Des couches lavables en crèche : une lettre personnalisable pour convaincre votre milieu d’accueil

Avec Noël est arrivé un cadeau inattendu à destination des lecteurs de Minuscule infini : au détour d’une conversation, mon amie Charlotte m’apprend en effet qu’une de ses collègues a eu l’excellente idée de rédiger une lettre extrêmement bien documentée et construite pour convaincre le personnel du milieu d’accueil de sa fille de renoncer à l’utilisation des couches jetables au profit des lavables.

Par chance, l’auteure de cette lettre accepte d’en partager le contenu avec la communauté de Minuscule infini ! Je suis particulièrement en joie car, en fidèle utilisatrice des couches lavables, j’aurais grandement apprécié de disposer d’un outil aussi bien fait à destination de la crèche de June (à défaut de quoi, puisqu’on m’y avait annoncé dès l’inscription l’impossibilité des lavables, je me suis contentée d’un pauvre certificat médical me permettant de fournir les jetables de mon choix…).

Voici donc la lettre de Laurence Martin : tu peux te l’approprier et la personnaliser pour convaincre à ton tour le personnel du milieu de garde de ton enfant d’accepter l’utilisation des couches lavables. Grand merci à Laurence pour ce beau cadeau ! Je ne doute pas qu’il fera gagner de la motivation et un temps précieux à tous les parents qui souhaitent un mode de vie plus sain et respectueux pour leur famille.

Une lettre argumentée en faveur des couches lavables

Madame / Monsieur,

Nous sollicitons votre attention aujourd’hui pour vous faire part d’un sujet, d’une cause qui nous tient profondément à cœur : l’écologie.

Ce n’est plus un secret pour personne, et de très nombreuses études scientifiques parues encore cette année dans des revues de grande renommée (« Nature, « PNAS », rapports de la NASA, etc.) le confirment, la situation climatique actuelle et les prévisions attendues pour 2050 et 2100 sont dramatiques. L’espèce humaine est menacée. Notre biodiversité meurt à petits feux, les océans contiendront bientôt davantage de plastique que de poissons, des continents entiers de plastique flottent dans ces derniers… Nous produisons trop, consommons trop, jetons trop.

Sans nous étendre davantage sur ces prévisions extrêmement angoissantes, nous clamons aujourd’hui que nous craignons pour l’avenir, le nôtre et celui de nos enfants.

Nous savons combien il est difficile de faire bouger les choses à un niveau global, politique, économique. Néanmoins, nous savons également que de petits changements individuels, locaux, à petite mesure, peuvent être efficaces pour faire changer les mentalités et amener toute une population vers une décroissance, une consommation raisonnée et raisonnable.

Nous, nos amis, ainsi que la plupart des membres de notre génération, faisons le choix d’un mode de vie où notre consommation est mesurée. Ainsi, nous achetons majoritairement local, bio, éthique, en vrac, d’occasion… Et nous tâchons de réduire drastiquement nos déchets.

Vous le savez probablement mieux que quiconque : un bébé ou enfant en bas-âge génère potentiellement une quantité de déchets effroyable. Les couches jetables représentent 40% des déchets ménagers d’un foyer ayant un enfant entre 0 et 2 ans. En effet, de la naissance à l’âge de l’acquisition de la continence, un bébé consommerait une tonne de couches jetables. Cela représente environ 6500 couches, soit 4,5 arbres abattus et 25kg de plastique. Une tonne donc, par enfant, non biodégradable, envoyée dans des sites d’enfouissement. Toutes les couches jetables sont polluantes : elles se composent de pâte à bois blanchie au chlore, de plastique en polyéthylène, de polyacrylate de sodium et de cellulose. On estime qu’une seule couche jetable représente l’équivalent d’une tasse de pétrole brut. Dans la nature, ces couches mettent entre 400 et 500 ans pour se décomposer.

Par ailleurs, en termes d’impact sur la santé, les couches jetables ne sont pas en reste. Les derniers scandales en la matière publiés par 60 millions de consommateurs ont mis au jour que la plupart des couches jetables contiennent des résidus de pesticides (comme le célèbre glyphosate, principe actif du Roundup), des dioxines, des hydrocarbures aromatiques polycycliques et des traces de composés organiques volatils : autant de résidus cancérogènes que nous n’avons franchement pas envie de mettre en contact avec les parties génitales de nos bébé.

Pour des raisons écologiques tout d’abord, sanitaires par ailleurs, mais aussi économiques, nous avons décidé de nous tourner vers l’utilisation de couches lavables. Ces dernières sont forcément moins polluantes que leurs concurrentes, même lorsqu’on compare la quantité d’eau nécessaire pour les entretenir à la quantité d’eau nécessaire pour produire des jetables. En outre, de par leur composition en fibres naturelles, les couches lavables permettent à la peau de respirer, et d’ainsi réduire les érythèmes fessiers.

Pourquoi ne pourriez-vous pas vous ériger en exemple en matière d’écologie et de respect de l’environnement, en acceptant l’utilisation de couches lavables, voire en promouvant l’utilisation de celles-ci auprès des parents ?

Nous ne produisons actuellement aucun déchet lié au change de notre bébé… à la maison. Nous sommes par conséquent assez frustrés que notre enfant génère encore une quantité non négligeable de déchets liés aux couches jetables lorsqu’il est à la crèche. Par ailleurs, nous sommes convaincus que ce sont les petits cours d’eaux qui forment les grandes rivières : si votre crèche accepte les couches lavables et communique autour de cette décision, plusieurs familles pourraient être sensibilisées et, espérons-le, convaincues. Petit pas par petit pas, nous pourrions progresser ensemble vers une sérieuse réduction de nos déchets, et les mentalités évolueront encore vers un mode de vie plus respectueux de l’environnement, pour notre planète, pour nos enfants.

Jusqu’ici, nous vous avons présenté des arguments en faveur des couches lavables (et en défaveur des couches jetables) sur lesquels, assurément, tout le monde, y compris vous-même, sera facilement d’accord. Là où les avis divergent, c’est sur la question de la praticité des couches lavables. Il nous faut donc vous convaincre que oui, les couches lavables sont faciles d’utilisation et peuvent tout à fait convenir à utilisation en crèche.

Nous utilisons des couches lavables modernes qui peuvent être utilisées presque comme des couches jetables. Concrètement, dans le cas d’une utilisation en crèche, nous pourrions imaginer le scénario suivant :
* Nous vous apportons environ 6 couches propres chaque matin, dans un sac à linge propre.
* Les couches sont prêtes à l’emploi : il suffit de la placer sur le bébé comme une couche jetable.
* Lorsque la couche est souillée, il suffit de l’enlever et de la replier sur elle-même, comme n’importe quelle couche jetable.
* Bien entendu, la couche lavable ne va pas à la poubelle : elle se stocke dans un sac imperméable à couches sales, que nous récupérerions chaque soir lorsque nous reviendrons chercher notre enfant. Le lavage des couches est donc laissé aux soins des parents.

Dès lors, avec ce type de scénario (d’autres sont possibles, notamment sur la question de l’évacuation de la selle), la manipulation des couches est parfaitement identique à celle des couches jetables : il n’y a aucun grand changement à apporter dans les habitudes du personnel. Il faudrait simplement envisager un petit crochet par enfant profitant des couches lavables, permettant d’y pendre le sac imperméable qui contiendra les couches souillées. Puisque le lavage des couches est laissé aux soins des parents, il faudrait imaginer un contrat établissant que les parents sont tenus d’apporter des couches parfaitement propres et d’être irréprochables sur la routine de lavage des couches.

Nous sommes intimement convaincus que des solutions faciles peuvent être trouvées pour promouvoir l’utilisation des couches lavables pour nos enfants. Pour ce faire, nous avons besoin de votre aide, et cela passe par une ouverture, de votre part, à ce nouveau système. De nos jours, l’argument écologique ne peut être balayé d’un revers de la main sous prétexte qu’une chose est supposément « moins pratique » ou « moins confortable ». La réduction des déchets est une question primordiale qui aura un impact sur notre avenir et celui de nos enfants.

Nous sommes prêts à vous rencontrer pour vous montrer notre système de couches, et pour discuter avec vous et votre équipe des solutions à envisager pour l’introduction d’un tel système au sein de votre structure. Nous espérons de tout cœur que nous parviendrons à vous convaincre que ce changement est possible, et sera même facile.

Dans l’attente de vous rencontrer, nous vous prions de croire en l’expression de notre profond respect,

SIGNATURES

Quelques sources à ajouter à cette lettre

Le guide pratique du lange lavable, édité par la ville de Namur et Alain Detry, son échevin de l’environnement : https://www.environnement-namur.be/medias/publications/lange_lavable.pdf

Ourth Anne-Sophie, Thèse annexe au grade de docteur en environnement. Faculté universitaire des sciences agronomiques de Gembloux, 2003 : http://bribri.paris.free.fr/Files/these_couches_lavables.pdf

Couches lavables Hamac® : impacts environnementaux. Analyse de cycle de vie comparative des couches Hamac et des couches jetables en France : https://www.hamac-paris.fr/pages/37/impacts-environnementaux-des-couches-lavables-hamac

Moteur de calcul de notre impact écologique en fonction du type de couches que nous utilisons : http://www.couches-lavables-ou-jetables.com/

« Le match du jour : couches lavables ou jetables ? » dans
Le Monde.fr : https://www.lemonde.fr/le-rechauffement-climatique/article/2009/12/11/le-match-du-jour-couches-jetables-ou-lavables-par-terra-eco_1279545_1270066.html

« Des résidus toxiques dans les couches pour bébés » dans
60 millions de consommateurs : https://www.60millions-mag.com/2017/01/24/des-residus-toxiques-dans-les-couches-pour-bebes-10917

« Les couches lavables, impacts écologique et économique » dans
Consogloble.com : https://www.consoglobe.com/couches-lavables-impacts-ecologique-economique-3175-cg

Merci encore à Laurence pour ce travail si bien documenté !

2 réponses sur “Des couches lavables en crèche : une lettre personnalisable pour convaincre votre milieu d’accueil”

  1. Merci pour ce courrier !
    Ici on a eu de la chance : la crèche de nos enfants a accepté sans problème nos couches lavables (même que la directrice semble plutôt pro-lavable !). Mais ce genre de courrier est toujours utile et je n’hésiterai pas à le relayer pour d’autres parents.

  2. A ma crèche j’avais demandé mais sans insister c’est vrai, j’osais pas tout à fait encore. Elles avaient accepté qu’il vienne avec sa lavable et elle l’a mettait dans le sac imperméable mais le reste de la journée, elle lui mettait leur couches jetables. Couches jetables qui sont facturées chaque mois. Après coup, je me demande aussi si les crèches n’ont pas un intérêt financier sur les couches si petit soit-il.
    Avec une lettre comme celle-là, j’aurais peut-être bien oser aller plus loin. Dire que si on avait du avoir un deuxième, j’aurais voulu tenter l’hygiène infantile naturelle, j’imagine même pas la tête des puéricultrices

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *