Étiquette : préformé

Je veux continuer à porter mon (graaaaaand) bébé !

Début février, Magalie qui a fondé la boutique A portée de bisous m’a proposé un partenariat ; désireuse de profiter de son expertise en matière de portage, je lui ai demandé de m’aider à choisir un porte-bébé qui me permettrait de porter encore ma petite potelée de bientôt deux ans et 13kg. Après discussion, Magalie m’a envoyé un préformé de la marque Beco, conçu pour les enfants de 12 à 27 kg. J’ai ainsi pu tester un véritable « porte-bambin », et en avoir un ressenti très différent de mes précédentes expériences de préformés.

Porter un bébé… qui n’en est déjà plus vraiment un

Moi et le portage, c’est vraiment une histoire d’amour. Je sais qu’il en va de même pour de nombreux parents. Je l’ai déjà écrit ici : je ne savais pas avant d’avoir mon premier enfant si j’allais ou non l’allaiter, mais je savais que je voulais le porter. Et j’ai porté mes deux enfants. Beaucoup. A la folie. Le portage m’a sauvée durant les premiers mois de mon aîné, lorsqu’il souffrait de reflux, et les meilleurs souvenirs que j’ai d’après la naissance de June sont immanquablement liés au portage (lorsque j’imagine cette période, je me revois passant tout l’été en peau à peau avec ma fille en écharpe, tout en jouant à des jeux de société avec mon fils).

Il arrive pourtant un temps (ou plutôt un poids) où je ne suis plus en mesure de porter mon enfant. En tout cas, plus sur le ventre et plus très longtemps. Mon dos et mes épaules me font souffrir. Et je t’avoue que voir cette période se profiler est un véritable déchirement. Je veux encore porter mon bébé.

(suite…)

Le portage, ou comment je suis « entrée en maternage »

La semaine internationale du portage a commencé hier. L’occasion pour moi de me rendre compte que, malgré l’importance qu’il a pris dans notre vie, je n’ai jamais évoqué ici le portage physiologique. En réalité, je n’ai pas l’impression d’avoir l’expertise pour le faire : je ne suis pas une « collectionneuse » d’écharpes et de porte-bébés (les valeurs que je m’efforce de respecter – et mes finances – ne m’y autorisent pas vraiment…), je n’ai suivi aucune formation, et je peux donc pas me permettre de t’écrire de longues tartines à propos de mon amour pour tel nouage ni de précieux comparatifs des différents modèles de porte-bébés physio.

Cependant, je sais, par les commentaires que souvent tu me laisses, que beaucoup arrivent sur ce blog un peu par hasard et y découvrent ensuite des alternatives à la manière dont ils envisageaient jusque-là la parentalité. C’est d’abord à ces personnes que je pense en écrivant cet article, qui est, comme souvent sur Minuscule infini, plus une lettre d’amour pour le portage qu’un long compte rendu bien documenté (mais promis, je te renvoie vers plein de liens très sérieux qui t’expliqueront tout bien mieux que moi). Il est aussi adressé à celles et ceux qui, comme moi, ont crée par le portage une connexion tout à fait particulière avec leur enfant, et que ce témoignage toucherait.

portage-physio-tisse-03 (suite…)