Quand les mômes cuisinent : le gâteau au chocolat simplissime et délicieux

Toute famille qui a l’ambition d’inviter la pédagogie Montessori dans sa maison accorde une place de choix à la cuisine : c’est l’endroit par excellence où les enfants pourront affiner leur motricité fine en exécutant des tâches de plus en plus complexes, exercer leurs compétences exécutrices en suivant les différentes étapes de réalisation d’une recette, et bien entendu gagner en autonomie et en confiance en soi en participant à une activité très concrète de la vie de famille : la préparation des repas. Nul doute que vos enfants seront fiers de voir déguster par toute la famille leur création !

Le gâteau au chocolat que je te présente aujourd’hui est simplissime à cuisiner, car il comporte peu d’ingrédients et ne nécessite aucune opération complexe (comme séparer les jaunes des blancs ou monter ces derniers en neige) : ce gâteau peut donc être réalisé aisément avec des bambins. Les plus grands seront initiés aux mesures et éventuellement à la cuisson. Typiquement montessorien : n’oublie pas d’inclure les enfants dans l’étape de la vaisselle ! Ils y trouvent souvent plus d’intérêt que nous.

 

Continuer la lecture de « Quand les mômes cuisinent : le gâteau au chocolat simplissime et délicieux »

Dimanche tendresse et ses biscuits à la banane et aux amandes

En vadrouille le reste de ce long week-end, qu’il est bon de se poser un peu chez soi. Au programme de ce dimanche radieux en tête-à-tête avec mon fils : cuisine, promenade au parc, jeux d’eau et de construction sur la terrasse, dessins (pour lui) et origami (pour moi). J’ai acheté du papier japonais à Lille après avoir été visiter l’expo Modigliani vendredi et j’avais très envie de m’essayer aux pliages du beau livre d’Akira Yoshizawa, Origami d’exception, offert par ma maman à Noël. En voyant les productions de Django s’entasser près de moi, je me suis dit que l’origami est également un excellent moyen de recycler les dessins d’enfants : les plier en origami, y ajouter un petit mot et les offrir en guise de carte pour accompagner un cadeau.

Pour parfaire cette belle journée, des biscuits à la banane et aux amandes et un rooibos glacé :

biscuits-banane-amandes

Les biscuits sont croquants à l’extérieur et moelleux à l’intérieur ! Ils sont une excellente excuse pour utiliser une banane en fin de vie abandonnée dans la corbeille à fruits. Tu peux les conserver quelques jours dans une boîte hermétique.

200gr de farine d’épeautre complète – 100 gr de poudre d’amande – 100gr de sucre de canne – 1 banane écrasée – 1 œuf – 170gr de beurre – 1/2 càc de bicarbonate de soude – 1 pincée de sel

  • Préchauffer le four à 180°
  • Mélanger la farine, le bicarbonate et le sel
  • Battre le beurre et le sucre jusqu’à ce que le mélange devienne mousseux
  • Ajouter l’œuf, la poudre d’amande et la banane écrasée
  • Espacer chaque cuiller de pâte sur une feuille de papier cuisson
  • Cuire 10 minutes à 180° ; attendre que les biscuits refroidissent avant de déguster

Je ne m’éternise pas plus aujourd’hui. Je me réjouis toujours de constater, dès qu’il y a un peu de soleil ou des jours de congé à l’horizon, combien la fréquentation du blog peut diminuer : je t’imagine gambadant gaiement dans les bois ou sur la plage avec tes marmots, ou bien sirotant d’interminables apéros en terrasse en bonne compagnie. Tu ne m’en voudras pas de faire de même et de délaisser mon écran ces jours-ci pour une luminosité plus vivifiante !

Tendresse

biscuits-banane-amandes-02

Son tiroir dans la cuisine

J’ai le défaut de vouloir toujours publier de longs articles synthétiques qui cherchent à faire le tour d’un sujet déterminé, ce qui fait que mes brouillons trainent souvent plusieurs mois dans mon ordinateur avant que j’ai rassemblé toute l’expérience, les liens, les infos et les photos nécessaires à leur publication. Je vais essayer de lutter un peu contre cette tendance…

Plutôt que de te présenter en long en large et en travers toutes les bonnes idées pour accueillir bébé dans la cuisine, je modère mes ardeurs et te présente aujourd’hui… un tiroir, oui, un seul petit tiroir, mais pas n’importe lequel puisque celui-ci est entièrement réservé à mon fils de deux ans et demi.

tiroir-de-cuisine-bebeLa raison d’un tel tiroir ?

Comme souvent, il s’agit 1) d’encourager le désir d’autonomie de l’enfant, en mettant à sa disposition des outils qui lui permettent de faire seul, 2) de développer son sens des responsabilités en lui confiant des outils dont il a prouvé maîtriser le fonctionnement et en le rendant responsable du rangement de son tiroir et 3) d’exercer ses compétences de motricité fine en musclant les doigts et la main. Il s’agit aussi 4) de lui permettre de gérer sa sensation de faim en laissant à sa disposition des aliments sains. J’ajoute que l’utilisation de ce qui peut a priori apparaître comme des « gadgets » inutiles a souvent eu pour effet 5) de (re)donner le goût d’un aliment à mon bébé : le plaisir de couper une banane ou une pomme, de peler et de trancher un œuf, de râper du fromage, etc. participent grandement au fait que ces aliments soient ensuite aussitôt engloutis (et ça, pour une maman qui bataille souvent sur la question de l’assiette, c’est précieux).

Continuer la lecture de « Son tiroir dans la cuisine »

Fleurs du bitume & espaces verts à Bruxelles (1) : à la cueillette des fraises

Le mercredi et le week-end, Django n’éprouve pas tellement le besoin de partir en excursion, car il passe tous les autres jours de la semaine chez ses grands-parents à la campagne, la plupart du temps dehors (comme je l’envie). Une sortie quotidienne au parc en bas de chez nous lui suffirait amplement. Ne parlons même pas de mon chéri qui passerait bien toute sa journée assis dans la canapé ou par terre, à monter des petites tours de Duplo. Moi, par contre, j’ai la bougeotte, envie de recevoir ou d’inviter des amis, de découvrir tous les endroits encore inexplorés de ma ville qui peuvent être visités avec des enfants. À tel point que ma maman se plaint parce que mon fils dort toute la matinée quand je le dépose chez eux le lundi : « Mais qu’avez-vous encore fait faire à ce pauvre enfant tout le week-end pour qu’il soit si fatigué ? » Oui, décidément, il faut que j’apprenne à ralentir.

En attendant donc que je mette en pratique les judicieux conseils de méditation que m’a dispensés récemment ma petite sœur pour apprendre à me poser, samedi dernier nous sommes allés découvrir la plantation Fruit-Time, un site d’auto-cueillette de fraises, de framboises et de fleurs à Anderlecht. Que c’est agréable d’observer ton bébé courir entre les rangées de fraisiers, s’accroupir pour cueillir les fraises bien rouges et rapporter son butin à son papa les yeux brillants de fierté. Une excellente excuse pour être dehors, en ville !

IMG_4866 Continuer la lecture de « Fleurs du bitume & espaces verts à Bruxelles (1) : à la cueillette des fraises »