sous forme de « si tu as besoin, les toilettes sont là-bas »
    Et c’est venu rapidement et tout seul.

  6. Quand ma fille ainée a eu 2 ans 1/2, sans être pressée par une rentrée à l’école puisqu’elle est allée à la crèche encore un an, nous avons profité de l’été pour lui proposer le pot et la laisser se balader cul nu. Ça lui a beaucoup plu, le pot n’était que rarement rempli mais elle adorait s’assoir dessus, et que dire de se promener les fesses à l’air ! Puis, lorsque nous sommes revenus de vacances et avons regagné notre petit appartement, le drame : elle ne voulait plus quitter sa couche, même pour se laver. Ça a été une période très dure parce qu’on la sentait en souffrance, qu’on ne lui imposait pas d’arrêter les couches, mais il fallait bien ôter la couche pour en changer ou prendre une douche. Peu à peu, ça s’est calmé, mais elle refusait de ne pas mettre de couche. Elle refusait aussi d’essayer les petits WC de la crèche. Par contre, à mon sens, elle était continente : elle s’arrêtait de jouer pour faire ce qu’elle avait à faire (dans sa couche) puis nous demandait illico de lui mettre une couche propre. Et les couches de nuit étaient sèches au matin, mais elle faisait son pipi du matin dans sa couche. Jusqu’à ses 3 ans. On est allée chez le toubib pour la visite de contrôle, pesée, mesure et question fatidique « est-elle propre ? ». J’explique que oui mais qu’elle ne veut pas ne pas mettre de couche. OK (le médecin pas plus insistant). On rentre à la maison, arrive l’heure de la sieste. Et là, ma belette me dit qu’elle ne veut pas mettre de couche. Je lui répond que c’est d’accord, mais que ce n’est pas grave si il y a un petit accident (je me souvenais de la période tendue quelques mois auparavant). Il n’y a jamais eu d’accident. Ni à la sieste, ni la nuit, ni en journée.
    Quant à la petite soeur de 22 mois, elle demande le pot (toujours pour y faire quelque chose), mais ça n’est pas systématique. Elle est juste très fière d’aller sur le pot quand elle en a envie et se promener cul nu de temps en temps. Alors on laisse venir et on verra bien.

  7. Merci pour votre article. Avec ma fille de 2 ans et 3 mois, nous sommes dans la même démarche. Nous venons d’arrêter les couches à sa demande. Elle nous disait que ça la gênait. Depuis, il y a environ 1 oubli tous les 1 ou 2 jours. Elle ne veut pas allé sur le pot, elle n’en a jamais voulu, du coup elle va sur les toilettes avec réducteur. Par contre, nous avons commandé des culottes d’apprentissage pour les sorties. Comment faisiez-vous dans ce cas-là ?

  8. Super !

    Mon fils de bientôt 2 ans nous signale maintenant quand il a fait caca et je me demandais si je ne devais pas le prendre comme un signal de demande d´autonomie. Mais finalement je crois pas à vous lire, j´ai moi aussi envie que la démarche vienne de lui. Et le matin il est invariablement très mouillé dans sa couche. Merci en tout cas pour cet update 😉

  9. Merci pour ton article. Ma fille va bientôt avoir 18 mois. Elle est très souvent les fesses à l’air car c’était la seule manière de venir à bout de ses érythèmes fessiers. Puis, elle y a pris goût et avec la chaleur, elle réclame qu’on lui enlève la couche. Par contre, elle n’est pas du tout continente. Les premières fois qu’on lui a proposé le pot ça l’a intriqué et elle s’est assise dessus. Depuis elle le boude et m’appelle quand il y a un accident.
    Donc je pense faire comme toi, rien ( Enfin si éponger 😉 ) en attendant qu’elle soit prête.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *