Il avait semblait-il décidé qu’il ne mettrait pas un orteil dans l’eau cet été, et si nous sommes parvenus à lui faire tout de même goûter un peu aux joies de la piscine le temps d’une semaine en Bourgogne à force de sourires, de bienveillances et de techniques super rusées de diversion, je ne me sentais pas le courage de déployer les mêmes trésors d’énergie pour cette unique journée au lac.

Pour profiter de l’eau moi-même et lui garantir les pieds au sec, nous avons improvisé un barrage pour les voitures, en ramassant tous les trésors présents sur la berge pendant que June dormait bercée par les jeux de lumière entre les feuilles de grands arbres. J’avoue que j’aime à la folie me lancer dans ce type de construction improvisée, pêcher des cailloux de telle ou telle couleur, planter droit le moindre vieux bout de bois qu’il a déniché derrière un fourré. C’est sans doute une des raisons pour lesquelles je suis si attirée par les pédagogies Steiner-Waldorf et Reggio. Jouer avec les « loose parts » que la nature nous offre pour bâtir de petits mondes miniatures, inventer des histoires, additionner des cailloux, s’interroger sur la puissance des vagues… Tout en reconnaissant volontiers que l’élan premier est le mien, je sens Django se laisse vite prendre au jeu ; très vite, je ne suis plus qu’une petite main qui œuvre sous ses directives.

IMG_0284

(suite…)