Il y a, dans la littérature jeunesse, de ces albums si beaux et si touchants que je les sais capables de résister aux plus violentes de mes aspirations au minimalisme ; ceux d’Emily Hugues en font incontestablement partie. Son trait – que l’on ne peut qualifier que de foisonnant – emporte ses lecteurs dans un univers sauvage, mystérieux et contrasté, dans lequel évoluent de petits héros confrontés, en dépit de leur courage, à de dures épreuves. Bien sûr, leur appétit de vivre finit par triompher. Bercés par la musicalité du texte, les enfants entre deux et cinq ans ne manqueront sans doute pas de s’identifier à ces cœurs à la fois téméraires et fragiles, pour comprendre intuitivement que différence n’est pas synonyme de faiblesse et que, parfois, la reconnaissance arrive là où on ne l’attendait pas.

emily-hugues-sauvage-02 emily-hugues-sauvage-01

Enfin, parce que leur dessin fait la part belle à la faune et à la flore les plus extraordinaires, ces albums constituent un merveilleux moyen de faire entrer un peu de Nature dans son foyer. Les artistes en herbe et les parents qui aiment dessiner se plairont sûrement à s’inspirer de leur végétation luxuriante pour composer leurs propres dessins.

Retrouve ces albums sur Amazon en cliquant sur les images ci-dessus* ou chez ton libraire préféré.

D'autres raisons de se gausser :

Des crêpes pour bébé (recette minute sans gluten et sans lait de vache)
Maman, donne-moi encore une gommette !
L'effet Montessori (2)
Eureka : j'ai un sling !
Matériaux de récup' pour paniers aux trésors
"Je porte l'enfant qui est venu à nous"

5 Comments on Les albums incontournables d’Emily Hugues

  1. On a suivi ton conseil! Le tout petit jardinier est en effet plein de poésie,tendre et très chouette à lire. Dans le même style (poétique,de très belles images ,et très agréable à raconter et s’entendre raconter) voici mes deux coups de coeur: « la boite rouge » de Carl Norac et Stéphane Poulin et « Un grand jour de rien » de Béatrice Alemagna. Des merveilles ! Bise

  2. Nous avons le petit jardinier pour lequel j’ai un très gros faible. C’est doux, poétique, foisonnant de détails et tellement ancré dans cette si belle nature. Nul doute que les deux autres rejoindront sous peu notre bibliothèque.
    Pour la poésie des textes et le côté nature/rythme des saisons, je ne suis pas certaine qu’ils aient été traduits en français mais j’adore les Pippa & Pelle de Daniela Drescher.

    • Merci merci ! Je ne les vois qu’en allemand, mais ils sembleraient qu’un titre ou l’autre est sur le point d’être traduit (ou simplement à nouveau disponible ?) en anglais. Affaire à suivre, donc !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *