Étiquette : ritualisation

Bonjour le calme : reconnexion à soi et à l’instant dès deux ans [concours]

Apprendre à se préserver de la profusion d’informations qui assaillent nos sens à tout moment, à faire le tri et à se concentrer sur le traitement de celles que nous jugeons les plus intéressantes. Se (re)connecter à soi – à ses émotions, à ses besoins – et à l’instant, pour ne pas tout vivre sur un mode de consommation frénétique et gagner en confiance en soi et en bien-être. Ce n’est évident ni pour moi ni pour mes enfants. J’entends certains des pleurs de ma fille de huit mois comme une tentative désespérée pour se couper des stimuli du monde ; je lis dans les pitreries qu’exécute sans relâche mon fils en fin de journée l’énergie ultime d’un corps qui refuse de reconnaître qu’il n’en peut déjà plus. Pour les aider à s’abandonner, les guider vers le lâcher prise, bien souvent mon compagnon ou moi-même nous couchons à leur côté pour former autour d’eux un petit cocon. Lors d’une conférence à laquelle j’assistai récemment, j’ai été frappée que l’invitée évoque le fait que certaines jardinières (institutrices maternelles dans les écoles Steiner) éprouvent aujourd’hui une semblable nécessité d’entourer de leurs bras les enfants pour qu’ils parviennent à se relâcher au moment de la sieste.

Comment tisser de manière autonome son propre cocon ?  Comment y inviter nos enfants ?

Prêter attention au souffle en utilisant l’imaginaire est une voie. Faire momentanément abstraction du mental pour se mettre à l’écoute d’un rythme vital, celui de la respiration, et prendre conscience d’une énergie qui émane du centre du corps et se répand jusqu’aux plus fines ramifications des schèmes musculaires. Cela peut se faire par le biais d’une activité comme la marche, par exemple, mais également d’autres pratiques peut-être plus adaptées à notre quotidien sédentaire, comme le yoga ou la méditation. Ces dernières années, de nombreux ouvrages ont paru pour nous proposer d’initier nos enfants à ses pratiques. Si je consacre un article à l’un d’entre eux qui vient de m’être envoyé par les Éditions Albin Michel, c’est que le point fort de Bonjour, le calme d’Anne Crahay est, à mon sens, d’être particulièrement adapté pour les plus petits, dès 2 ans / 2 ans et demi (quand la plupart sont plutôt destinés aux quatre-cinq ans).

bonjour-le-calme-01

(suite…)

Le calendrier de l’Avent des lectrices de Minuscule infini : zéro plastique, un peu de sucre, beaucoup d’amour

La semaine dernière, je te demandais sur Facebook des idées d’activités pour calendrier de l’Avent. Je me propose de compiler toutes les idées reçues en commentaires ou par mail (je n’ai écartées que l’une ou l’autre qui ne correspondaient pas tout à fait à la ligne éditoriale du blog, parce qu’elles me semblaient très coûteuses ou ne nécessitaient qu’une participation minimale de l’enfant), en commençant par une petite mise en bouche pédagogique de saison et en ajoutant quelques liens.

Calendrier de l’Avent et pédagogie Steiner-Waldorf

Je t’ai déjà dit l’importance que la pédagogie Steiner-Waldorf accorde à la ritualisation du temps. C’est un aspect de cette approche que j’aime toujours autant. Rythmer le passage des jours, des mois, des saisons. Les enfants y sont bien évidemment sensibles et cela leur permet d’acquérir des repères pour comprendre la notion de cycle et de temps qui passe.

Contrairement à une idée largement répandue par les calendriers de l’Avent qui distribuent chocolat et petits figurines en plastique, l’Avent ne commence pas le 1er décembre mais le 4ème dimanche avant Noël. En 2016, il commence donc le 27 novembre et compte 28 jours. Il fonctionne d’une part comme une invitation à sensibiliser au changement de lumière, à la venue de l’hiver (où tout meurt pour mieux renaître au printemps), au fait que la nature se met en sommeil, et constitue d’autre part un rituel destiné à accompagner l’attente qui précède Noël, en le ponctuant d’instants de réflexion sur soi et de moments de partage, ou de temps consacré au bonheur d’être ensemble.

calendrier-avent-activites

(suite…)

Ritualiser le temps : à la rencontre du printemps au bois de Halle

 

bois-de-halle-02

En avril, le bois de Halle, situé à quelques kilomètres de Bruxelles, se pare d’un émouvant tapis de jacinthes sauvages. L’endroit est complètement magique : toute la forêt embaume le parfum si caractéristique de ces fleurs et revêt un mauve profond qui contraste avec la sombre verticalité des arbres.

En découvrant le lieu, je me suis dit que son cadre féérique se prêterait particulièrement bien à une activité de printemps dans l’esprit de la pédagogie Steiner-Waldorf : la balade et le pique-nique pourraient par exemple être introduits par un conte et une quête dans les bois, à la recherche de la princesse jacinthe et de son bébé-racine… À cogiter pour une prochaine fois ! Quoi qu’il en soit, la floraison de jacinthes est incontestablement une magnifique découverte pour introduire le printemps, parler du cycle des saisons et ritualiser le temps.

bois-de-halle-01

(suite…)

Ritualiser le temps : préparer Noël

preparernoel02

La pédagogie Steiner-Waldorf accorde beaucoup d’importance à la ritualisation du temps (et de l’espace). L’année est rythmée par différents temps de célébration et de fêtes, au fil des saisons. C’est une chose à laquelle je suis particulièrement sensible, car je trouve que c’est à la fois une bonne manière

  • de renouer avec une temporalité plus « naturelle » (opposée au mode frénétique que nous imposent nos sociétés contemporaines)
  • et de permettre au petit-enfant, notamment s’il ne maîtrise pas encore le décompte des heures et des jours, de s’approprier le passage du temps en construisant des repères temporels qui l’accompagneront toute sa vie.

La période de Noël est particulièrement propice à cette ritualisation. C’est d’ailleurs le rôle de l’Avent que de nous y préparer. Il n’est pas nécessaire, à mon sens, d’être croyant pour investir ce temps de préparation.

À défaut d’avoir célébré l’Avent, on peut profiter des vacances scolaires pour préparer en famille les fêtes de fin d’année et célébrer le solstice d’hiver (qui a lieu le 21 décembre, c’est-à-dire aujourd’hui).

Personnellement, j’ai hâte de consacrer plus de temps et d’énergie à la préparation de ce type de rituels : préparer une table des saisons, raconter des histoires et proposer quelques activités autour des moments clefs de l’année, etc. Pour le moment, je tâtonne et propose timidement quelques petites choses en fonction de mes disponibilités et de ce qui est reçu positivement par mon petit garçon de deux ans pas encore et demi.

preparernoel01 (suite…)