Il avait semblait-il décidé qu’il ne mettrait pas un orteil dans l’eau cet été, et si nous sommes parvenus à lui faire tout de même goûter un peu aux joies de la piscine le temps d’une semaine en Bourgogne à force de sourires, de bienveillances et de techniques super rusées de diversion, je ne me sentais pas le courage de déployer les mêmes trésors d’énergie pour cette unique journée au lac.

Pour profiter de l’eau moi-même et lui garantir les pieds au sec, nous avons improvisé un barrage pour les voitures, en ramassant tous les trésors présents sur la berge pendant que June dormait bercée par les jeux de lumière entre les feuilles de grands arbres. J’avoue que j’aime à la folie me lancer dans ce type de construction improvisée, pêcher des cailloux de telle ou telle couleur, planter droit le moindre vieux bout de bois qu’il a déniché derrière un fourré. C’est sans doute une des raisons pour lesquelles je suis si attirée par les pédagogies Steiner-Waldorf et Reggio. Jouer avec les « loose parts » que la nature nous offre pour bâtir de petits mondes miniatures, inventer des histoires, additionner des cailloux, s’interroger sur la puissance des vagues… Tout en reconnaissant volontiers que l’élan premier est le mien, je sens Django se laisse vite prendre au jeu ; très vite, je ne suis plus qu’une petite main qui œuvre sous ses directives.

IMG_0284

IMG_0280 IMG_0281 IMG_0282 IMG_0285 IMG_0289 IMG_0286 IMG_0288

Nous habitons ville, nous avons une grande terrasse mais pas de jardin et cela me manque bien souvent. Les parcs bruxellois sont beaux et nombreux, mais trop aménagés, avec leurs plaines de jeux et leurs allées bien dessinées, pour que nous nous lancions dans semblable aventure.

Il y avait une lumière un peu rose au lac ce jour-là. En partant, nous avons rendu à la nature ses trésors, laissant l’eau se charger de remettre bon ordre sur la berge après notre passage. Je n’ai pas résisté à ramener une belle branche de bois flotté qui abrite désormais certains de nos jeux sur la terrasse. La regarder me rappelle ma joie d’être au bord de l’eau avec ce petit garçon qui ne voulait pas même se mouiller un orteil.

D'autres raisons de se gausser :

Tissus et vêtements 100% mérinos et oeko-tex (concours)
Des langes tout doux, tout beaux et surtout bio !
Cette semaine, j'ai découvert... (6)
Mobilier "montessori" inspirant à la micro-crèche Éveil Pur
De bons pinceaux
Matériaux de récup' pour paniers aux trésors

3 Comments on Pas même un orteil

  1. Merci beaucoup !!!
    J’avais ete voir engel et j’ ai bien aimé leur rayures.
    Je ne connais pas lobio. Je vais aller y faire un tour.
    Pour les genouwx, je vois ce que tu veux dire, ce rait uniquement pour la nuit, ou en sous vetements. Car chez nous, on est au chauffage au bois et le matin de l’hiver il fait souvent 12 degres … Et mon petit gars, bientot deux ans, ne veut plus de la gigoteuse .. Bref… Encore merci.
    Evidement ça a un cout, on ne roule pas sur l’or car on est en ief donc un seul salaire. Mais on adopte la technique de less is more. Et au final on achete que peu de vetements, mais de qualité et bio.
    Ps
    Merci pour ton blog, j’aime beaucoup

  2. Bonjour ou Bonsoir c’est selon …

    Je recherche un pijamas ou vetements thermaux en laine principalement et Bio . Je pensais trouver mon bonheur chez FUB mais je n’en vois pas.
    Que mets tu à django l’hiver ?
    J’ai ete voir tes articles sur les vetements organiques, celui sur les vetements de laines et là je t’avoue que je suis perdue dans la masse 🙂
    D’avance merci
    Vio

    • Chère Violaine, je dois d’abord t’avouer que la plupart des pyjamas de Django sont des vêtements en fin de vie (leggings troués aux genoux, coupés en short ou non, t-shirts tâchés que je ne parviens pas à récupérer) ou alors des créations qui ne me plaisent pas. A l’heure du dodo, chez nous, personne n’est très présentable 😀 Django a toutefois eu quelques beaux pyjamas pour aller dormir chez ses grands-parents que je peux te conseiller : un superbe pyjama CamCam en coton organique (très solide, celui-là, vrmt bien), un beau pyjama en laine Superlove (très doux, très confortable, mais qui a beaucoup souffert aux genoux puisque mon petit garçon est un acrobate et joue beaucoup par terre, comme la plupart des petits enfants) et un pyjama Merino Kids (un peu moins doux que Superlove, je préfère le Superlove). Superlove et Merino Kids sont donc deux marques en laine que je recommande pour la nuit. Mais c’est tout de même un beau budget. Une bonne solution est aussi de se tourner vers des marques que j’affectionne beaucoup pour les bébés et qui peuvent à mon sens convenir parfaitement comme pyjamas pour les plus grands : Cosilana, Engel Natur (les nouvelles couleurs de cette marque sont très très belles) ou encore Iobio, qui font des t-shirts et des leggings fins en mérinos ou en laine et soie, parfaits comme sous-vêtements ou pour le dodo. Est-ce que tu y vois plus clair ou ai-je encore donné trop de pistes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *