Exercer sa motricité globale à l’intérieur : version plastique

A deux ans et cinq ans, mes enfants sont plus que jamais portés sur les activités de motricité globale ! Le développement de la musculature, la conscience progressive de son centre de gravité et l’acquisition progressive de l’équilibre sont des progressions fascinantes à observer. Depuis que la plus petite maîtrise l’art du saut, son grand frère n’a de cesse de lui organiser des parcours à travers la maison. Le pire advient vers 17h, lorsque s’efforce de s’échapper de mes enfants ce trop-plein d’énergie et d’émotions contenu toute la journée et que, entre la préparation du repas et les nuits qui tombent de plus en plus tôt, ce n’est décidément plus le moment de leur proposer d’aller faire un tour dehors. Pour éviter que cela ne dégénère ou qu’ils ne se mettent en danger, il est important pour moi de mettre à leur disposition un matériel leur permettant de grimper, sauter ou tournoyer qui soit adapté.

Après une première « version bois », voici comme promis une « version plastique » de nos outils préférés.

Pour écrire cet article, je me suis énormément inspirée de la sélection de motricité globale proposée par la boutique Hop’toys. Je connais bien cette boutique, d’une part, parce que c’est là que ma sœur neuro-psy se procure les fidgets qu’elle propose à ses petits patients ; d’autre part, parce qu’il s’agit d’une boutique qui propose une sélection largement inspirée des pédagogies actives, avec notamment de belles suggestions pour créer des espaces Reggio. Enfin, et c’est le plus important, j’adhère totalement à leur éthique du jeu : Hop’Toys promeut le jeu comme une activité éducative, profitable à tous, au-delà des différences liées à l’âge, au sexe, à la culture ou aux éventuels besoins spécifiques (handicap, troubles de l’attention, besoins affectifs intenses, pertes de facultés motrices ou cognitives…). Convaincue de la nécessité de penser le jeu comme une activité collaborative qui rassemble, je suis particulièrement heureuse qu’Hop’Toys ait accepté ma proposition de partenariat pour cet article en nous offrant un exemplaire des Pierres de rivière que je te présente ci-dessous. Ce jeu fait partie de leur sélection de Noël consacrée aux parcours sensori-moteurs. Sache que pendant la période des fêtes, Hop’Toys propose à ses clients d’arrondir le montant de leur panier virtuel et de doubler ensuite le don ainsi offert pour le reverser à des associations.

Continuer la lecture de « Exercer sa motricité globale à l’intérieur : version plastique »

Jeux de société : la suite (à partir de quatre ans)

Il y a un peu plus d’un an, je te parlais de nos premiers vrais jeux de société en famille, testés et approuvés durant la troisième année de Django. Désormais, notre petit garçon a quatre ans, et bien que l’essentiel du temps de jeu soit désormais invariablement consacré aux Lego (surtout quand le papa s’en mêle), nous avons eu l’occasion de tester beaucoup d’autres beaux jeux de société. Deux éditeurs, surtout, excellent à faire des jeux généralement très beaux et bien pensés pour les joueurs en herbe : Smart Games qui, même si je ne présenterais aucun de ces jeux dans cette chronique, réussit des casse-tête intelligents et financièrement accessibles qui se jouent longtemps et Haba, leader incontestable du jeu de plateau pour enfants, avec de beaux graphismes, des pièces en bois et des règles – coopératives ou non – la plupart du temps fort bien pensées.

Pas facile de faire son choix parmi l’étendue de ce qui nous est désormais proposé (c’était plus facile lorsque Django avait deux ans : memory ou… memory ?). J’aimerais pouvoir te dire que tu peux te fier à l’âge conseillé par le fabriquant mais rien n’est moins sûr : plus un enfant a l’habitude des jeux de société, moins ces indicateurs d’âge se révéleront fiables. J’indique donc « à partir de quatre ans » dans mon titre, mais en vérité je considère plutôt que l’enfant est plus ou moins passé par les « cases » memory (encore lui…), domino, loto, Batawaf*, Petites chenilles multicolores et incontournable Verger. Autrement dit, qu’il maîtrise les règles de base du jeu de société (identifier l’objectif du jeu, attendre son tour, lancer le dé et interpréter le résultat selon le jeu, avancer sur un plateau…), qu’il connaît bien les couleurs et qu’il est capable de dénombrer jusqu’à 10 au moins, qu’il commence à se montrer combatif et à être sensible à la nécessité de déployer une stratégie pour battre l’adversaire. C’est acquis ? Alors c’est parti !

 

Continuer la lecture de « Jeux de société : la suite (à partir de quatre ans) »