Pourquoi les lettres rugueuses ?

Maria Montessori a énormément valorisé l’intelligence de la main (clic, clic) : pour Montessori, la main est l’organe moteur par le biais duquel l’homme entre en contact avec ce qui l’entoure ; elle appartient simultanément au corps et à l’esprit. En développant la musculature et la sensibilité de ses doigts, l’enfant affine sa compréhension du monde. C’est un principe fondateur de la pédagogie Montessori qui me parle beaucoup.

Dans la pédagogie Montessori, les lettres rugueuses permettent de préparer dans le même temps l’enfant à l’écriture et à la lecture. Il s’agit de conférer à chaque lettre une épaisseur et un « grain », afin de l’appréhender à la fois par  l’ouïe, le regard ET le toucher : reproduisant le geste de l’adulte qui vient de lui en faire la démonstration, l’enfant prononce le son de la lettre, la reconnaît et suit son tracé du bout des doigts. À l’heure de la découverte des différents types d’intelligence et de canaux de mémorisation, la pertinence de cette approche qui fait appel aux compétences auditives, visuelles et kinesthésiques – ces dernières étant bien souvent peu exploitées sur les bancs d’école – nous apparaît clairement !

 

Pourquoi des lettres cursives ?

La pédagogie Montessori choisit de présenter les lettres cursives plutôt que les « capitales » ou « lettres bâtons », puisque ce sont celles que nous utiliserons toute notre vie pour écrire. Ce choix est donc corrélé à l’approche sensorielle de la lettre que j’ai rapidement décrite ci-dessus : rien ne sert de se mettre dans les doigts des lettres qu’on n’écrira pas par la suite. En outre, la fluidité du tracé des cursives est perçu comme un exercice capable de muscler et d’assouplir davantage le mouvement de la main, en vue de préparer celle-ci à l’écriture.

Néanmoins, malgré le fait que j’aie choisi de présenter les lettres cursives à mon fils, celui-ci les identifie encore mal et leur préfère nettement les lettres « bâtons ». Si je l’accompagne volontiers dans cette découverte, je préfère éviter de lui faire appréhender cette écriture sous forme de lettres rugueuses, pour lesquelles je réitère mes propositions de cursives. Cela n’engage toutefois que moi.

 

Quelles lettres rugueuses choisir ?

Dernièrement, nous nous sommes retrouvés en possession de trois coffrets de lettres rugueuses estampillés « Montessori » à la maison : j’ai acheté le premier la veille du jour où le deuxième fut offert à Django par sa marraine, et deux semaines plus tard nous avons reçu le troisième d’un éditeur. J’avais eu moi-même beaucoup de mal à choisir le coffret dans lequel je me suis décidée à investir : j’ai une idée bien précise de ce que je voudrais trouver en guise de lettres rugueuses et il m’a été difficile de me faire une idée de ce que contenait exactement les différents coffrets proposés. Aussi, je me propose de te faciliter la tâche en te montrant ce que j’ai actuellement dans les mains (mais sache qu’il en existe encore d’autres, les éditeurs jeunesse surfant joyeusement sur la vague d’engouement pour les pédagogies actives). Je vais essayer de rester la plus objective possible et de ne pas trop donner mon avis pour une fois, car ces coffrets ont chacun leurs défauts et leurs qualités. Je dois reconnaître d’emblée qu’aucun d’entre eux ne correspond exactement à ce que j’aurais voulu trouver, et que si c’est également ton cas, tu n’auras pas vraiment d’autre choix que de le réaliser toi-même. Tout dépend de tes critères pour l’usage que tu souhaites en faire.

 Le coffret Montessori des lettres rugueuses de Balthazar* chez Hatier

  • 22,9 euros
  • Contenu : 26 grandes cartes présentant chaque lettre de notre alphabet + 26 petites images non légendées pour une activité d’association + un livret de présentation
  • Les lettres comme les images sont réalisées en papier cartonné épais (résistant)
  • Les lettres sont réalisées dans ce qui ressemble davantage à de la toile de jute que du papier de verre : elles présentent une certaine épaisseur et une véritable rugosité ; après un usage modéré, certaines lettres se décollent et doivent être recollées
  • De petites flèches blanches sont dessinées pour indiquer le sens du tracé de chaque lettre
  • Les voyelles sont en rouge et les consonnes en bleu
  • Le « e » n’a pas d’attaque, le « y » démarre avec un pont, la première jambe du « n » est plus courte que dans les deux autres coffrets et c’est le seul des trois qui propose le « q » sans attache
  • Le choix des images ne m’apparaît pas toujours judicieux (ex. : « euro » pour introduire la lettre « e », alors que le mot débute par le digramme « eu » qui se prononce ici [ø])

 

 Mon grand coffret Montessori* chez Larousse

 

  • 22,95 euros
  • Contenu : une série de cartes des chiffres de 0 à 10 (non rugueux !) + 2 x 26 lettres en écriture cursive et 2 x 26 lettres en écriture capitale (toutes les lettres étant cette fois légèrement rugueuses) + 26 images légendées en capitales (!!) d’un côté, non légendées de l’autre + un livret de présentation
  • Toutes les cartes sont en petit format et en papier glacé souple (se plie aisément et présente des reflets)
  • Seules les lettres sont réalisées dans un papier scintillant, qui procure une légère impression de relief quand on y passe les doigts
  • Des petites flèches noires sont dessinées pour indiquer le sens du tracé de chaque lettre
  • Les voyelles sont en vert et les consonnes en bleu
  • Le « e » n’a pas d’attaque, le « y » commence avec un pont et le « q » est suivi d’une attache
  • Le choix des images légendées ne m’apparaît pas toujours judicieux (ex. : « éléphant » pour le son [ǝ])

 

Mes lettres rugueuses Montessori, chez Gründ

 

  • 7,5 euros
  • Contenu : 26 lettres rugueuses + 26 images à associer + un livret d’activités
  • Les cartes sont en petit format et en papier épais (elles se plient aisément)
  • Le tracé est beaucoup plus fin que celui des deux autres coffrets et moyennement rugueux
  • Les consonnes sont en rouge et les voyelles en bleu
  • C’est le seul des trois coffrets qui présente des œilletons et ceux-ci apparaissent de manière régulière
  • Le « e » n’a pas d’attaque, le « q » est suivi d’une attache et le « y » commence avec une attaque
  • Le choix des images ne m’apparaît pas toujours judicieux (ex. : « euro » pour introduire la lettre « e », alors que le mot débute par le digramme « eu » qui se prononce ici [ø])
  • Le livret d’activité consiste pour l’essentiel à s’exercer à l’écriture d’une lettre : le format (petite taille de la lettre + la présentation de deux mots par page avec une seule ligne de graphie) rend l’activité à mon sens peu intéressante pédagogiquement (et en tout cas inutilisable avec un scripteur débutant)
  • Les flèches qui initient au sens du tracé des lettres sont présentes dans le livret et pas sur les cartes

 

Comparaison des trois types de cartes