Exercer sa motricité globale à l’intérieur : quelques idées version bois

Mes enfants sont très branchés motricité globale en ce moment, notamment parce que ça leur permet de jouer ensemble malgré leur différence d’âge. L’aîné organise des parcours, fait la démonstration et encourage sa petite sœur comme s’il l’entraînait pour de futurs jeux olympiques. C’est assez amusant à voir. Toutefois, si j’ai désormais renoncé à répéter à longueur de journée qu’on ne fait pas de trampoline sur le canapé (rassure-moi, chez toi aussi il y a des enfants debout sur ton mobilier de salon ?), je préfère que leur enthousiasme s’exerce sur un matériel adapté. Nous avons beau passer un maximum de temps dehors, nous habitons en appartement et notre grande terrasse est un espace largement insuffisant pour que puisse s’y libérer l’énergie des enfants. Quelques outils sont donc les bienvenus ; ils ont en outre l’avantage de travailler l’équilibre, l’orientation dans l’espace et de solliciter des muscles moins souvent mis à l’épreuve.

Il y a quelques semaines, je partageais cette réflexion sur Instagram en demandant des conseils quant aux structures les plus populaires auprès des enfants en matière de motricité globale, conçues pour l’intérieur. A partir des réponses reçues et de mes propres découvertes, j’ai regroupé les idées qui me séduisaient le plus. Je te propose aujourd’hui de découvrir la « version bois » ; je réserve à plus tard une « version plastique », moins esthétique, avec les structures pour lesquelles un équivalent en matière naturelle n’est pas envisageable. Toutes les idées retenues prennent bien entendu le parti de la motricité libre, principe cher à ce blog. Si tu as d’autres idées, n’hésite pas à les partager en commentaire.

1. Mobilier Pikler (source image : Esty) : Emmi Pikler est une pédiatre hongroise née au début du vingtième siècle ; ses observations l’ont conduite à constater que les très jeunes enfants ont une meilleure conscience corporelle et se mettent moins en danger lorsqu’il leur a été permis de se mouvoir librement. Le triangle Pikler, conçu à partir du constat et des préconisations d’Emmi Pikler, est devenu un objet emblématique de cette approche qui préconise de faire confiance aux capacités motrices de l’enfant dès sa naissance, en le laissant se mouvoir librement et à son rythme, sans restreindre ses mouvements (par l’utilisation de parc, de transat pour nourrisson, etc.) et sans le contraindre à adopter une posture que son développement musculaire ne lui a pas permis d’acquérir seul (il est par exemple déconseillé d’asseoir un bébé avant qu’il ne puisse le faire seul ou de l’aider à marcher en lui tenant les bras). Outre le fameux triangle espalier, on trouve désormais – chez Woomo ou sur Etsy, par exemple – toute une gamme de mobilier pensé pour la motricité des tout-petits… ce qui n’empêchera pas les plus grands de s’en emparer !

2&3. Toupie et balancier en bois Wobbel : j’ai déjà écrit dans cet article tout le bien que je pense des planches-balancier. Il existe désormais de nombreuses marques qui ont lancé sur le marché des produits équivalents. Wobbel a innové en ajoutant à sa gamme une toupie en bois et feutre que j’aimerais également beaucoup essayer. Notre planche Wobbel vient de chez Manine Montessori.

4. Planche en bois à roulette (source image : Erzi) : cette bonne idée m’a été glissée par Au son des grillons, dont je te conseille de suivre au plus vite la page Instagram si tu es adepte du jeu libre car leur boutique ouvre prochainement ses portes et promet de très belles surprises (et exclusivités) en la matière !  Une planche bien solide, donc, quatre roulettes, et voilà tes enfants libres de s’imaginer les embarcations les plus surprenantes.

5. Cerceaux en bois (source image : Erzi) : autre excellente idée proposée par Au son des grillons qui les proposera bientôt dans sa boutique, ces cerceaux de bois te permettront de créer des parcours de motricité dans ton salon. Pour les compléter, il suffit, comme me l’a conseillé une maman sur Instragram, de dessiner sur le sol avec du ruban adhésif de peintre* des lignes sur lesquelles s’entraîner à marcher en équilibre ou des cercles dans lesquels lancer de petits sacs en tissu lestés (tu sais, du type de ces coussins sensoriels* que tu avais peut-être déjà cousus ou achetés pour ton tout-petit).

6&7. Balançoire et anneaux en bois (source image : Lillagunga) : pas besoin de jardin pour avoir une balançoire ! Accroché dans une poutre ou, pourquoi pas, dans l’embrasure d’une porte, voilà assurément une installation qui aura de beaux jours devant elle.


Pour en savoir plus sur la motricité libre et l’approche d’Emmi Pikler :

4 réponses sur “Exercer sa motricité globale à l’intérieur : quelques idées version bois”

    1. Tu as tout à fait raison. Je ne crois pas le rocker soit très Pikler initialement, toutefois 😉 Mais l’image était sympa, parce que ça montrait à mon sens que ces structures peuvent servir pour les plus grands (ce qui m’a toujours freiné, personnellement).

  1. Aaah ! Merci pour ce bel article ! J’adore quand tu me donnes pleins de belles idées comme ça 😀

    Comme le fiston, est trèèèès motricité global depuis toujours, dans la nouvelle chambre de grand, nous avons installé un sytème de fixation qui nous permettra (relativement) simplement de changer les accessoires. Pour l’instant, il y a un hamac assis, dans lequel il peut se balancer (en douceur, ça c’est plus compliqué) et où nous lisons souvent les livres du soir. Nous avons déjà également acheté des anneaux, une balançoire et une barre de trapèze que nous pourrons mettre chacun à leur tour une fois le hamac décroché.
    Il y a aussi des prises d’escalade colorées toutes jolies que nous avons fixé dans une planche d’OSB elle-même fixée au mur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *