Du doudou à la précieuse poupée de chiffon, à chaque âge sa poupée Waldorf

La poupée revêt une importance toute particulière dans la pédagogie Steiner-Waldorf. Fabriquée à partir de matériaux naturels, cousue à la main par une personne qui y investira son cœur, ses traits et sa morphologie évoluent en fonction de l’âge de l’enfant auquel elle est destinée. D’abord petit doudou à nœuds qui accompagnera bébé au berceau, la poupée Waldorf deviendra plus tard un confident et un compagnon de jeu.

Dans la pédagogie Waldorf, la poupée est un jouet précieux, fruit des longues heures de travail (entre deux et dix heures, selon le modèle) de l’adulte qui l’a cousue en y investissant son amour et sa patience. En l’offrant à l’enfant, c’est le cadeau de ce travail et cette attention qui lui sont transmis.

Les poupées Waldorf sont conçues pour solliciter l’imagination de l’enfant par le jeu libre. C’est pourquoi elles possèdent extrêmement peu de traits d’expression et conservent, même dans le cas du modèle destiné aux enfants plus âgés, des formes simples, davantage suggérées que finement modelées. L’imagination est comme un muscle : elle se développe par la sollicitation et l’exercice. Ainsi, la pédagogie Waldorf considère qu’une poupée trop réaliste (qui ferme les yeux, pleure…) bride l’imagination de l’enfant, en dirigeant exagérément son jeu.

Comme tous les jeux Waldorf, ces poupées sont fabriquées dans des matériaux naturels pour éveiller le sens esthétique de l’enfant tout en lui apportant chaleur et confort. C’est pourquoi elles sont traditionnellement garnies de laine ou de kapok et vêtues de cotonnade, de laine, etc.

La première poupée Waldorf possède, à l’image du nourrisson auquel elle est offerte, une tête assez volumineuse. Elle n’a aucun trait d’expression, voire pas de visage du tout. Son corps prend la forme d’un mouchoir noué, que le tout-petit pourra mâcher, sucer ou frotter entre ses doigts à loisir.

La deuxième poupée Waldorf se dote, comme l’enfant qui se met à découvrir et arpenter le monde, de jambes solides. Sa tête demeure relativement volumineuse ; son corps souple et ses vêtements simples permettent à l’enfant entre deux et cinq ans de la traîner partout avec lui.

La troisième poupée Waldorf est offerte à l’enfant aux alentours de quatre ou six ans. Ses bras et ses jambes sont plus longs que ceux des précédentes, sa chevelure plus travaillée, son expression plus précise. Ses vêtements sont élaborés et elle possède des accessoires, comme un lit, une petite dînette, etc.

Plus tard encore, la poupée deviendra pour certains enfants un compagnon de jeu davantage qu’un jeu lui-même : posée sur son étagère,vêtue avec soin, la poupée sera un objet d’admiration et d’inspiration plutôt que de manipulation.


Les poupées de cet article ont été cousues par mes soins, à l’exception de la dernière qui a été offerte aux enfants et commandée chez Autour de Dea (une créatrice qui fait vraiment un travail merveilleux, très soigné et délicat). Dans un prochain article, je te présenterai divers liens vers des tutoriels et des fournitures pour confectionner ta propre poupée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *