Exercer sa motricité globale à l’intérieur : version plastique

A deux ans et cinq ans, mes enfants sont plus que jamais portés sur les activités de motricité globale ! Le développement de la musculature, la conscience progressive de son centre de gravité et l’acquisition progressive de l’équilibre sont des progressions fascinantes à observer. Depuis que la plus petite maîtrise l’art du saut, son grand frère n’a de cesse de lui organiser des parcours à travers la maison. Le pire advient vers 17h, lorsque s’efforce de s’échapper de mes enfants ce trop-plein d’énergie et d’émotions contenu toute la journée et que, entre la préparation du repas et les nuits qui tombent de plus en plus tôt, ce n’est décidément plus le moment de leur proposer d’aller faire un tour dehors. Pour éviter que cela ne dégénère ou qu’ils ne se mettent en danger, il est important pour moi de mettre à leur disposition un matériel leur permettant de grimper, sauter ou tournoyer qui soit adapté.

Après une première « version bois », voici comme promis une « version plastique » de nos outils préférés.

Pour écrire cet article, je me suis énormément inspirée de la sélection de motricité globale proposée par la boutique Hop’toys. Je connais bien cette boutique, d’une part, parce que c’est là que ma sœur neuro-psy se procure les fidgets qu’elle propose à ses petits patients ; d’autre part, parce qu’il s’agit d’une boutique qui propose une sélection largement inspirée des pédagogies actives, avec notamment de belles suggestions pour créer des espaces Reggio. Enfin, et c’est le plus important, j’adhère totalement à leur éthique du jeu : Hop’Toys promeut le jeu comme une activité éducative, profitable à tous, au-delà des différences liées à l’âge, au sexe, à la culture ou aux éventuels besoins spécifiques (handicap, troubles de l’attention, besoins affectifs intenses, pertes de facultés motrices ou cognitives…). Convaincue de la nécessité de penser le jeu comme une activité collaborative qui rassemble, je suis particulièrement heureuse qu’Hop’Toys ait accepté ma proposition de partenariat pour cet article en nous offrant un exemplaire des Pierres de rivière que je te présente ci-dessous. Ce jeu fait partie de leur sélection de Noël consacrée aux parcours sensori-moteurs. Sache que pendant la période des fêtes, Hop’Toys propose à ses clients d’arrondir le montant de leur panier virtuel et de doubler ensuite le don ainsi offert pour le reverser à des associations.

Continuer la lecture de « Exercer sa motricité globale à l’intérieur : version plastique »

Exercer sa motricité globale à l’intérieur : quelques idées version bois

Mes enfants sont très branchés motricité globale en ce moment, notamment parce que ça leur permet de jouer ensemble malgré leur différence d’âge. L’aîné organise des parcours, fait la démonstration et encourage sa petite sœur comme s’il l’entraînait pour de futurs jeux olympiques. C’est assez amusant à voir. Toutefois, si j’ai désormais renoncé à répéter à longueur de journée qu’on ne fait pas de trampoline sur le canapé (rassure-moi, chez toi aussi il y a des enfants debout sur ton mobilier de salon ?), je préfère que leur enthousiasme s’exerce sur un matériel adapté. Nous avons beau passer un maximum de temps dehors, nous habitons en appartement et notre grande terrasse est un espace largement insuffisant pour que puisse s’y libérer l’énergie des enfants. Quelques outils sont donc les bienvenus ; ils ont en outre l’avantage de travailler l’équilibre, l’orientation dans l’espace et de solliciter des muscles moins souvent mis à l’épreuve.

Continuer la lecture de « Exercer sa motricité globale à l’intérieur : quelques idées version bois »

Trois illustratrices pour mettre la parentalité douce en image

Dans la série de ressources autour de la parentalité douce – que je me plais à te faire découvrir par trois – voici mon triple coup de cœur pour des illustratrices qui me touchent par le regard qu’elles posent sur l’enfance et notre métier de parents : bienvenue dans l’univers de Bougribouillons, Fanny Vella et Les Jolis sauvages. Ça parle maternité, allaitement, cododo, motricité libre, école à la maison… Bref, tout ce que j’aime !

Continuer la lecture de « Trois illustratrices pour mettre la parentalité douce en image »

« balancing board », « rocker board », « curvy board »… : faut que ça swing !

Après avoir louché plusieurs mois sur le Wobbelboard (il faut dire que leur com’ aux alentours des fêtes de fin d’année était particulièrement bien réussie, avec des « Give Away » tous plus incroyables les uns que les autres), j’ai fini par craquer lorsque Leen, de Manine Montessori, est venue me rendre visite la veille de l’anniversaire de mon fils, des Wobbelboards tout plein le coffre de sa voiture ! Pour ses quatre ans, mon fils a donc reçu un aéroport construit par son papa à partir des Lego de quand lui-même était petit, des ailes de papillon cousues par mes soins… et cette drôle de planche courbe en bois, dont je me demandais si elle allait susciter l’intérêt des enfants ou se contenter de prendre la poussière dans un coin. Alors, indispensable ou inutile, le Wobbelboard ?

IMG_3344

IMG_3285

Je n’étais pas sûre de mon coup jusqu’à ce que j’observe mes enfants prendre simultanément la planche d’assaut à peine l’objet déballé. Je crois que, pour une fois, je pourrais presque laisser parler les images elles-mêmes.

Continuer la lecture de « « balancing board », « rocker board », « curvy board »… : faut que ça swing ! »

L’histoire du lit au sol qui s’est transformé en lit cabane

Nous avons déménagé en mars et nous commençons seulement à voir le bout de l’aménagement de la nouvelle chambre de Django, qui est pourtant la première pièce dont nous nous sommes occupés (après avoir installés les sanitaires et la cuisine, bien entendu). Nous avons la grande chance d’avoir un entourage très impliqué dans la vie de notre petit bonhomme et c’est avec un immense bonheur que nous avons vu arriver le superbe « lit maison » ou « lit cabane » construit par son Papou ! Il est vrai que, victime de mes errances sur la Toile, je rêvais de cette structure depuis longtemps. Quant à Django, il a aussitôt adopté son nouveau lit et est très fier de savoir qu’il a été réalisé avec amour rien que pour lui. Petit tour du propriétaire et dernier retour sur notre expérience du lit au sol.

lit-maison-cabane-02

Continuer la lecture de « L’histoire du lit au sol qui s’est transformé en lit cabane »

« Pour une enfance joyeuse » : le b.a.-ba de la parentalité bienveillante

Couches lavables, pédagogies actives (« Reggio », « Montessori », « Steiner-Waldorf », etc.), hygiène naturelle infantile, diversification alimentaire menée par l’enfant, lit au sol, doula, accouchement en plateau de naissance ou à domicile, haptonomie, langue des signes pour bébé, allaitement long, motricité libre, portage, cododo… : s’intéresser de près ou de loin à la parentalité « bienveillante » ou « positive », au « maternage proximal », implique de pénétrer dans un univers peuplé d’expressions obscures (d’autant plus si elles figurent sous forme d’acronyme : LM, CL, HNI, DME, etc.) et de pratiques hors normes. Pas toujours facile de s’y retrouver ! Il y a peut-être de quoi se décourager devant la multiplicité des approches et la somme de connaissances à acquérir.

Bien entendu, il existe des tas de livres qui permettent de creuser très sérieusement ces questions, mais les ouvrir implique qu’on se soit déjà assez intéressé à ces sujets que pour avoir envie de chercher des réponses étayées.

La bonne nouvelle ? Le dernier hors-série du magazine Kaizen, intitulé « Pour une enfance joyeuse », se propose de te donner les clés de cet univers, en dressant un fantastique panorama de tout ce qui se fait en matière de parentalité positive, depuis le désir d’avoir un enfant jusqu’au 6 ans de celui-ci. Honnêtement, voilà une petite pépite journalistique qui vaut largement le détour !

kaizen-horsserie-alaune

Continuer la lecture de « « Pour une enfance joyeuse » : le b.a.-ba de la parentalité bienveillante »

S.O.S. blogueuse en détresse

J’accepte très peu de partenariats. Pas par manque d’intérêt pour ce qui gravite ailleurs qu’autour de mon propre nombril, mais tout simplement parce que je me refuse à promouvoir un produit auquel je ne crois pas. C’est sûr, j’adorerais te faire gagner plein de jolis cadeaux tous les jours de la semaine, mais à la seule condition que ceux-ci soient bio, éthiques et / ou faits mains, issus d’un commerce de proximité, etc.

Non, je n’ai pas envie de faire un article sur les étiquettes thermocollantes ni sur telle boutique de tissus qui ne vend rien d’organique ou de naturel. Je suis désolée, ça ne m’intéresse pas. Quand je parle d’un de mes coups de cœur, je le fais toujours le plus honnêtement possible et gratuitement. Parfois, je reçois un produit qu’une boutique à envie de me faire découvrir et j’ai alors l’occasion de t’en faire gagner un à toi aussi. Là, bloguer devient un peu magique. Mais cela reste rare, et ce qui me motive à continuer à écrire, c’est tous les messages et les photos que tu m’envoies, les questions qu’on se pose ensemble, les clins d’œil qu’on s’adresse au quotidien en constatant que nous traversons les mêmes questionnements (existentiels !! ahah), etc.

Aussi, lorsque j’ai été contactée par une chargée de comm’ à propos d’un événement Pampers sur la motricité des bébés, auquel était associé Kind en Gezin, l’organisme chargé par le gouvernement flamand en Belgique du soutien à la parentalité et à la qualité des structures d’accueil pour bébés, je n’ai tout d’abord pas répondu. Moi qui utilise des langes lavables depuis la naissance de mon fils, promouvoir Pampers ? Très peu pour moi. Relancée à plusieurs reprises par cette personne, j’ai accepté de recevoir le kit press et d’en faire un retour sur le blog. J’ai mis longtemps à honorer cette promesse, car je ne savais pas très bien comment aborder ce sujet. Très sincèrement, ce que j’ai lu ne m’a pas plus…

pampers02

Continuer la lecture de « S.O.S. blogueuse en détresse »

La tour d’apprentissage (ou « learning tower »)

Toujours dans le souci, cher aux pédagogies actives, d’adapter l’environnement immédiat des tout-petits à leurs besoins, la tour d’apprentissage (ou « learning tower », « helping tower ») est un meuble conçu pour que les très jeunes enfants puissent atteindre en toute sécurité les plans de travail conçus à hauteur d’adulte. Il s’agit donc…

  • d’inclure les plus jeunes dans les menues tâches de la vie quotidienne (bébé n’est plus tout seul à jouer par terre, il est à hauteur de son papa qui cuisine) en mettant à leur disposition une structure sécurisée et confortable,
  • de promouvoir de la sorte l’autonomie de l’enfant (en lui permettant d’accéder à l’évier pour se laver seul les mains, par exemple),
  • de développer le sentiment d’appartenance familiale et l’estime de soi,
  • de proposer un matériel qui stimule la motricité de l’enfant, sans contrainte et en toute sécurité (motricité libre).

Voici donc une présentation des modèles les plus connus et des solutions DIY qui se révèlent, selon moi, la meilleure alternative. EDIT février 2016 : désormais, tu trouveras dans cet article des plans à télécharger gratuitement !

tour-apprentissage-learning-tower-02

Continuer la lecture de « La tour d’apprentissage (ou « learning tower ») »

Le cube évolutif ou la chaise montessori

  • Meuble d’appui pour les tout-petits qui apprennent à se lever,
  • « chariot » de marche avec lequel le bébé qui apprend à marcher traverse la maison,
  • chaise évolutive qui accompagne l’enfant depuis l’apprentissage de la position assise jusqu’à l’âge de quatre ou cinq ans,
  • tabouret,
  • rehausseur,
  • table pour enfant (et plus tard, table de nuit)
  • ou petite bibliothèque…

Un meuble pour promouvoir la motricité libre et aménager l’espace à hauteur des tout-petits. Je parie que ton bébé sera sûrement très heureux de le trouver sur route, dès l’âge de sept ou huit mois… jusqu’à l’âge adulte – qui dit mieux ? – !

Et parce qu’il n’est pas si facile à se procurer (comme sa grande sœur, la « learning tower »), Minuscule Infini te propose cette petite sélection :

chaise-evolutive-montessori Continuer la lecture de « Le cube évolutif ou la chaise montessori »

Montessori et la marche

Le premier pas de l’enfant est un événement attendu impatiemment et vivement célébré par son entourage. « Hourra, il marche ! » Maria Montessori rappelle cependant que cette joyeuse exclamation est malheureusement souvent suivie de mesures visant à limiter les besoins de motricité de l’enfant, dans le but d’avoir l’esprit tranquille (« dans son parc, je sais mon enfant en sécurité », « je préfère le porter, ainsi nous ne serons pas en retard pour conduire l’aîné à l’école », etc.).

Or Montessori souligne que l’enfant qui commence à marcher a un besoin vital d’exercer cette activité nouvellement acquise et qu’il se jette dans cette entreprise avec un élan et une témérité que l’adulte se doit d’encourager.

 » Renoncer à ses propres besoins et répondre à ceux de l’être en voie de formation, telle est la ligne de conduite qui devrait être celle de l’adulte. »

Continuer la lecture de « Montessori et la marche »