Dans la famille « living book », je demande… Sissi, aussi libre que le vent

J’ai envie de te parler d’un bel album que j’ai reçu des Editions Gründ Jeunesse et qui me permet de sortir un peu de la tranche d’âge de mes enfants, puisqu’il est adressé aux jeunes lecteurs à partir de six ans : Sissi, aussi libre que le vent*.

D’emblée, j’ai eu envie de ranger cet album dans la catégorie des « living book », terme utilisé par la pédagogue Charlotte Mason pour désigner les livres qui, outre un contenu relativement consistant, véhiculent certaines valeurs morales et témoignent de l’engagement de leur auteur à l’égard de leur sujet. Sissi, aussi libre que le vent*, album richement documenté qui retrace les principaux épisodes de la vie de la célèbre impératrice d’Autriche et reine de Hongrie en insistant tout particulièrement sur le caractère de cette femme et l’abnégation dont elle dut faire preuve, entre parfaitement dans cette catégorie !

Bon, bon, bon, presque tout de suite, je me sens obligée de te faire part de mes réticences par rapport à la pédagogie de Charlotte Mason (dont je ne parle d’ailleurs jamais sur ce blog), beaucoup trop imprégnée des valeurs judéo-chrétiennes à mon goût. A la lire, j’en ai souvent eu le poil qui se hérisse et j’ai donc renoncé depuis un moment. Mais mais mais je dois aussi reconnaître que je suis le fruit de cette société judéo-chrétienne et que lorsque je consulte la liste française des living books de Petits Homeschollers par exemple, force est de constater que j’ai grandi à leur contact et qu’aujourd’hui encore évoquer ces titres n’est pas sans provoquer en moi une émotion assez forte. Je gage toutefois que les qualités esthétiques de l’écriture de tous ces ouvrages transcendent leur caractère moraliste sur lequel insiste selon moi beaucoup trop Mason. Bref ! Trêve de digression… mais que veux-tu, la littéraire que je suis ne se refait pas.

Sissi, aussi libre que le vent* invite au scénario Sylvie Baussier, auteure de romans et de documentaires historiques pour la jeunesse, et Jean de Cars, historien spécialiste de l’impératrice d’Autriche et auteur d’une biographie de référence en ce qui la concerne, et Odilon Thorel pour les illustrations. Celles-ci sont de vibrantes aquarelles, légèrement enfantines, qui aiment jouer d’effets de superposition pour faire apparaître le point de vue (par exemple : Sissi est assise à son bureau au premier plan tandis que s’étale le paysage munichois en arrière-fond ; l’empereur François-Joseph est debout devant une fenêtre songeant au champ de bataille en Crimée peint en arrière-plan…). La narration prend l’original parti de choisir pour narrateur le vent, qui conte ce qu’il a vu et entendu de la vie de Sissi. Ce choix permet de rythmer le texte de commentaires marqués subjectivement – « Ce ne sont pas des façons pour une princesse ? Et alors ! », « Moi, vent caresse, j’effleure les jours pâles de Sissi, les cernes qui marquent ses yeux, et je pleure avec elle » – qui donnent vie au récit historique tout en empêchant de tomber dans un pathos de mauvais goût. L’album se veut toutefois clairement didactique et se dote dans ce but d’une courte chronologie et d’un lexique.

Je te conseille donc ce récit qui a le mérite de mettre en lumière une figure féminine emblématique de l’histoire européenne : de quoi peut-être donner envie aux enfants de s’intéresser plus tard d’un peu plus près à l’histoire de cette femme et, à travers elle, aux bouleversements géopolitiques qui ont secoué l’Europe. Dans la même collection, Gründ Jeunesse a également publié La vie de Napoléon, racontée par le Fortuné et le cheval Vizir*. Mais disons que je préférais te parler d’un livre sur une femme, et que j’ai donc choisi à dessein de recevoir celui-ci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *