Lorsqu’on consomme quantité de blogs de parentalité aux propositions d’activité* toutes plus belles les unes que les autres, le risque est, au mieux, de dépenser beaucoup de temps et d’énergie (et parfois d’argent) à tâcher de reproduire la même chose à la maison ou, au pire, de se décourager et de renoncer finalement à faire quoi que ce soit.

Bien sûr, il y a des parents qui trouveront énormément de plaisir ou de gratification dans la réflexion et la préparation de l’activité en elle-même ; c’est parfait ! Que tous les autres se rassurent en sachant qu’il n’est pas nécessaire de passer ses week-ends à découper des banquises dans de la frigolite pour monter une proposition d’activité qui puisse passionner vos rejetons.

*pour comprendre ce que j’entends par « proposition d’activité », la lecture de cet article te sera peut-être utile.

De quoi a besoin une proposition d’activité pour exister en tant que telle ?

  • De résulter de l’observation fine, par l’adulte, de l’enfant, dans le but de cerner quelques-uns de ses intérêts du moment ;
  • de mettre en œuvre une discipline et du matériel que l’adulte pressent comme pouvant répondre à un ou plusieurs de ces intérêts ;
  • d’être disposée dans l’espace de travail ou de jeu de manière à fonctionner comme une invitation pour l’enfant à s’en saisir (c’est là la dimension esthétique et ouverte – je ne trouve pas de meilleure épithète – de la proposition) ;
  • d’être laissée à la libre disposition de l’enfant (même lorsque l’activité nécessite une démonstration de l’adulte ou la lecture d’une consigne, l’enfant est par la suite libre de s’en saisir quand bon lui semble… ou s’en détourner).

Ceci n’étant qu’une ébauche personnelle de réponse à un questionnement qui m’anime, sache que tous tes commentaires sont les bienvenus pour enrichir ou interroger cette définition.

Parfois, il en faut peu…

Il suffit parfois de changer la perspective d’un matériel que l’on croyait épuisé ou au contraire hors de portée, parce que délaissé par l’enfant, pour que celui-ci revête soudain un intérêt nouveau.

Ici, une plaque pour blocs encastrables et deux morceaux de double face auront suffi à donner une nouvelle dimension à un panier de blocs délaissé depuis plusieurs semaines (ou plutôt exclusivement destiné à être répandu aux quatre coins de la cuisine, ce dont mes orteils se plaignaient beaucoup).

duplo-04 duplo-05 duplo-06

Il ne manquait à cette petite fille, encore incapable d’emboîter les pièces sur la plaque, qu’un grand-frère ravit de s’exécuter à sa place pour qu’elle puisse aussitôt ôter les pièces. Le jeu devint vite à qui des deux joyeux larrons serait le plus rapide, et j’ai eu droit à de grands éclats de rire pendant les quelques jours que le jeu les a captivés.

Une fois June ayant jugé avoir fait le tour de la chose, mon fils a construit deux ou trois villes horizontales, et cherché comment y fixer des véhicules. Parvenu à ses fins à deux ou trois reprises, il s’est à son tour détourné de ce matériel qui n’offre à un enfant de trois ans que des possibilités de construction limitées, et j’ai rangé le panier de blocs en plastique… pour le ressortir trois semaines plus tard, dans la salle-de-bain.

duplo-01

Parfois, il suffit de changer la perspective pour qu’un matériel puisse être redécouvert par l’enfant : installer aquarelles et crayons de couleur dans le jardin, ajouter un miroir à l’espace de construction, déplacer le coin poupées de la chambre vers le salon, inviter les Playmobil dans le bac sensoriel, utiliser une table lumineuse pour mettre en valeur un puzzle…

Il n’est pas nécessaire à mon sens d’être toujours capable de formaliser les apprentissages visés (après tout, n’est pas didacticien qui veut…) ; ce qui importe, c’est d’être attentif à la manière originale dont l’enfant s’approprie son environnement et d’exercer de la sorte notre œil d’éducateur pour identifier où l’enfant en est dans ses acquisitions, à partir de quoi on pourra éventuellement dans un second temps faire évoluer la proposition ou verbaliser avec l’enfant à propos de ce qu’il est en train de faire (dans le but d’enrichir son vocabulaire, mais aussi, avec un enfant plus âgé, de faire progressivement apparaître les mécanismes de gestion mentale qu’il mobilise le plus volontiers pour venir à bout d’un problème).



apprendre en s amusant Et puisque cet article a aussi comme objectif de répondre aux questions qui me sont le plus souvent posées, j’ajoute que si tu cherches des idées inspirantes à proposer à tes enfants, je n’ai pas de meilleure recommandation qu’Une année d’activités pour apprendre en s’amusant, l’ouvrage d’Elsa Thiriot destiné aux 0-6 ans (un livre pour les plus grands devrait prochainement voir le jour). Ce livre n’a selon moi pour défaut que son titre qui ne rend pas justice à la qualité de la réflexion pédagogique qui sous-tend les activités à la fois originales, inspirées des pédagogies actives, faciles à mettre en œuvre (de par leur simplicité mais aussi en raison du peu de matériel qu’elles requièrent), et surtout guidées par une profonde connaissance des mécanismes et du rythme d’apprentissage des tout-petits. Ce livre, j’en ai attendu patiemment la publication et n’ai pas regretté une seule fois mon achat depuis. Et pour une fois, je ne le prête pas ! 😉



PS : comme (presque) toujours, les enfants sont habillés chez Fool de wool : béguin Briar et salopette Monkind ou ensemble FUB pour June, pantalon Pan Pantaloni pour Django.

D’autres bonnes idées qui ont permis de faire (re)découvrir un matériel délaissé chez toi ? N’hésite pas à partager en commentaire !

Enregistrer

Enregistrer

D'autres raisons de se gausser :

Le flop de la pâte à modeler
Ouvrir, fermer, dévisser : exercer sa motricité fine
Corps de maman, corps de femme : 3 comptes Instagram à suivre pour mieux (s')aimer
Ma sélection "linge de lit, literie et pyjama" pour transformer son lit en un cocon de dou...
Soudain, arrêter le temps : yoga, méditation, massage et taï chi pour les petits [concours]
"Maurice & co" devient "Bonjour Maurice" !

3 Comments on Proposition d’activité : et s’il suffisait de changer de perspective ?

  1. ahaha ! Avec mon petit bonhomme alité pour 8 semaines minimum, le moins qu’on puisse dire c’est qu’en ce moment, on change les perspectives !

  2. J’adore !!!!!
    mais j’avoue avoir bloqué sur tes meubles de cuisine … je suis archi-fan ^^
    Nous restaurons notre ancienne maison le plus possible en r&cup
    c’est vous qui les avez conçus ?

    merci <3

  3. Merci pour cet article qui tombe à pic car il formalise une pensée que je commençais à me faire : après un ou deux flops à reproduire des activités vue des des blogs qui ne collaient pas du tout avec les envies du Lardon, je me suis rendue compte que je m’étais détachée de l’observation à force de lire/voir des propositions adaptées à d’autres enfants.

    Rien ce que cet article m’a fait ouvrir 7 liens de fils en aiguille ! Voilà qui va m’occuper pendant sa sieste, et peut être qu’à son réveil, j’aurais une chouette proposition à lui faire, à base de remplissage/vidage puisque c’est le truc du moment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *