Étiquette : turbulette

La gigoteuse Superlove : version bébé ou version bambin ?

Je l’ai déjà dit plusieurs fois, et les nombreux retours enthousiastes reçus de la part de lectrices le confirment* : la gigoteuse parfaite s’appelle Superlove. En laine (les modèles unis) ou en laine et coton Pima (les modèles avec imprimés), elle est douce, belle, légère et thermorégulatrice. C’est la première pièce que Birgit de Fool de wool m’a fait découvrir, et c’est toujours ma préférée. Notre première gigoteuse, reçue il y a déjà deux ans, a tenu au chaud Django jusqu’au passage à la couette, est partie quelques mois en prêt chez une amie, est revenue à la maison peu après la naissance de June, et elle n’a pas pris une ride (contrairement à moi).

L’année dernière, Superlove a élargi sa gamme en proposant une version « toddler », pour les enfants de 2 à 5 ans et +. Je n’avais pas l’intention de la tester, mais c’était sans compter sur le fait que lorsque Django a vu June hériter de « sa » gigoteuse, il a absolument tenu à se la réapproprier. Et voilà mon grand bonhomme de trois ans saucissonné dans la version « bébé » qu’il refusait bien entendu de laisser ouverte en bas – l’idée étant de faire comme la petite sœur -, incapable de marcher autrement qu’en exécutant de petits sauts semblables à ceux d’une course « de sac à patates ». Mmmmh… une régression qui n’était pas pour me plaire. J’ai hésité un moment sur l’attitude à adopter, car si j’étais consciente que son comportement était une manière d’exprimer son désarroi face à l’arrivée toute récente de cette petite sœur pour laquelle tout le monde avait tant d’attention, il demeurait pour moi inadmissible d’user de la sorte un vêtement qui lui faisait de surcroit perdre autant de mobilité. Lui ayant exposé mon problème, Django l’a solutionné à sa façon : il lui fallait la même gigoteuse, mais en plus grand. Bien qu’il s’agissait pour moi d’un achat inutile, puisque mon fils était tout à fait à l’aise avec sa couette (qu’il avait lui-même préféré à sa petite gigoteuse quelques mois plus tôt), j’ai voulu saluer ses efforts pour se montrer conciliant et « faire fratrie » (besoin toujours aussi vital pour lui aujourd’hui). J’avoue que je n’étais pas mécontente de saisir l’opportunité de tester la version « bambin » de la gigoteuse. Quelques mois plus tard, voici mon comparatif.

superlove-02

(suite…)

Turbulette 3-9 mois

Je suis un loup-garou d’un nouveau type, un docteur Jekyll et mister Hyde croisé avec Bree Van de Kamp, un Double-face immigré aux pays des Bisounours : le soir venu, je délaisse mes gros bouquins de théorie littéraire et je sers contre mon cœur ma machine-à-coudre, qui m’ouvre les portes intersidérales de l’univers de la décoration « bébé ». Mes yeux s’agrandissent, mon teint s’illumine ; ni une, ni deux, je revêts mon costume de future super-maman et je couds sans discontinuer toute une flopée de petites choses démesurément colorées… Seule la fatigue m’arrête (ou la faim, j’avoue), et mon cher et tendre me retrouve bavant sur un tissu à pois, la chevelure pleine d’épingles et de rubans, les doigts coincés dans une fermeture à glissière récalcitrante.

(suite…)

Turbulette pour rêver la tête dans les étoiles

J’avance pas à pas pour créer la chambre du petit bout, avec une première turbulette (pour les incultes du monde bébé, comprenez « mini sac de couchage pour éviter que le morveux ne s’étouffe ») et un tour de lit assorti. J’avoue que depuis que j’ai découvert comment coudre un appliqué, je ne me sens plus, et je mets des étoiles partout ! Photos, explications et liens malins pour faire pareil (ou mieux).

(suite…)