Étiquette : recette

Le saint Graal de la recette de pâte à modeler maison

Il y a bien longtemps, j’ai cru avoir trouvé une parfaite recette de pâte à modeler maison. Mais la belle était gluante et inutilisable au bout d’une petite semaine (et comprends-moi bien, si je trouve un plaisir certain à malaxer la pâte à modeler tout juste sortie de la casserole, je ne vais tout de même pas en cuisiner chaque semaine et empiéter de la sorte sur le temps consacré à mon gâteau au chocolat hebdomadaire, nondidju). C’était sans compter sur le sacro-saint ingrédient qui permet à la pâte à modeler de conserver très longtemps, révélé dans sa recette par Merci qui ? Merci Montessori : la crème de tartre. Et depuis, mon dieu que cela fonctionne bien ! Seul hic : ma pâte à modeler était le plus souvent de couleur naturelle, car je trouve les colorants alimentaires liquides très peu pratiques d’utilisation (il faut en mettre énormément, ça coule de tous les côtés si on veut les ajouter hors du feu, ça consomme plein de petits flacons en plastique). Récemment, j’ai acheté des colorants alimentaires en poudre et le problème ne se pose plus. Pour parfumer la pâte, je préfère également utiliser de l’extrait d’amande ou de fleurs d’oranger plutôt que des huiles essentielles. Du coup, voici…

La recette

Mélanger la farine, le sel, l’eau, la crème de tartre et l’huile dans une grande casserole. Ajouter l’extrait d’amande ou de fleurs d’oranger et le colorant alimentaire en poudre (une très petite quantité est nécessaire ; plus il y a de colorant, plus la teinte sera foncée ; les mélanges sont évidemment possibles). Chauffer à feu moyen en mélangeant avec une cuiller en bois jusqu’à ce que le mélange épaississe de manière homogène. Quand la pâte ne colle plus aux doigts (attention, c’est chaud), elle est prête. Malaxer sur le plan de travail et conserver dans des récipients hermétiques.

NB : évidemment, cette pâte à modeler maison, en plus d’être avantageuse financièrement et de limiter les emballages, a l’avantage de présenter moins de risques pour la santé que son équivalent industriel. Mais même si elle est composée d’ingrédients naturels, je déconseille de laisser les enfants en manger (et, crois-moi, ma fille adore), car la consommation de colorants alimentaires est particulièrement déconseillée pour les jeunes enfants, chez qui ils peuvent entraîner des risques d’hyperactivité et des troubles de l’attention (voir par exemple cette liste ; cela concerne également les colorants « naturels », comme la cochenille – E120 – par exemple). Il en va de même pour les arômes (que tu peux néanmoins choisir d’origine biologique).  

IMG_2731

(suite…)

Porridge banane cacao : le petit déjeuner des championnes

En ce moment, je ne travaille pas. Du coup, je bénéficie de matinées en tête-à-tête avec ma fille. Ce matin, la journée a commencé par un petit déjeuner riche en fibres, en graisses insaturées et en magnésium (et surtout pauvre en sucre et en sel, puisque c’est ce qui m’intéresse pour June qui n’a pas encore un an) : porridge banane cacao. La recette est inratable et très bon marché, et son temps de préparation est raisonnable si j’excepte la casserole que je n’ai jamais envie de nettoyer.

petit-dejeuner-01

Ingrédients

  • 3/4 de verre de petits flocons d’avoine
  • 250 ml de lait d’amande
  • 2 càs de cacao non sucré
  • 1 banane
  • 3 càs de noix de coco moulue ou une poignée d’amandes concassées
  • [sirop d’érable]

Recette

Dans une casserole, mélanger les flocons d’avoine et le lait, porter à feu vif, bien mélanger à nouveau quand les flocons commencent à épaissir et cuire environs 5 minutes. Hors du feu, ajouter le cacao. Laisser tiédir et servir. Saupoudrer de morceaux de banane et de poudre de noix de coco ou d’amandes concassées (l’idée étant que cette garniture oblige à la mastication). Pour les adultes au bec sucré, ajouter un filet de sirop d’érable.

Comme tu le vois, ça se déguste à la cuiller… ou avec les mains, c’est selon.

petit-dejeuner-02

N’oublie pas la boîte à tartines !

bancs-ecoleEt si les bancs d’école se mettaient à ressembler à cela ?

Je crois que j’ai passé l’été, en congé de maternité avec mes deux enfants, sur une autre planète. Après tant de douceur et de soleil, le retour a été un peu rude. Si bien que je n’ai pas encore pris le temps de te raconter que Django est désormais entré en maternelles. Je ne sais pas si c’est pareil pour les familles dont les enfants ont été en crèche, mais ce fut un sacré saut pour nous (ou pour moi ? je reconnais volontiers que je cogite tellement à propos de l’éducation et de l’instruction – en famille, en communauté – que forcément je me suis fait un mooooooonde de cette étape).

Une petite dizaine de jours avant la rentrée, nous recevons une bonne nouvelle : une place s’est libérée dans l’école Steiner dans laquelle j’avais essayé d’inscrire Django pour sa première rentrée. Il nous faut rapidement visiter l’école, rencontrer un membre de l’équipe pédagogique et prendre notre décision. Petite structure, toute nouvelle équipe enseignante, projet plein de promesses et de rêves mais qui risque encore quelques ratés (l’école n’en est qu’à sa troisième rentrée) et investissement humain (l’école a besoin de bras pour rénover ses locaux) et financier (légitime, mais conséquent pour le petit budget de notre foyer). Suspens. Zou, on décide finalement de se lancer dans l’aventure ; après avoir tant rêvé de pédagogie alternative, si je ne saisissais pas cette chance pour mon petit garçon, je le regretterais à coup sûr. Cette école n’incarne pas mon idéal pédagogique mais je partage pleinement les questionnements et la motivation des parents qui l’ont fondée. C’est parti. On retient notre souffle et on essaye de s’organiser pour la rentrée avec trois missions : la liste des courses, les étiquettes et la boîte à tartines.

(suite…)

Dimanche tendresse et ses biscuits à la banane et aux amandes

En vadrouille le reste de ce long week-end, qu’il est bon de se poser un peu chez soi. Au programme de ce dimanche radieux en tête-à-tête avec mon fils : cuisine, promenade au parc, jeux d’eau et de construction sur la terrasse, dessins (pour lui) et origami (pour moi). J’ai acheté du papier japonais à Lille après avoir été visiter l’expo Modigliani vendredi et j’avais très envie de m’essayer aux pliages du beau livre d’Akira Yoshizawa, Origami d’exception, offert par ma maman à Noël. En voyant les productions de Django s’entasser près de moi, je me suis dit que l’origami est également un excellent moyen de recycler les dessins d’enfants : les plier en origami, y ajouter un petit mot et les offrir en guise de carte pour accompagner un cadeau.

Pour parfaire cette belle journée, des biscuits à la banane et aux amandes et un rooibos glacé :

biscuits-banane-amandes

Les biscuits sont croquants à l’extérieur et moelleux à l’intérieur ! Ils sont une excellente excuse pour utiliser une banane en fin de vie abandonnée dans la corbeille à fruits. Tu peux les conserver quelques jours dans une boîte hermétique.

200gr de farine d’épeautre complète – 100 gr de poudre d’amande – 100gr de sucre de canne – 1 banane écrasée – 1 œuf – 170gr de beurre – 1/2 càc de bicarbonate de soude – 1 pincée de sel

  • Préchauffer le four à 180°
  • Mélanger la farine, le bicarbonate et le sel
  • Battre le beurre et le sucre jusqu’à ce que le mélange devienne mousseux
  • Ajouter l’œuf, la poudre d’amande et la banane écrasée
  • Espacer chaque cuiller de pâte sur une feuille de papier cuisson
  • Cuire 10 minutes à 180° ; attendre que les biscuits refroidissent avant de déguster

Je ne m’éternise pas plus aujourd’hui. Je me réjouis toujours de constater, dès qu’il y a un peu de soleil ou des jours de congé à l’horizon, combien la fréquentation du blog peut diminuer : je t’imagine gambadant gaiement dans les bois ou sur la plage avec tes marmots, ou bien sirotant d’interminables apéros en terrasse en bonne compagnie. Tu ne m’en voudras pas de faire de même et de délaisser mon écran ces jours-ci pour une luminosité plus vivifiante !

Tendresse

biscuits-banane-amandes-02

Des pissenlits pour faire démarrer la tondeuse et la recette du moelleux citron épeautre

moelleux-citron-epautre

Je suis une grande accro des petits déjeuners, des goûters et des desserts ; j’adore les pâtes et le bon pain ; je suis capable de consommer une quantité très impressionnante de biscuits. Du coup, à la maison, j’essaye de faire un maximum de ces produits moi-même et de travailler avec des ingrédients plus intéressants pour notre corps que ceux que contient ce type de produits dans le commerce. Par exemple, cela fait longtemps que le sucre blanc n’a plus sa place dans nos placards et, si cela ne me dérange pas de consommer de bons œufs ou du bon beurre (mmmmmh, du bon beurre…), les huiles végétales et les pâtes d’amande ou de noisette s’invitent tout aussi volontiers dans ma cuisine. Oh ! je suis très loin d’être une reine de fourneaux (j’aime bien plus manger que cuisiner) ou d’être un modèle pour qui souhaite se tourner vers une alimentation équilibrée et raisonnée, mais je pense que nous gagnerions tous à changer quelques-uns de nos automatismes en cuisine.

Par exemple, remplacer la traditionnelle farine de blé par de la farine d’épeautre complète (T130), beaucoup moins riche en gluten (que nous consommons généralement à l’excès dans nos sociétés occidentales), à indice glycémique plus bas et qui convient parfaitement pour la plupart des préparations (pains, gâteaux, crêpes, pâtes, etc.).

Et pour te prouver que c’est tout à fait délicieux, voici ma recette du moelleux citron épeautre.

(suite…)

Fleurs du bitume & espaces verts à Bruxelles (1) : à la cueillette des fraises

Le mercredi et le week-end, Django n’éprouve pas tellement le besoin de partir en excursion, car il passe tous les autres jours de la semaine chez ses grands-parents à la campagne, la plupart du temps dehors (comme je l’envie). Une sortie quotidienne au parc en bas de chez nous lui suffirait amplement. Ne parlons même pas de mon chéri qui passerait bien toute sa journée assis dans la canapé ou par terre, à monter des petites tours de Duplo. Moi, par contre, j’ai la bougeotte, envie de recevoir ou d’inviter des amis, de découvrir tous les endroits encore inexplorés de ma ville qui peuvent être visités avec des enfants. À tel point que ma maman se plaint parce que mon fils dort toute la matinée quand je le dépose chez eux le lundi : « Mais qu’avez-vous encore fait faire à ce pauvre enfant tout le week-end pour qu’il soit si fatigué ? » Oui, décidément, il faut que j’apprenne à ralentir.

En attendant donc que je mette en pratique les judicieux conseils de méditation que m’a dispensés récemment ma petite sœur pour apprendre à me poser, samedi dernier nous sommes allés découvrir la plantation Fruit-Time, un site d’auto-cueillette de fraises, de framboises et de fleurs à Anderlecht. Que c’est agréable d’observer ton bébé courir entre les rangées de fraisiers, s’accroupir pour cueillir les fraises bien rouges et rapporter son butin à son papa les yeux brillants de fierté. Une excellente excuse pour être dehors, en ville !

IMG_4866 (suite…)