Soudain, arrêter le temps : yoga, méditation, massage et taï chi pour les petits [concours]

Surmenage. La rentrée de Django, l’arrivée de l’automne, les absences répétées de mon homme, la reprise du travail et, de facto, la séparation avec ma fille, ma galère quotidienne pour tirer mon lait et les longs trajets jusqu’à mon lieu de travail… ont eu raison de la belle énergie que j’avais accumulée durant l’été. Fin août, j’avais l’impression de rayonner, aujourd’hui, je ne suis plus que l’ombre de moi-même. Et pourtant, j’ai de l’aide : mes parents, mes beaux-parents, ma sœur, mes amies si chères à mon cœur, mes collègues et notre précieuse Malika qui vient deux fois par mois pour abattre un peu de ménage ; je ne manque pas de personnes ressource (et si vous me lisez, je vous embrasse de tout cœur). Je l’écris parce que peut-être que certaines qui me liront se sentiront moins seules. Je ne suis que compassion pour toutes les mamans en galère et mon admiration infinie va à toutes les autres ! Je cherche le bouton PAUSE !

monpremierlivredemeditation01

Quatre ouvrages et des places pour le salon de l’Éducation à gagner !

C’est dans ce contexte qu’arrive un superbe partenariat qui tombe à pic : à l’occasion du Salon de l’Éducation qui aura lieu à Charleroi du 12 au 16 octobre prochain, les Éditions Dominique et compagnie offrent aux lecteurs de Minuscule Infini 4 ouvrages de la collection « Zen » : deux exemplaires de Mon premier livre de Yoga et deux exemplaires de Mon premier livre de méditation (+ cd), ainsi que des places pour le Salon (voir la fin de l’article).

 

mon-premier-livre-de-yogamon-premier-livre-de-tai-chi mon-premier-livre-de-meditation-cd mon-premier-livre-de-massage

Yoga, méditation, massage et taï chi pour les petits

POUR QUI ? Dans une société ultra-médiatisée et hyper-connectée, dans laquelle nous sommes constamment assaillis d’informations (visuelles, surtout, mais aussi auditives), il me paraît essentiel d’apprendre dès l’enfance des techniques pour se préserver de ce flux de sollicitations. Nos enfants sont le fruit de leur époque ; leurs comportements reflètent le rythme effréné auquel nous tentons bien souvent de soumettre nos existences, lequel va de pair avec la rapidité avec laquelle nous devons traiter la multitude de stimuli qui nous parviennent. Sans vouloir procéder à des raccourcis peu nuancés (j’espère toujours que ma sœur neuro-psychologue, qui se spécialise dans le travail avec les enfants, écrive ici un article à ce sujet), en témoignent les divers troubles de l’attention et les attitudes tantôt apathiques tantôt survoltées de nos tout-petits. Ces livres s’adressent aux (grands-)parents et aux professionnels de l’enfance qui souhaitent proposer un autre rythme aux enfants qu’ils côtoient.

POURQUOI ? Dans notre monde, se concentrer tient lieu au pire de la prouesse, au mieux du loisir, d’où l’efflorescence de toute une série d’activités qui nous invitent à nous recentrer sur nous-mêmes, à nous connecter à nos sensations, à ralentir le rythme pour être plus « pleinement conscient » de ce que nous vivons. Yoga, méditation, massage et taï chi peuvent faire partir de celles-là.

COMMENT ? Pas question, bien sûr, d’exercer le tout-petit à la justesse d’une posture ou d’avoir pour objectif de le plonger dans un état méditatif profond : les livres de la collection « Zen », avec leurs petits formats et leurs jolies illustrations, invitent plutôt à trouver en famille ou en groupe une temporalité autre, déconnectée de la course effrénée du quotidien, à travers laquelle l’enfant peut investir son corps (dont notre mode de vie contemporain a plutôt tendance à le couper alors qu’il constitue, selon Rudolf Steiner, son principal vecteur d’apprentissage de 0 à 7 ans) et développer des facultés cognitives différentes de celles qu’il a l’habitude de solliciter. Accorder de l’attention à la manière dont on respire, laisser le temps à l’esprit d’imaginer, faire l’expérience de se projeter au-dedans de soi à la recherche d’une certaine quiétude…, voilà ce que proposent les deux livres que je vous propose de gagner aujourd’hui.

Continuer la lecture de « Soudain, arrêter le temps : yoga, méditation, massage et taï chi pour les petits [concours] »

Premiers jeux de société : nos jeux préférés à partir de deux ans

Le papa des enfants et moi-même adorons les jeux de société. Pas question, toutefois, de jouer en tête-à-tête car nous nous révélons très mauvais perdants lorsque nous jouons l’un contre l’autre (à plusieurs ou avec d’autres personnes, aucun problème, mais lui contre moi, aïe aïe aïe). Depuis plusieurs mois, nous nous réjouissons de pouvoir jouer avec Django. Une activité qui était plus que bienvenue à la fin de ma grossesse et les jours qui suivirent la naissance de June, lorsque je me déplaçais difficilement (en tout cas, construire des tours de Kapla allongée au sol, ce n’était plus de mon ressort). Voici une petite sélection des jeux de société qui nous ont le plus plu, à jouer à partir de deux ans :

Mosquito*

mosquitoParmi tous les fabuleux jeux de Djeco pour les plus petits, notre préféré est incontestablement Mosquito* ! Mon homme l’a ramené un soir à la maison et depuis nous faisons régulièrement une partie après le souper. Pour les connaisseurs, ce jeu peut être comparé à une version simplifiée de Jungle Speed* : lorsqu’on retourne la même carte qu’un autre joueur, il faut effectuer une action (taper le moustique, attraper la pomme ou poser l’abeille sur la fleur) le plus rapidement possible pour remporter le point. Ce jeu est conseillé à partir de cinq ans, mais il peut tout à fait se jouer beaucoup plus tôt : il suffit de laisser l’enfant découvrir sa carte avant les adultes, afin qu’il gagne un peu en vitesse. Et quand bien même on laisse un peu gagner les plus petits, les adultes doivent encore essayer de se prendre de vitesse entre eux, ce qui rend la partie amusante pour tous : aaaah les rires de bonheur des enfants lorsque maman écrabouille la main de papa en essayant de taper le moustique ! Si vous jouez avec un enfant très jeune, commencez simplement à l’initier au concept de « règles du jeu » avec un jeu plus simple avant de passer à celui-ci. Seul bémol : les figurines sont amusantes, mais l’odeur de plastique est tenace.

Le petit verger*

petitvergerNous avons loué à la ludothèque toutes les variantes du célèbre jeu du Le verger* de Haba, et cette version est incontestablement notre préférée : plus subtile que la version originale, Le petit verger* fait appel à la mémoire de l’enfant (et pas seulement à la reconnaissance des couleurs, comme c’est le cas du jeu de plateau original). Il est également moins cher que son grand frère. Le plateau est très bien pensé et les cartes et le reste du matériel sont solides et joliment dessinés. Ce jeu coopératif met tout le monde de bonne humeur, surtout mon fils qui prend un malin plaisir à faire gagner le corbeau. Je te déconseille par contre la version pour les plus jeunes, Mon premier verger (2+), qui, tout en restant très esthétique, se révèle vite beaucoup trop facile et peu intéressante. Note que contrairement à Mosquito et aux Trois petits cochons qui se joueront très longtemps, Le petit verger est spécialement destiné aux plus petits et aura une durée de vie moins longue.

IMG_0197

Pssst, voici une photo de la version originale du Verger, mais je te conseille vraiment son petit frère.

Les trois Petits Cochons*

troispetitscochonsC’est ma maman qui a acheté ce jeu pour jouer avec Django et je le trouve si malin que, lorsqu’il a croisé ma route sur une brocante, je n’ai pas résisté à acheter un exemplaire pour la maison. Smart Games édite quelques jeux originaux et intelligents et Les trois Petits Cochons* ne fait pas exception : en invitant le joueur a disposer les maisons des petits cochons sur le plateau pour les dévoiler (de jour) ou les cacher (de nuit), ce jeu fait appel à la logique et à l’intelligence spatiale. Il convient aussi bien aux jeunes enfants qu’aux adultes (et il n’est pas dit que ce sont ces derniers qui iront le plus vite, une fois l’enfant initié au principe du jeu). En bonus, on découvre le conte des Trois petits cochons et on se débarrasse une bonne fois pour toutes du loup en le cachant sous le tapis du salon.

Naturspiel*

naturspielUn jeu conseillé à partir de deux ans mais qui devrait durer dans le temps puisqu’il peut se jouer de différentes manières (idéal pour les fratries). Les plus petits cherchent sur le plateau les animaux qu’Annabelle la coccinelle rencontre pendant son voyage, tandis que les plus grands doivent d’abord les reconnaître à l’aide d’énigmes. Personnellement, j’aime ce jeu pour son plateau absolument magnifique, qui regorge de détails à découvrir et à commenter longuement. La coccinelle est en fait une loupe que l’on peut promener sur le dessin pour en découvrir toutes les subtilités. Le plateau et les différents animaux s’assemblent comme un puzzle, ce qui est également un excellent exercice pour les petites mains.

naturspiel01

Note bien que dès que tu auras un peu initié ton enfant aux jeux de société, tu ne pourrais plus vraiment te fier aux âges conseillés sur les boîtes : un enfant qui joue souvent maîtrise vite le concept des règles et progresse rapidement par rapport aux compétences logiques, spatiales et de mémorisation que mobilisent beaucoup de jeux de société. Pour ne pas te tromper, trouve un magasin spécialisé dans les jeux de société où les vendeurs sont généralement d’excellent conseil ou rends-toi dans une ludothèque. Certains jeux n’ont qu’une durée de vie extrêmement limitée (une fois que l’enfant a compris le principe, le jeu se révèle trop facile ou il n’est plus intéressant d’y rejouer) : la location aura en plus l’avantage de ne pas trop encombrer ton chez-toi.

J’attends tes conseils : quels sont tes jeux de société préférés pour les plus petits ?

Enregistrer

Premiers plateaux « montessoriens » avec la box de No Milk Today

activite-montessori-03Peu avant les fêtes de fin d’année, nous avons reçu la box « Ma maison et moi » de No Milk Today. Le principe : 1) un livret pédagogique de qualité présentant les grands principes de la pédagogie Montessori et détaillant une foule d’activités à proposer aux enfants sur le thème de la box, 2) une sélection d’objets pour mettre en place rapidement ces activités à la maison (le contenu de chaque box est minutieusement détaillé sur le site ; voir ici pour la box que nous avons reçue), 3) un accompagnement mensuel sous forme de newsletter par des professionnels de l’enfance et de l’éducation bienveillante.

Quelques semaines plus tard, la plupart des items de la box ont trouvé leur place à la maison et j’ai eu le temps de préparer quelques premiers plateaux typiquement montessoriens pour les proposer à Django.

activite-montessori-02 Continuer la lecture de « Premiers plateaux « montessoriens » avec la box de No Milk Today »

Ritualiser le temps : préparer Noël

La pédagogie Steiner-Waldorf accorde beaucoup d’importance à la ritualisation du temps (et de l’espace). L’année est rythmée par différents temps de célébration et de fêtes, au fil des saisons. C’est une chose à laquelle je suis particulièrement sensible, car je trouve que c’est à la fois une bonne manière

  • de renouer avec une temporalité plus « naturelle » (opposée au mode frénétique que nous imposent nos sociétés contemporaines)
  • et de permettre au petit-enfant, notamment s’il ne maîtrise pas encore le décompte des heures et des jours, de s’approprier le passage du temps en construisant des repères temporels qui l’accompagneront toute sa vie.

La période de Noël est particulièrement propice à cette ritualisation. C’est d’ailleurs le rôle de l’Avent que de nous y préparer. Il n’est pas nécessaire, à mon sens, d’être croyant pour investir ce temps de préparation.

À défaut d’avoir célébré l’Avent, on peut profiter des vacances scolaires pour préparer en famille les fêtes de fin d’année et célébrer le solstice d’hiver (qui a lieu le 21 décembre, c’est-à-dire aujourd’hui).

Personnellement, j’ai hâte de consacrer plus de temps et d’énergie à la préparation de ce type de rituels : préparer une table des saisons, raconter des histoires et proposer quelques activités autour des moments clefs de l’année, etc. Pour le moment, je tâtonne et propose timidement quelques petites choses en fonction de mes disponibilités et de ce qui est reçu positivement par mon petit garçon de deux ans pas encore et demi.

preparernoel01 Continuer la lecture de « Ritualiser le temps : préparer Noël »

Pâte à modeler, pâte à sel, sable de lune… : l’intérêt des activités de modelage

La pâte à modeler est un merveilleux outil d’apprentissage, peu onéreux et aux possibilités quasi infinies. Elle…

  • développe le sens du toucher, de la vue et de l’odorat (d’où l’intérêt de faire varier les textures – terre glaise, sable de lune, pâte à sel, etc. -, les couleurs et, pourquoi pas, les odeurs en ajoutant quelques gouttes d’huiles essentielles à la pâte à condition que bébé ne porte plus les objets à sa bouche) ;
  • travaille la motricité fine de l’enfant (enfoncer un doigt, déchirer, rassembler, aplatir, rouler, modeler… à chaque âge ses plaisirs) et exerce les muscles de la main ;
  • permet l’expérimentation en trois dimensions (découverte des formes, de la notion d’espace, des oppositions plus gros versus plus petit, etc.) ;
  • sert de support à l’imaginaire ;
  • éveille la sensibilité artistique ;
  • invite au calme, à la concentration, à la (re)connexion avec son intériorité (si tu as, dans la maison ou en classe, un petit espace de « sérénité » – j’en rêve -, où l’enfant peut faire la paix avec ses sentiments, il est intéressant d’y proposer une activité de modelage) ;
  • etc.

Désormais, tous les types de pâte à modeler ont la côte chez nous ! Même la terre glaise – celle que je préfère – qui, parce qu’elle est légèrement humide et collante, aurait pu rebuter les petites mains propres de mon fils. Il ne se passe plus une journée sans qu’il ne réclame cette activité.

modelage-02 Continuer la lecture de « Pâte à modeler, pâte à sel, sable de lune… : l’intérêt des activités de modelage »

Animaux Schleich : en action

Un petit article rapide, pour te donner des idées au cas où tu serais un peu désœuvrée (mais avec ce beau soleil, ne suffit-il pas de se mettre dans le jardin avec les mômes, et de laisser agir le puissant pouvoir d’attraction de dame nature ? – je sais, je parle comme si le monde entier était inondé de soleil, désolée).

Depuis quelques mois, les animaux Schleich commencent à avoir la côte chez nous. Je ne sais pas si tu t’en souviens, mais Django en avait reçu une jolie collection pour son premier anniversaire (l’idée était que chaque invité apporte sa bestiole préférée). Jusqu’à présent, il se contentait de vouloir les faire tenir bien droit sur leurs quatre (parfois deux) pattes. Désormais, mes timides propositions de classification et de mises en paires commencent à l’intéresser. Mais l’activité principale consiste vraisemblablement à faire avancer les animaux aux côtés des petites voitures, sur l’ensemble des meubles de la maison. J’observe, fascinée !

animaux-schleich

Continuer la lecture de « Animaux Schleich : en action »

Un bac sensoriel pour rêver de mer et de soleil

Je crois que je n’ai encore jamais posté sur ce blog de bacs sensoriels… Pourtant, j’en « monte » encore relativement souvent pour Django, mais je crois que je n’aime pas parler ici de ce à propos de quoi je trouve plein d’articles tellement bien écrits ailleurs sur la Toile (par exemple, je ne te parle presque jamais de cuisine – vu mon niveau, c’est sûr, il vaut mieux que je m’abstienne -, de couches lavables, de portage, etc., pourtant, ce sont des activités que je pratique beaucoup).

Bref. En rentrant du travail un soir, il y a une dizaine de jours, il faisait lumineux mais fort venteux, j’avais envie de soleil et de sable chaud (oui, oui, gros cliché de vacances, surtout pour moi qui n’aime pas du tout me prélasser des heures sur la plage), de nous mettre en pause pour un (long !) moment. En quelques minutes, je nous ai construit un petit coin de paradis (bon, ok, les requins en vrai sur ton lieu de vacances, ça craint) :

Bac sensoriel du soir. #bacsensoriel #sensorybin #sensoryplay #waterbinplay #playwithtoddler #jeudenfant

Continuer la lecture de « Un bac sensoriel pour rêver de mer et de soleil »

3, 2, 1, GO ! C’est parti pour la continence !

Je te le dis tout suite, l’urgence de ce titre est volontairement ironique : après avoir longuement potassé la question du chemin du tout-petit vers l’acquisition de la continence, j’ai pris le parti de NE RIEN FAIRE !

Enfin… RIEN, pas tout à fait : tu me connais, je n’ai pas pu résister à l’envie d’arpenter la Toile pour trouver le petit pot idéal (celui qui respecte la position physiologique de l’enfant, celui fabriqué en matière écologique), ainsi que toute la panoplie du parfait petit novice de la maîtrise de la vessie (seras-tu étonné si je te dis qu’il y a de la laine dedans ?).

Si toi aussi tu te poses toutes ces questions à propos de l’acquisition de la continence, voici une petite sélection de lectures et d’objets qui pourraient bien faciliter ta réflexion.

continence-enfant-04

Continuer la lecture de « 3, 2, 1, GO ! C’est parti pour la continence ! »

Maman, donne-moi encore une gommette !

Chez nous, Django s’est mis joyeusement aux gommettes. Il choisit la forme et la couleur de celles-ci sur la planche, je prépare un peu le terrain pour qu’il puisse plus facilement saisir chacune d’elles et c’est parti. Il colle soigneusement une gommette, repasse précautionneusement sur les bords de celle-ci, s’énerve sur la suivante qui lui colle aux doigts, superpose les gommettes les unes sur les autres, dessine un peu sur l’ensemble quand il a terminé une planche et entreprend ensuite de décoller chaque gommette, déchirant la moitié au passage.

gommettes-03

Voici une activité d’arts plastiques qui n’est en tout cas pas très couteuse et pas très difficile à mettre en place. L’enfant exerce les muscles de sa main, ainsi que ses capacités de concentration. On en profite pour verbaliser les formes et les couleurs : « tu as choisi une étoile bleue », « tu colles le rectangle rose à côté / sur le carré vert », etc.

Continuer la lecture de « Maman, donne-moi encore une gommette ! »

Le cube évolutif ou la chaise montessori

  • Meuble d’appui pour les tout-petits qui apprennent à se lever,
  • « chariot » de marche avec lequel le bébé qui apprend à marcher traverse la maison,
  • chaise évolutive qui accompagne l’enfant depuis l’apprentissage de la position assise jusqu’à l’âge de quatre ou cinq ans,
  • tabouret,
  • rehausseur,
  • table pour enfant (et plus tard, table de nuit)
  • ou petite bibliothèque…

Un meuble pour promouvoir la motricité libre et aménager l’espace à hauteur des tout-petits. Je parie que ton bébé sera sûrement très heureux de le trouver sur route, dès l’âge de sept ou huit mois… jusqu’à l’âge adulte – qui dit mieux ? – !

Et parce qu’il n’est pas si facile à se procurer (comme sa grande sœur, la « learning tower »), Minuscule Infini te propose cette petite sélection :

chaise-evolutive-montessori Continuer la lecture de « Le cube évolutif ou la chaise montessori »