Étiquette : autonomie

Quand Céline Alvarez parle des compétences exécutives

Jeudi dernier avait lieu la deuxième conférence de Céline Alvarez organisée par Emergences à Bruxelles. Ne compte pas sur moi pour un résumé des deux heures de conférence ni pour une critique chevronnée de la conférencière (oui, Céline Alvarez enfonce des portes ouvertes – mais elle ne s’en cache pas ; oui, son travail surfe sur une vague d’engouement pour les pédagogies dites « actives » – mais il l’alimente également, ce dont je ne vois personnellement qu’une occasion de se réjouir, d’autant que ses propos ont l’immense qualité selon moi de véritablement célébrer le potentiel d’intelligenceS de l’enfant ; non, je ne suis pas d’accord avec tout ce qu’elle affirme – notamment lorsqu’elle clame que l’être humain apprend naturellement sans effort, ou lorsqu’elle se félicite que les « sciences » confirment désormais ce que certains pédagogues et médecins pressentaient depuis longtemps, voulant en fait parler des avancées récentes en sciences neurocognitives et oubliant que les sciences sociales en sont aussi, des « sciences », et que leurs postulats ne sont pas rendus légitimes par de vagues intuitions mais par des travaux de recherche rigoureux, s’échelonnant sur plusieurs dizaines d’années). Je voulais simplement revenir ici sur une question qui m’a particulièrement intéressée, essentiellement parce qu’elle touche à quelque chose que j’ai envie de développer dans ma pratique d’enseignement, et que Céline Alvarez appelle « les compétences exécutives de l’être humain ».

competences-executives-03

L’autonomie, mais pourquoi ?

Quasiment dans chaque article que j’écris à propos des pédagogies actives, je te bassine à propos de l’autonomie de l’enfant : laisser à l’enfant l’opportunité de faire seul, aménager l’espace pour ne pas entraver ses motivations à mener à bien une activité, etc. Autonomie, autonomie, mon grand dada… et finalement POURQUOI ? C’est devenu une telle évidence pour moi désormais (et bien que ça ne l’était pas nécessairement avant que je ne devienne maman) que je ne questionne plus la légitimité de cette affirmation : pourquoi encourager nos enfants à faire seul ?

C’est une question que ma belle-sœur m’a posé cet été qui est venue interroger cette évidence, une question posée – je crois – sans animosité ou jugement, avec un vrai point d’interrogation derrière ; je ne sais plus si cette question concernait le fait que je salue l’enthousiasme de ma petite fille d’un an à mettre seule la table ou le récent réaménagement de la buanderie à destination des enfants – peu importe, mais une question qui disait en somme :

pourquoi pousser l’enfant à faire seul quand on peut lui épargner des efforts, du temps pour faire autre chose (sous-entendu « de plus intéressant ») et lui exprimer en l’aidant combien nous l’aimons et sommes là pour lui ?

(suite…)

Pour que s’habiller seul devienne un jeu d’enfant

Je ne sais pas si tu as déjà eu l’occasion de faire ce constat chez toi, mais de mon côté, je ne cesse de m’émerveiller devant les trésors de patience et de persévérance que sont capables de déployer les enfants de mon entourage pour acquérir une compétence nouvelle au moment où celle-ci correspond à leur intérêt et à leurs capacités motrices. Les premières fois qu’ils marchent, qu’ils se servent de l’eau à l’aide d’une carafe, qu’ils cirent leurs chaussures… : l’activité ne leur semble pas rébarbative ; au contraire, elle les mobilise complètement, voire génère un véritable enthousiasme. D’où l’intérêt de confier certaines tâches aux enfants dès leur plus jeune âge : proposées à une période où elles constituent un défi que l’enfant peut relever (c’est-à-dire qui n’est ni trop facile, ni trop difficile), ranger ses affaires, mettre la table, plier les serviettes… sont autant d’activités qui ne seront pas perçues comme des corvées, mais qui se révèleront valorisantes pour l’enfant. À l’inverse, lorsque j’accomplis à la place de mes enfants des tâches qu’ils sont pourtant en mesure de réaliser seuls (comme il m’arrive encore souvent de le faire et ce pour toute sorte de mauvaises raisons : vouloir leur rendre service, aller plus vite, être plus efficace…), je cours un double risque : d’une part, une fois l’activité devenue trop aisée pour la dextérité de l’enfant, il sera difficile de l’y intéresser ; d’autre part, le fait de faire systématiquement à sa place suggère à l’enfant que je ne le juge pas capable, ce qui altère son estime de soi et son désir d’autonomie.

C’est quelque chose que j’observe à propos d’innombrables apprentissages, parmi lesquels celui de s’habiller seul. C’est généralement aux alentours de deux ans que l’enfant, fort de sa récente capacité à faire des choix (mais encore souvent incapable d’arrêter rapidement ceux-ci, ce qui explique qu’il change énormément d’avis), commence à exprimer ses préférences en matière vestimentaire. Pour l’encourager et lui permettre de prendre des initiatives, voici quelques idées parmi lesquelles piocher de l’inspiration :

s-habiller-seul-06

(suite…)